Test Mammut Eiswand Advanced ML Hooded Jacket 2019

Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
mart!

Une seconde couche conçue pour la haute montagne.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 24 ans | m | Avancé | Hautaget
Acheté : 200€ en ligne
Conditions du test : Utilisation pendant 1 an en 4 saisons, sur les sorties alpinisme, ski de rando ou en randonnée (à la journée ou en trek).

Points forts

- Protection
- Thermicité
- Technicité
- Confort
- Made in Europe

Points faibles

- Encombrement
- Poids
- Prix

Contexte :

Ce haut Eiswand Advanced ML Hooded Jacket fait office de seconde couche sur mes sorties d’alpinisme ou de randonnée. Je l’utilise régulièrement depuis 1 an. Après l’avoir testé par des températures allant de -5 à 10°C, essentiellement seul ou sous une doudoune, je vous fais mon retour terrain.


Caractéristiques produit :

Commençons par ses caractéristiques principales. Ce haut fait partie de la gamme Eiger Extreme de la marque Mammut, la fameuse gamme « technique et innovante ».

Selon la marque, cette veste est une veste intermédiaire « solide » conçue pour les sorties exigeantes. Cette veste de type « polaire » est fabriquée à partir de Pontetorto Tecnostretch (un matériau stretch et qui sèche rapidement) et est certifiée bleudesign. Sa construction « Vertical Motion » assure une aisance de mouvements dans tous les plans.

En ce qui concerne sa coupe, elle est proche du corps. Cette veste à capuche a des poignets élastiques, des passe-pouces et des « pads » aux endroits sensibles (épaules et avant-bras) pour prolonger la durée de vie du tissu. Côté accessoires, la veste est dotée de 2 poches poitrine et de zips YKK.


Autres caractéristiques :

Fabriqué en Europe (Lettonie)

Prix conseillé : 260 €.

Poids annoncé : 460 grammes.

Poids constaté en taille S : 410 grammes.


Test terrain :

Commençons par le design et la coupe. La coupe est relativement ajustée, surtout au niveau des avant-bras. Comme d'habitude, Mammut conçoit des vêtements longs, qui descendent bas sur les hanches. Cette seconde couche ne fait pas exception. Hormis les avant-bras, la coupe est ajustée sans être moulante, ce qui permet de mettre une première couche ou un t-shirt dessous sans difficulté. Les manches sont relativement longues, pour pouvoir utiliser les passe-pouces sans tirer sur les manches.

Le design est quant à lui efficace, comme souvent chez Mammut.

Côté confort, la matière intérieure ressemble à de la polaire, doux et agréable au toucher. Quand on porte le vêtement, il est très confortable, au repos comme à l’effort.

La coupe est au service du confort : le vêtement suit tous les mouvements du corps. C’est clairement une seconde couche pensée pour les sports de montagne et les activités techniques : un vêtement où il est confortable de lever les bras ;) . A aucun moment le bas de la veste ou les manches ne remontent : un vrai atout par temps froid !

Cette veste est aussi très technique. Elle est réellement bien pensée. Les passe-pouces sont réalisés en matière stretch et différente du reste de la veste. Les poches sont placées à la poitrine et non sur le bas de la veste pour pouvoir utiliser un baudrier. Des pads relativement adhérents sont situés sur les épaules et sur les avant-bras pour pouvoir protéger les endroits sensibles de l’abrasion (causée par le sac à dos ou par le rocher). Quant au col, il remonte relativement haut (presqu’un peu trop) pour protéger le cou et le menton des courants d’air. La capuche est très moulante et vient faire office de cagoule ou de bonnet, pour pouvoir être utilisée sous un casque : parfait pour l’alpinisme et l’escalade. Enfin, les zips sont dotés de longues tirettes pour pouvoir utiliser la veste avec des gants.

Passons maintenant à la thermicité, une des principales utilisations du vêtement. J’ai trouvé cette seconde couche parfaite pour l’utilisation pour laquelle elle a été conçue : efficace quand elle est portée seule par 5°C et plus. De plus, j’ai trouvé la veste vraiment protectrice contre le vent même si ça n’est pas son utilisation et qu’elle ne fait pas non plus office de coupe-vent. Je l’emmène en remplaçant la doudoune sur les treks estivaux.

Je l’ai aussi utilisée pour des activités plus intenses. J’ai trouvé que cette veste intermédiaire avait une gestion de l’humidité plutôt efficace : dans le brouillard épais, je n’ai jamais eu l’impression d’être trempé ; en transpirant, la veste évacue pas trop mal l’humidité.


Principaux points négatifs :

Pour moi, cette seconde couche a deux points négatifs notables :

- Son encombrement : une fois la veste pliée, elle est plus encombrante qu’une doudoune, elle prend pas mal de place dans le sac, est peu compressible, et peut donc plus difficilement être prise en tant que veste « au cas ou » pour les randonnées minimalistes ou à la journée.

- Son poids : pour 410 grammes, elle pèse également plus lourd qu’une doudoune ou que ses concurrents.

Même si son poids et son encombrement sont pour moi compensés par le côté protecteur de la veste. Cela vaut donc le coup pour les sorties en haute montagne (en prévoyant une doudoune en plus) ou pour les treks estivaux. Elle peut aussi être utilisée en escalade (pratique en portant un baudrier) ou au quotidien.


En conclusion :

Cette veste est typiquement conçue pour la haute montagne (alpinisme, ski de rando etc.). Malgré son poids et son encombrement assez élevés, elle reste très protectrice (contre le vent ou les températures froides). Elle est également très technique et agréable à porter. 

Pour qui ?

Aux férus de haute montagne qui veulent une seconde couche protectrice et confortable.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire