Test Mammut Light Protection Airbag 3.0 2020

1 test Mammut Light Protection Airbag 3.0.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Arpille

La protection qui se fait oublier

Avis sélectionné
Profil du testeur : 28 ans | m | Chemin
Acheté : en magasin
Conditions du test : Test effectué sur une saison lors de sorties en ski de rando et freeride. Quelques sorties sur 2 ou 4 jours inclues.

Points forts

Poids, confort, compartiment séparé pour l'airbag, poignée de test

Points faibles

Ceinture ventrale se serre difficilement et se desserre toute seule ce qui diminue la répartition de la charge sur les hanches.
Prix

Test effectué sur une saison lors de sorties en ski de rando et freeride. Quelques sorties sur 2 ou 4 jours inclues.

Caractéristiques

• Volume sans le système d’airbag: 30 L, 28L avec système d’airbag et cartouche carbone

• Longueur du dos avec système de taille adaptable pour un même sac : 46/48.5/51 cm

• Temps de remplissage de l’airbag : 3 sec

• Volume de l’airbag: 150 l

• Trauma Protection: oui

• Poids sans le système d’airbag : 1200g

Poids avec système d’airbag et cartouche carbone 2430g

• Poignée de déclenchement réglable en hauteur ; airbag de couleur vive

• Fixation en diagonale pour skis

• Support pour snowboard

• Support pour bâtons et piolet repliable

• Sangles de compression latérales

• Compatible avec système d’hydratation


Impressions :

Déjà sur le papier, c’est un sac qui fait envie de par ses 28L pour seulement 2kg430 lorsque l’airbag est monté.

Lorsqu’on le prend en main, ce sac à dos semble très bien pensé avec quatre compartiments :

- Une petite poche avant du sac pour y ranger lunette de soleil, snack … Poche relativement grande car j’y ai déjà rangé mon masque de ski.

- Un compartiment spécialement dédié pour la pelle et la sonde avec une tirette longue et de couleur pour repérer en un clin d’œil la poche et l’ouvrir facilement avec des gants.

- Un compartiment pour les affaires de randonnées et la cartouche

- Un compartiment pour l’airbag.

On peut aussi choisir la longueur du dos grâce à un système de ceinture ventrale adaptable.

Poignet de déclenchement de l’airbag avec longueur adaptable.


Test en condition :

Première étape : remplir le sac.

Sac de bonne dimension pour des sorties d’un à trois jours (si nuit en refuge gardé avec demi-pension). J’ai réussi à y rentrer tout le matériel pour trois jours de vadrouilles avec :

Vêtements de rechange, gants, matériel de sécurité avalanche, peaux de phoques, couteaux, crampons, corde de 120cm, mousquetons, pic-nic, une gourde, un thermos et même doudoune et veste coupe-vent. C’était un vrai tétris, mais c’est passé !

A l’extérieur, il y a possibilité de portage des ski, bâtons, piolet, ainsi que des attaches pour le casque ou le sac à crampons selon préférence.

Deuxième étape : le mettre sur le dos

Sac confortable, je n’ai jamais ressenti de point de pression sur les clavicules.Maintien dorsal rigide, confortable mais peu respirant.

Petit défaut, qui se fait sentir quand le sac est lourd, la ceinture ventrale est difficile à ajuster ce qui n’aide pas toujours à porter le sac sur les hanches.

Une sangle arrière se passe entre les jambes et se fixe lorsqu’on ferme la ceinture pour prévenir un arrachage du sac en cas d’avalanche.

Troisième étape : on part en vadrouille

1. En balade :

Sac confortable qui se laisse porter plusieurs complet jours d’affilé.

Le sac possédant un compartiment spécifique pour l’airbag (séparation en tissus entre l’espace de rangement et de l’airbag) il n’y a pas d’ouverture spontanée du compartiment airbag lorsque le sac est chargé à bloc ou lors du portage contrairement aux anciens modèles.

Sur la ceinture ventrale on trouve des attaches pour les mousquetons.

Points négatifs :

- la ceinture ventrale à tendance à se desserrer seule, ce qui diminue le portage du sac au niveau des hanche qui n’est déjà pas optimal de base.

- La poche de l’airbag est plus haute que le reste du sac et pousse la tête en avant lors des grands froids quand on a une 2ème couche à capuche, plus la doudoune à capuche et le coupe-vent aussi avec une capuche. Les mouvements de la nuque sont tout à fait libre lorsque l’on a pas la doudoune.

2. Portage des skis :

Deux options :

- En diagonal à l’arrière du sac ce qui permet un déploiement complet de l’airbag en cas de besoins.

- En latéral ce qui permet de garder le piolet ou le crampons si on n’en a pas besoin au moment du portage mais empêche le bon déploiement de l’airbag en cas de besoin.

La fixation des skis se fait grâce à des sangles ce qui permet le portage de ski de toutes les largeurs. Il y a aussi deux sangles qui permettent d’attacher un snowboard sur le sac. Je ne les ai jamais testés donc je ne peux pas me prononcer sur leur efficacité.

Possibilité de porter les bâtons sur le sac avec une attache basse qui évite que les bâtons bougent.

3. Usage spécifique à l’avalanche :

Je vous rassure tout de suite, je n’ai jamais été emportée dans une avalanche.

Compartiment spécifique à l’avant du sac avec une tirette allongée et de couleur pour la repérer tout de suite en situation de stress.

On y range la pelle et la sonde, qui se retirent et se remettent rapidement même lorsque le sac est plein. Des informations de sécurité y sont imprimé sur le tissu en anglais et en allemand.

Pour ce qui est du déclanchement de l’airbag, il se fait à l’aide d’une poignée que l’on peut à 3 hauteurs différentes. La poignée est assez grosse, ergonomique ce qui permet de bien l’avoir en main même avec deux épaisseurs de gants.

Test du gonflage de l’airbag grâce à la poignée test fournie qui permet de tester le système sans cartouche et vérifier son déclenchement.

Après le déclanchement de la poignée, il se déploie en moins de 5secondes puis se dégonfle très progressivement après 5-10min.

Lorsqu’il s’ouvre il vient englober les épaules, la nuque et la partie haute de la tête, offrant une protection physique lors de l’avalanche mais permettant aussi de faire une grande poche d’air.

Attention à bien protéger la pointe du piolet pour pas qu’elle vienne perforer l’airbag en cas de besoin.

Quatrième étape : le bilan

Après une saison avec un usage plus ou moins intensif je suis très heureuse de mon achat, c’est un sac relativement confortable et polyvalent.

Au niveau de la résistance, je n’ai rien a signalé le tissus n’a pas d’accros ni de signes d’usure ! 

Pour qui ?

Toute personne faisant de la randonnée ou du freeride.
9/10
Solidité
Manipulations/accroches
Confort/Maintien
Modularité
Qualité/pertinence des accessoires
Facilité de déclenchement
Gestion du système airbag (entretien, réarmement,
Finition
Rapport qualité/prix

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire