Le Nine Queens de Julie & Coline
2000*1045px

Le Nine Queens de Julie & Coline

Le Nine Queens avait lieu du 18 au 25 mars 2012 à Serfaus-Fiss-Ladis en Autriche. Pour la première fois, deux françaises ont été retenues par les juges pour filer participer au Nine Queens : Julie Benard et Coline Ballet-Baz.

Texte Sarah Pinton
Photos Flo Breitenberger / Mathieu Mazuel / Klaus Polzer
Vidéo Mathieu Mazue
Texte Sarah Pinton
Photos Flo Breitenberger / Mathieu Mazuel / Klaus Polzer
Vidéo Mathieu Mazue

Le Nine Queens avait lieu du 18 au 25 mars 2012 à Serfaus-Fiss-Ladis en Autriche. Pour la première fois, deux françaises ont été retenues par les juges pour filer participer au Nine Queens : Julie Benard et Coline Ballet-Baz.

Le Nine Queens avait lieu du 18 au 25 mars 2012 à Serfaus-Fiss-Ladis en Autriche. Cet événement à l'initiative de Nico Zacek et de la Suissesse Virgnie Faivre est le jumeau du Nine Knights mais pour ces demoiselles. Il a pour but de regrouper les meilleures skieuses des quatre coins du monde pendant une semaine autour d'un module "le chateau" spécialement shapé pour elles. Au programme de la semaine, plusieurs journées intensives de shooting sur le perfect-jump (au lever du soleil, au coucher du soleil, à l'hélico...) et se termine en beauté par un contest. Autant vous dire que les skieuses invitées sont traitées comme des reines ! Comme l'année précédente, des qualifications vidéos ont été organisées pour permettre à de nouvelles têtes d'intégrer le casting de rêve. Pour la première fois, deux françaises ont été retenues par les juges pour filer participer au Nine Queens : Julie Benard et Coline Ballet-Baz. Julie a fait partie des privilégiées à être invitée à passer l'intégralité de la semaine en Autriche tandis que Coline a pu rentrer dans la prestigieuse start-list pour le contest du dernier jour. Nos deux frenchies n'ont pas mis longtemps pour trouver leur place au milieu des autres rideuses, ni leurs marques sur la table. Il était encore difficile pour elles de rivaliser avec Ashley Battersby et son switch 1080 qui sortent victorieux du contest devant Evelyne Bhend et Kaya Turski. La grande absente de cet événement reste Sarah Burke qui était bien présente dans la mémoire de toutes les filles.


- Julie, tu as passé toute la semaine en Autriche alors qu'au départ tu n'étais sélectionnée que pour le contest... Que s'est-il passé ?

Julie Benard : J'ai dragué Virginie Faivre (rires) ! Non en réalité, suite aux désistements de certaines rideuses, Virgnie a pu choisir deux autres filles pour la semaine entière. Une deuxième session de jugement a eu lieu et j'ai été retenue avec l'Italienne Silvia Bertagna. Elle m'a appelé pour m'annoncer la nouvelle et hop c'était parti !

- Toi Coline, tu as été invitée pour le contest suite aux qualifications vidéos, quelle a été ta réaction quand tu as appris la nouvelle ?
Coline Ballet-Baz : J’ai reçu un appel de Virginie Faivre quand on était au SFR de la Clusaz. Je ne m’y attendais pas, je croyais que les résultats seraient quelques jours après. Franchement vu le niveau des vidéos je ne pensais pas trop être qualifiée, et ça m’a donné le sourire pendant au moins toute l’après-midi !

Coline sur les rails du château de Virginie Faivre (ph : M.Mazuel)

- Quel était le programme des hostilités durant la semaine à Serfaus-Fiss-Ladis ?
Julie : Nous avons été reçues comme des vraies princesses. Le premier soir, nous avons eu droit à un repas dans un restaurant situé dans une cave, en tenue autrichienne traditionnelle. Le dessert était un gâteau représentant le château. Nous avons aussi goûté à la spécialité locale: le schnaps !
Le lendemain, le mauvais temps était annoncé donc les filles ont pu se reposer (ndlr : beaucoup d'entre elles revenant des X Games de Tignes) tandis que quelques irréductibles, dont moi ont bravé la tempête pour aller shreder sur les rails. Le soleil est revenu le mardi et c'était parti pour une première session de folie ! On a pu faire quelques photos au sunset. Pour ma part, je souffrais d'une grosse périostite aux deux tibias donc j'y suis allée tranquillement.
Mercredi c'était jour de shooting en hélico. C'était un peu stressant mais j'ai pu voir les images en avant première en redescendant dans les œufs comme j'avais bien sympathisé avec le cameraman (rires) et franchement le rendu est bien !
Le jeudi était programmé un shooting au lever de soleil. Nous avons dû nous lever à 4 heure du matin pour prendre les œufs à 5 heure. C'était sympa malgré le fait que je sois restée à regarder a cause de mes douleurs aux tibias. Nous sommes revenues le soir pour le shoot de nuit. Le château était éclairé par pleins de lumières et l'élan était entouré de torches. J'ai tenté ma première session sous anti-douleurs et j'ai enfin pu en profiter. Vendredi était le jour du shooting lifestyle ! Carla (ndlr : Organisatrice aux côtés de Nico Zacek) a réussi à négocier un shooting avec des rapaces ! Toujours avec la robe autrichienne bien sûr ! On s'est amusé de notre coté avec Emma Dahlström et Emilia Wint à passer l'aprem sur les piste déguisées et on a beaucoup ri.

Shooting au couché de soleil de soleil pour Julie qui a eu la chance de passer toute la semaine au Nine Queens (Ph : K.Polzer)

- Le château de Virginie (le set up/table) vous a t-il impressionnée ?  
Julie : Oh que oui ! 20 mètres de long à première vue, ça ne fait jamais rire ! J'ai surtout été bluffée par la qualité du travail des shapers! Un Perfect jump juste parfait...

Coline : En regardant les vidéos du kicker avant d’arriver en Autriche et en le voyant pour la première fois quand on est monté dans la station, j’avoue : je me demandais comment j’arriverais à sauter là dessus ! Après le "first try" ça allait mieux, parce que le kick était tellement bien shapé que le saut se faisait tout en douceur.

- Comment s'est passé le contest du samedi pour vous ?
Julie : Pour moi ce n'était pas un contest, c'était le dernier jour, la dernière session, j'avais juste envie de me faire plaisir ! J'ai fais mes tricks les plus stylés possible. Cela a payé quand les filles sont venues me dire que j'avais vraiment une très belle attitude en l'air ! J'ai adoré cette journée malgré son caractère un peu triste car nous allions bientôt toutes nous quitter...

Coline : Ni Julie, ni moi n’avons été qualifiées pour la finale, mais vu le niveau général on s’en doutait. Le contest s’est très bien passé quand même, avec un format jam session qui permettait de sauter autant de fois qu’on voulait et dans une ambiance très cool, sans aucune pression.

Coline pendant le contest la journée du samedi (M. Mazuel)

- Quelle a été votre relation avec les autres filles qui sont quand même les meilleures mondiales...
Julie : Pour moi qui suis plutôt timide et qui ai un peu de mal avec l'anglais, je suis restée un peu dans mon coin au début. Toutes filles étaient adorables. C'était fou d'être là au milieu d'elles et de sentir la passion qui les anime lorsqu'elles sont sur les skis. Je me suis sentie faire partie de la famille...

Coline : Les relations avec les autres rideuses étaient très bonnes. Le vendredi quand on est arrivé la session était réservée aux filles invitées pour le weekend, personne ne se connaissait mais il y a eu tout de suite une ambiance très sympa. Tout le monde se parlait en essayant de jongler entre les langues ! Et forcément rider avec des filles qui ont un tel niveau c’est impressionnant et très motivant ! 

Julie et Coline entoure l'hôte de cette semaine, la Suissesse Virginie Faivre.

- Quels tricks avez-vous plaqués et quels sont ceux qui vous ont marqués ?
Julie : J'ai plaqué des sauts droits, des sauts écarts, des grattes dos et des double mac twist (rires) Le niveau était dingue : du cork 720 blunt d'Emma Dahlström au 720 mute "à la Bobby Brown" d'Emilia Wint en passant par les misty 9 d'Evelyn Bhend ou encore les switch cork 7 de Keri Herman.

Coline : Pendant le contest il y a eu des sacrés tricks, on a vu entre autres des switch 1080, misty 9, flat 7… Les tricks qui m’ont le plus marqué sont le 720 mute ultra twické d’Emilia Wint, et les cork 7 et flat 5 de Devin Logan, car elle a beaucoup de style. Pour ma part j’ai posé des 7 et des flats 5, et quelques tentatives de 9 sans trop de succès.


- L'ambiance était bonne avec autant de filles réunies ?
Julie : Oui, personne ne se tirait dans les pattes et les filles en haut s'encourageaient toutes les unes les autres. Quand tu es en haut du start et que tu as Ashley Battersby et Keri Herman qui sont derrière toi au départ et qui te disent "Come on Julie, let's do it", ça fait tellement chaud au cœur !

Coline : C’est en partie grâce à l’ambiance que ce weekend a été si génial. Les rideuses étaient aussi sympas les unes que les autres, le staff pareil, on a été vraiment bien accueilli !

Première journée au Nine Queens pour Julie qui attaque les rails même par le mauvais temps

- Pensez-vous que ce genre d'événement tire le niveau vers le haut ?
Julie : Bien sur ! La table était idéale pour tenter de nouveaux tricks ! L'année dernière avait vu naitre le premier switch 1080, cette année c'est le premier misty 9. C'est sur que si l'on pouvait rider une table comme ça toute l'année, les filles ne seraient vraiment pas loin des garçons à l'heure où je vous parle !

Coline : Oui je pense vraiment, car déjà le kicker était parfait, donc il permettait d’essayer de nouveaux tricks tout en confiance. En plus, le fait de consacrer une semaine entière à rider avec les meilleures skieuses sur ce même kick permet de s’y habituer, de se pousser mutuellement, et d’ailleurs il y a eu pleins de filles qui ont posé des nouveaux tricks !

Coline et Julie remercient toute l'équipe et espèrent revenir l'année prochaine.

Résultats contest :
1) Ashley Battersby (Switch 1080° Mute, Switch 720° Mute)
2) Eveline Bhend (Misty 720° Mute, Misty 900° Mute)
3) Kaya Turski (Switch 1080° Safety, Switch 720° Critical)
4) Keri Herman (Switch Cork 540° High Safety, Switch 720° Safety)
5) Devin Logan (Switch 540° Safety, Cork 720° Tail)
6) Emilia Wint (Switch Cork 540°, 720° Mute)
7) Emma Dahlström (Switch 540° Japan, Switch 720° Mute)
8) Anna Segal (Switch 720° Mute, Cork 900° Mute)

portfolio

soirée d'ouverture

Photo Flo Breitenberger / Mathieu Mazuel / Klaus Polzer
Julie en tenue traditionnelle Autrichienne !
pas encore de commentaire - Laissez votre commentaire

Julie Benard

Photo Klaus Polzer

Heli Session

Photo KlausPolzer

Shooting Hélico du 3ème jour

Photo Flo Breitenberger

Les rideuses au start

Photo Flo Breitenberger

Coline Ballet-Baz

Photo Mathieu Mazuel
1 commentaire - Laissez votre commentaire
  • Stylé le Teeshirt!!

Coline Ballet-Baz

Photo Flo Breitenberger

Une table assez parfaite

Photo Flo Breitenberger

Le Nine Queens de Julie & Coline

Photo Flo Breitenberger

Devin Logan

Photo Flo Breitenberger

Nico Zacek et Eva Patscheider

Photo Flo Breitenberger

Serfaus, Fiss Ladis

Photo Flo Breitenberger

Emma Dahlström

Photo Flo Breitenberger

Chill

Photo Flo Breitenberger
Conditions idéales pour la journée du contest, pause avant le début de la compétition.
pas encore de commentaire - Laissez votre commentaire

Eveline Bhend

Photo Flo Breitenberger

Coline Ballet-Baz et Nico Zacek

Photo Mathieu Mazuel

Coline Ballet-Baz

Photo Mathieu Mazuel

Anna Segal

Photo Flo Breitenberger

Le podium

Photo Flo Breitenberger
Ashley Battersby, Kaya Turski et Eveline Bhend
pas encore de commentaire - Laissez votre commentaire

6 commentaires

Vicissitude

inscrit le 22/07/11
"C'est sur que si l'on pouvait rider une table comme ça toute l'année, les filles ne seraient vraiment pas loin des garçons à l'heure où je vous parle !"

Ouais.
Mais non. ;)

Quand on sait que Torin, qui a 16 ans, donc qui est pas encore au top de ce qu'il peut faire physiquement, a réussi un 1800 à Mammoth... (Ok, c'est un génie mais quand même)


Je pense que c'était de l'humour, parce que sinon c'est un poil ridicule.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Vicissitude

inscrit le 22/07/11
Ah. Maël, visiblement tu sais écrire, par contre pour la lecture, je suis dubitatif.

Est-ce que j'ai dit que c'était intéressant ou même "pertinent" (j'adore qu'on dise qu'une figure est "pertinente" ou non) ?

Mon exemple soulignait la différence entre le niveau actuel des filles et des garçons sur des tables relativement équivalentes relativement aux meilleures performances de rotation proposées.

Ai-je dit que je préférais un 1800 à un 1080 ? Non. Tout ceci est subjectif. Je réagissais simplement face à un commentaire qui me semble dénué de bon sens.

Un peu comme le tien, en fait.

Mais après libre à toi d'aller chercher d'inventer des débats et de te monter la tête.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Maël Brfg

inscrit le 03/02/11
Estimer qu'un gars de 16 ans plaquant un 1800 soit un génie semble tout autant dénué de sens.

Loin de moi l'idée de critiquer Torin qui au contraire de beaucoup d'autres fait preuve de "style" (même si cela reste subjectif).

Après j'ose penser que tu as laissé place à ton second degré toi aussi.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Vicissitude

inscrit le 22/07/11
"Estimer qu'un gars de 16 ans plaquant un 1800 soit un génie semble tout autant dénué de sens."

Ah.
Parce que génie ça veut, dans son deuxième sens selon l'Académie : Qualité remarquable, aptitude. Faire un 1800 ne dénote-t-il pas d'une qualité remarquable ou d'une aptitude hors du commun ?

Tu peux ne pas aimer le fait que ce soit une toupie, mais ça n'enlève rien à la performance.

Bref.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire