Des fixations « SIGNATURE » pour les athlètes Look 

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Des fixations « SIGNATURE » pour les athlètes Look 

La personnalisation des fixations des athlètes jusqu’au moindre détail
Look
Texte :
Look, Dynastar et Rossignol
Photos :
Look

Un rappel sur Look

Look est une marque française emblématique dans le monde du ski. La fabrication des fixations à Nevers est historique et le savoir-faire français de plus de 70 ans est unique. Intimement liée aux moments les plus marquants du ski depuis plus de 60 ans, la marque accompagne les champions de course alpine, freeride et freestyle sur les podiums du monde entier.

C’est pourquoi les athlètes de toutes les disciplines accordent une confiance absolue à Look.

LOOK SIGNATURE

Ils sont skieurs sur les pistes les plus engagées de la Coupe du Monde, freeriders embarqués dans les pentes les plus raides ou freestylers virevoltants dans les airs; tous travaillent étroitement avec les équipes Look afin de disposer du matériel le plus abouti :

  • la fixation qui sait se faire oublier tant elle est efficace,
  • la fixation en laquelle ils ont 100% confiance,
  • la fixation qui leur fait dire « #ITRUSTLOOK ».

Nous collaborons en permanence avec les athlètes pour faire évoluer techniquement les produits. Nous avions envie depuis longtemps d’aller plus loin pour exaucer leurs vœux. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé à certains d’entre eux de dessiner leur propre graphisme, en un mot, d’avoir leur modèle    « SIGNATURE »

Sebastien Rideau, Responsable Marque et Produits Look

Après Henrik Kristoffersen et Henrik Harlaut ce sont Perrine Laffont, Clément Noël et Ben Cavet qui ont désormais le droit à leur modèle « SIGNATURE »*. L’occasion pour eux de venir visiter l’usine, se rendre compte de la technicité et du niveau de détail apporté au produit, offrant performance, confiance et sécurité dans leur matériel.

*Les modèles de Perrine et Ben n’ont pas encore donné lieu à une série commerciale

Retour en interview sur cette journée

Perrine et Ben, qu’est-ce que cela vous fait découvrir l’usine et la fabrication de vos produits ?

Perrine : C’est vrai qu’on ne se rend pas toujours compte du travail effectué derrière un produit donc de venir dans l’usine Look en France, c’est responsabilisant et il y a une vraie prise de conscience sur le produit. Et en étant français, c’est important pour nous de revendiquer les fournisseurs et les produits Made in France.

Cela renforce aussi notre lien à la marque et cela apporte une valeur sentimentale au produit. C’est chouette de rencontrer les opérateurs, ça fait chaud au cœur de voir que les personnes accordent une attention particulière à fabriquer notre matériel.

Ben : Oui je suis d’accord. Ce qui m’a particulièrement bluffé, c’est le savoir-faire, et notamment le coup de main de Youssef qui travaille sur le décor pour les fixations personnalisées, c’est du sur-mesure et de l’artisanat, c’est impressionnant.

Quels échanges avez-vous avec la marque ?

Perrine : Avec Look, on a surtout travaillé sur un décor spécifique. Disons qu’en terme de technicité, la fixation Pivot est aboutie et on a 100% confiance dans notre matériel. On ajuste seulement quelques détails qui permettent d’avoir une fixation toujours plus optimale.

Ben : Je regardais les Championnats du Monde de VTT cette semaine et je voyais que beaucoup de coureurs ont du s’arrêter pour des problèmes liés à leurs matos, et c’est vrai que cela ne nous arrive jamais, un problème comme ça. Grâce à des fixations comme celles-ci, on peut se concentrer uniquement sur notre niveau physique et de technique et en oublier le produit. Pour notre discipline, Look c’est le must et c’est hyper important sur un sport extrême d’avoir 100% confiance dans son matériel.

Perrine : Dans notre sport, ce qui est dur, c’est que vu l’impact qu’il y a dans les bosses, on a tendance à vouloir serrer en se disant «il ne faut pas que je déchausse», mais en même temps, moi qui fait 54 kg si je chute il vaut mieux que cela déchausse pour ne pas que je me fasse mal. Au début, j’étais toujours un peu entre les deux, et au final aujourd’hui je reste toujours serrée à DIN 7 et ça va bien car j’ai confiance dans le matos. À DIN 7 je sais que quand je tombe ça déchausse, et sinon quand je skie, je n’ai jamais de déclenchement intempestif. La seule chose dont je pourrais avoir peur, c’est que quelqu’un me dérègle mes fixations.

Quel est votre entraînement en ce moment ?

Ben : L’hiver, on ne fait quasi que des compétitions. L’été et l’automne, on fait de la préparation physique et on retourne sur les skis avant le début des compétitions en décembre. La préparation physique correspond à de la musculation, du cardio, de l’explosivité, du gainage.

Au tour de Clément Noël de visiter l'usine Look

Clément, est-ce que c’est la première fois que tu viens à Nevers?

Oui c’est la première fois que je viens visiter l’usine. Effectivement je connaissais la fabrication des skis mais pas celle des fixations donc c’est intéressant. On ne s’imagine pas qu’il y a autant d’étapes et de détails sur la fabrication du produit. Venir ici permet de se rendre compte du niveau de technicité et de qualité du produit.

Est-ce que le matériel peut faire une différence entre plusieurs skieurs ?

Oui bien sûr, en général on parle plutôt du ski en lui-même mais en fait c’est vraiment un ensemble avec les skis, la chaussure et les fixations. Ensuite, on vient apporter différents réglages et cela peut faire la différence entre certains coureurs et certaines courses. Pour les fixations c’est un peu différent car ce n’est pas un paramètre sur lequel on peut influencer en tant que skieur, donc nous avons besoin d’avoir 100% confiance dans ce produit et qu’il soit complètement performant, efficace, sécurisant. De voir la production, ça permet de confirmer le niveau de qualité et d’avoir confiance en nos produits.

Quelles différences il y a entre vos fixations et les skieurs non-compétiteurs ?

C’est surtout la «dureté», la résistance du ressort et de la fixation pour supporter des efforts plus importants. C’est assez technique, il faut que cela tienne et qu’on ait un bon maintien, mais aussi éviter la blessure et déclencher si nécessaire.

Cette année est particulière avec les Jeux, est-ce qu’on se prépare différemment ?

Non, on se prépare pareil, le début de saison est classique en termes de courses donc on fait le même entraînement. On sait qu’il y a les Jeux, on pense à se qualifier mais on ne va pas changer notre préparation en fonction. On se concentre d’abord sur le début de saison et les compétitions qui vont arriver et ensuite on verra pour les Jeux. J’aime tellement le circuit Coupe du Monde que c’est déjà une très grande source de motivation et de concentration.

Après tes magnifiques secondes places de ces dernières années sur la Coupe du monde en Slalom, quels sont tes objectifs de saison à venir ?

L’année dernière, cela ne s’est pas aussi bien passé car j’y pensais beaucoup et je me disais que je n’avais pas le droit à l’erreur. On verra comment vont se dérouler les années à venir pour avoir la meilleure régularité et obtenir la tête du classement, car mine de rien ça récompense le meilleur skieur.

Parfois on te voit sur des géants, est-ce que ça fait partie de tes objectifs ?

Pourquoi pas en faire un peu plus, j’en ai fait quelques-uns l’année dernière, ça s’est plutôt bien passé. Là, j’ai des bonnes références à l’entraînement avec les deux disciplines slalom et géant. Je pense que je vais en faire quelques-unes pour voir ce que ça donne, et compléter un peu mon programme tant que j’ai de l’énergie.

Comment as-tu choisi ta spécialité entre slalom ou géant ?

Je viens d’une petite station donc j’ai fais plutôt du slalom et j’ai toujours plus aimé ça. Assez naturellement, je me suis dirigé vers cette discipline par goût mais aussi par mes caractéristiques physiques plus adaptées.

Qu’est-ce que cela te fais d’avoir une fixation dédiée à ton nom et tes couleurs ?

Cela fait plaisir car j’ai beaucoup participé à son design, donc là de voir l’attention qui a été portée au produit et à sa fabrication, c’est d’autant plus responsabilisant. C’est un produit hyper technique, fait à la main donc c’est flatteur, on n’a pas envie de décevoir.

Est-ce qu’il y a des choses qui t’ont interpellé pendant la visite ?

Oui ce sont tous les systèmes de peinture, de tampons, de traitement des différents matériaux. C’est un processus long et technique à mettre en place et on n’a pas forcément tendance à imaginer tout ça. On a l’impression que cela arrive tout prêt mais en fait c’est bien plus compliqué que ça.

Article sponsorisé, rédigé en partenariat avec Look
2 commentaires
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.