La fameuse (Tombe du père) du Lioran

superglisse
superglisse
superglisse
Statut : Expert
inscrit le 04/11/19
123 messages
Matos : 3 avis
Bonjour,
étant un puydômois, fan de ski, je ski souvent (dès que les conditions le permettent) dans les stations de skis de Super Besse ou du Mont Dore. Ce sont des petites stations, alors souvent, il m'arrive de skier un week-end ou deux au Lioran histoire d'alterner un peu, pour juste 30 min de plus de voiture, que pour aller à Super Besse.
Ayant fait le tour de pratiquement toute les pistes, je suis tombé sur cette fameuse piste bleue (tombe du père).
Et puis apparemment, ce nom n'a pas était donné par hasard.

D'après ce que je m'en rappelle (même si c'est un peu flou), c'était un père qui avait une femme et des enfants. Sa femme est morte assez rapidement, puis son fils aussi, désespéré, il grimpa jusqu'au plomb du cantal pour crier le nom de son fils. Puis, il meurt de froid vers le sommet...

Pourrai-je avoir des infos un peu plus précise sur cette légende !!
Merci d'avance de vos réponses !!
PoMMeAddict
PoMMeAddict
PoMMeAddict

inscrit le 05/10/12
88 messages
"Au début de l'hiver 1450, le comte de Raulhac, triste et solitaire dans son donjon,regrettait sa femme, morte. Heureusement, son fils Ulric le rattachait à la vie.
Désirant le voir, il décida d'envoyer deux de ses lieutenants à travers la montagne pour chercher l'enfant qui était alors page chez son cousin le vicomte de Murat. Malheureusement, la vigueur de la tempête eut raison de l'expédition : seul un homme, glacé et à demi-mort parvint à regagner le château. Egarés par la tourmente, Ulric et son guide étaient morts au fond d'un torrent.
Bouleversé, le baron abandonna ses terres pour se réfugier chez les pères du couvent de St Gal, aux portes de Murat. La folie le gagna rapidement ; les gens du pays qui passaient sur le pont de l'Alagnon au pied du mur d'enceinte du couvent, entendaient souvent ses rugissements de furie et de détresse.
Un soir de Noël, alors que les moines se rendaient à l'église, il s'enfuit, fou de douleur, en direction d'Albepierre et prit le chemin du Plomb du Cantal en hurlant le nom de son fils. Au sommet de la montagne, une violente rafale de vent le fit choir, et la neige l'ensevelit.
Au printemps, son corps reapparut parmi les anémones veloutées à quelques enjambées du Plomb, et les religieux dressèrent sur place une tombe en souvenir du pauvre homme...
Ce lieu devint alors le "Col de la Tombe du Père".

(Source : Maison des Volcans, CPIE de Haute Auvergne.)
superglisse
superglisse
superglisse
Statut : Expert
inscrit le 04/11/19
123 messages
Matos : 3 avis
Merci beaucoup, pour ce petit récapitulatif de l'histoire du comte de Raulhac !!!!

..."Ce lieu devint alors le col de la tombe du père... et un bout de piste de la tombe du père" si l'on veut être plus exact.

Auriez-vous d'autres petites précisions sur cette légende ou sauriez-vous si son "donjon" existe encore et dans ce cas, où est-il?
Ou alors, juste une photo d'une gravure de l'époque ou encore plus simple, une photo de la croix.
PoMMeAddict
PoMMeAddict
PoMMeAddict

inscrit le 05/10/12
88 messages
Bonjour,

Ci-joint plus d'informations concernant cette légende et la photo au col.
J'ai pas trouvé l'existence de la moindre gravure...

http://cantalcascades.free.fr/photos/plus/grandvalcol.jpg

null disait:
En ce début d’hiver 1450, le baron de Raulhac, triste, solitaire dans son donjon, se sentait devenir vieux ; il venait t’enterrer sa femme, seul Ulric son fils, page chez son cousin Bernard d’Armagnac, Vicomte de Murat, nourrissait l’espoir de son cœur.

Pour combler le vide dans son château, il avait envoyé deux de ses hommes à travers la montagne chercher son fils unique. Le ciel était couvert de nuages grisâtres, l’air humide, déjà dans le vent les flocons tombaient lentement .

Le baron frissonnait, le temps était long, la nuit se faisait proche. Il jetait de temps en temps un regard vers le montagne dans l’espoir de voir apparaitre son fils sur le manteau blanc. Mais le doute l’envahissait; comment allait-il lui annoncer la mort de sa mère ?

Pourtant, revoir son fils Ulric ramènerait un peu de joie, le souvenir de l’épouse et de la mère céderait la place à la chasse et à l’apprentissage des armes. La complicité du père et du fils l’emporterait, Ulric deviendrait un preux chevalier comme tous ses aïeux.

La nuit tombait. Le baron contempla le ciel d’où la neige descendait encore plus épaisse, et, ne comptant plus sur l’arrivée des voyageurs, il regagna la grande salle du manoir. Il regagna son siège près de l’âtre où d’énormes troncs se consumaient dans le foyer. Les flammes éclairaient les portraits de famille accrochés au mur. Mais le baron fut surpris de voir ces figues le regarder d’un air compatissant et triste. Il s’endormit et vit en rêve les exploits de ces ancêtres qui faisaient l’honneur de son nom.

Soudain, la trompe retentit au pied des remparts, le pont-levis s’abaissa pour ne laisser entrer qu’un homme glacé, à demi mort.

» – Et Ulric ? demanda-t-il

– Pauvre Ulric ! Il dort sous la neige qui l’ont enseveli au milieu des montagnes.

Surpris dans la tempête de neige, le dévouement de ses serviteurs fut inutile. L’un d’eux avait payé de sa vie sa loyauté pour son jeune maître. Voilà ce qu’apprit le malheureux père, voilà comment s’évanouirent toutes ses pensées de bonheur, tout ses rêves d’avenir. »

A l’aube, le pauvre messager encore transi de fatigue était en selle avec son maître galopant péniblement vers les montagnes. Le baron voulait retrouvé le corps de son fils. ils fouillèrent tous les recoins de la montagne en vain. Le tombeau de neige gardait sa victime.

Quand le printemps eut fondu les neiges, le baron retrouva la dépouille dUlric dans les bras du fidèle serviteur. Le baron fit reposer son fils aux côtés de sa mère.

Le baron quitta ses terres et trouva refuge au monastère de Saint-Gal aux portes de Murat que venait de fonder le vicomte d’Armagnac. Deux ans passèrent, sous sa bure de moine, la douleur restait intact. Comment oublier la mort prématurée de son fils tant aimé ? Ce souvenir le poursuivait dans ses prières et les moines qui le croisaient voyaient se larmes briller sous son capuchon noir. Bientôt le baron perdit la raison malgré les attentions journalières des moines. Il fut enfermé dans une cellule où la folie le poussait à attenter à sa vie pour retrouver Ulric. Le soir de Noël 1452 arriva ; tous les moines se rendirent à l’église pour célébrer la naissance de l’Enfant-Dieu.

Alors le baron, fou de douleur, s’enfuit et remonta la vallée d’Albepierre alors que la neige tombait en gros flocons. Il prit le chemin sous le manoir de Combrelles en appelant Ulric et s’enfonça dans la gorge étroite qui mène au Plomb du Cantal. La bise qui le suffoquait collait la neige froide sur sa face baignée de sueur. Ses pieds nus étaient ensanglantés. Arrivé au sommet, il appela Ulric encore et encore jusqu’à se qu’une rafale de vent le renversa au sol. Mais la neige bientôt l’ensevelit.

a la fonte des neiges, son corps réapparut. Les religieux ensevelirent leur frère sur la montagne et pour perpétuer sa mémoire, ils dressèrent sur sa tombe un monument.

Depuis lors, les voyageurs viennent y faire halte ou attendre le lever du soleil pour découvrir ici un des plus beaux panoramas de la région. La rivière du Brezons prend sa source près du col de la Tombe du Père.


Source : Ludovic SOUBRIER, » Légendes d’Auvergne », Réédition de l’ouvrage de 1891, Les Editions du Bastion, 1998.
Message modifié 2 fois. Dernière modification par PoMMeAddict, 16/01/2020 - 09:23
PoMMeAddict
PoMMeAddict

inscrit le 05/10/12
88 messages
En poussant mes recherches sur internet je suis tombé sur l'arbre généalogique de Aymeric ROLLAND dit le Baron de Raulhac.
Je vous laisse consulté son arbre
Message modifié 1 fois. Dernière modification par PoMMeAddict, 16/01/2020 - 09:33
PoMMeAddict
PoMMeAddict

inscrit le 05/10/12
88 messages
Et toujours en quêtes de plus d'informations sur le sujet, mais a prendre avec des pincettes, car je ne suis en aucun cas généalogistes ;).

Aymeric ROLLAND fils dit le Baron de Raulhac était le seigneur de Raulhac est fils de Aymeric III ROLLAND, seigneur de Valon par conséquent le château dont parle la légende serait soit le château de Raulhac(Château de Cropières), mais je ne trouve aucun lien de correspondance familiale avec celui-ci source wikipédia==>

Ou alors je pencherai plus sur le Chateau de Valon, situé à Lacroix Barrez(12) ou nous retrouvons les traces de son père Aymeric III ROLLAND, seigneur de Valon sur la fiche wikipédia toujours
Message modifié 2 fois. Dernière modification par PoMMeAddict, 16/01/2020 - 09:58
PoMMeAddict
PoMMeAddict

inscrit le 05/10/12
88 messages
PoMMeAddict
PoMMeAddict

inscrit le 05/10/12
88 messages
Château de Valon à Lacroix-Barrez
superglisse
superglisse
superglisse
Statut : Expert
inscrit le 04/11/19
123 messages
Matos : 3 avis
Un énorme Merci pour toutes ces infos (ainsi le temps que ces recherches vous a pris)!!!!!
J'ai de quoi en savoir sur cette histoire maintenant, celui qui dit le contraire est vraiment un expert de cette légende...
superglisse
superglisse
Statut : Expert
inscrit le 04/11/19
123 messages
Matos : 3 avis
Si je dois faire part de mes soupçons, je me poserai certaines questions:
- Comment sait-on qu'il a grimpé le sommet du plomb du cantal pour crier le nom de son fils, il y avait-il quelqu'un qui l'a entendu ??
- Comment un coup de vent l'a déséquilibré pour l’emmener du plomb jusqu'au col de la tombe du père ??
- Comment sait-on que c'est un coup de vent qui a provoqué une grande partie de son décès ??
(...)
Les histoires sont parfois incompréhensible et modifier au fil du temps...
Message modifié 1 fois. Dernière modification par superglisse, 16/01/2020 - 22:05
Fred Hbz
Fred Hbz
Fred Hbz

inscrit le 12/11/15
6 messages
superglisse (16 janv.) disait:

Si je dois faire part de mes soupçons, je me poserai certaines questions:
- Comment sait-on qu'il a grimpé le sommet du plomb du cantal pour crier le nom de son fils, il y avait-il quelqu'un qui l'a entendu ??
- Comment un coup de vent l'a déséquilibré pour l’emmener du plomb jusqu'au col de la tombe du père ??
- Comment sait-on que c'est un coup de vent qui a provoqué une grande partie de son décès ??
(...)
Les histoires sont parfois incompréhensible et modifier au fil du temps...



Faut pas chercher à être trop rationnel non plus. C'est une légende...
superglisse
superglisse
superglisse
Statut : Expert
inscrit le 04/11/19
123 messages
Matos : 3 avis
Fred Hbz (18 janv.) disait:

Faut pas chercher à être trop rationnel non plus. C'est une légende...

oui, en effet!
A mon avis ceci ne s'est pas produit comme cela.
je pense que le comte de Raulhac a dû vouloir grimper jusqu’au plomb mais il est mort de froid en plein milieu du chemin, au col de la tombe du père. quand ils ont dû écrire cette histoire, ils se sont peut-être dit, tiens, on pourrai rajouter que le comte est monté jusqu'au plomb du cantal , a crié la nom de son fils puis c'est un coup de vent qui l'a emporté jusqu'au col de la tombe du père.
superglisse
superglisse
Statut : Expert
inscrit le 04/11/19
123 messages
Matos : 3 avis
Salut à tous !
Ce week-end du 7 et 8 mars, je me suis permis un petit tour au Lioran et j'ai pensé à vous: