Victor Galuchot, l'interview rock
2000*1045px

Victor Galuchot, l'interview rock

... et sa vidéo best of assez énervée
Texte Sarah Pinton, Loïc Giaccone
Photos voir crédits
Vidéo Victor Galuchot
... et sa vidéo best of assez énervée
Texte Sarah Pinton, Loïc Giaccone
Photos voir crédits
Vidéo Victor Galuchot
.
Quand Victor Galuchot nous a envoyé sa vidéo best of des dernières années, on s’est dit qu’il fallait marquer le coup (la précédente était déjà mal). Franchement, on n’avait pas envie de se farcir une énième interview déjà vue et revue où l'on parle de… ski ! Non, puis Victor Galuchot tout le monde le connait déjà avec Bon Appétit. On n’allait pas lui demander de présenter gentiment sa carrière alors qu’on l’a déjà vu pêcher dans un lac à moitié à poil par -10°C. Pas crédible. Il nous fallait des questions qui sortent du cadre, un peu comme lui. C’est en prenant en pleine face la bande son de l'edit en question que nous avons eu l’idée de causer musique avec le bonhomme. Pas besoin de préciser qu’il semble avoir avec des goûts bien affirmés en la matière…
https://www.zapiks.fr/tranche-de-vie-victor-galuch.html

Sympa le son de ta vidéo, c’est quoi ?

Merci, je suis bien d’accord.  C’est Fight de Motorhead. Je trouve que le morceau marche bien pour du montage vidéo et colle bien à ce que je veux dégager. C’est intense et brut
Il n'y a pas plus rock, dans le son, comme dans les paroles. C’est la vie à 200 à l’heure, les plaisirs, l’insolence, la rébellion et la liberté. Le texte dit "Fight" parce qu’il faut se battre pour revendiquer, obtenir et garder tout ça.
Pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, ou qui s’intéressent peu au rock, je vous conseille le film éponyme traitant de la vie du chanteur et bassiste de Motörhead, Lemmy Kilmister. 
Quelle place occupe la musique dans ta vie ?
La musique est très importante. C’est surement le meilleur moyen de communication qu’on ait trouvé. T’as des musiques comme celle-ci (ndlr : voir question au dessus) qui te motivent à fond, et d’autres pour chaque moment, chaque humeur...
Il y aussi ces morceaux que tu écoutais énormément pendant une période de ta vie, et quand tu retombes dessus t’as tout un tas de souvenirs connectés à cette musique, cette période, qui refont surface. Ça me rend souvent nostalgique mais je trouve ça excellent.
J’essaie aussi d’en faire mais malheureusement je suis aussi doué que si je devais jongler avec mes pieds. Heureusement Kurt Cobain a composé des trucs assez basiques (rires)

Niveau style, j’ai l’impression que tu aimes le hard rock et le metal, tu confirmes ?

Je suis super éclectique. C’est vrai que j’ai un penchant pour les sons rock des années 50 à aujourd’hui, avec une grosse préférence pour ce qui a été fait dans le passé. Cependant je suis aussi un grand fan de Brel ou encore Ferré. Tu vois, même si je ne dirais pas qu’il y a du bon partout, la plage est plutôt grande…

Quand tu étais gamin tu écoutais quoi ?

L'un des deux premiers vinyles que j’ai écoutés c’était "Queen : News of the world". Je pense que c’est surtout parce qu’il y avait « We Will Rock You » que cet album m'a marqué. Et l’autre c’était "Simon and Garfunkel : The Sound Of Silence"Après ça, j’ai eu la chance de grandir à une époque où Nirvana était une référence… 

Quel est ton meilleur souvenir de concert ?

Sans hésiter, mes meilleurs souvenirs de concert sont aux Menuires à l’occasion des Full Metal Contest. Si il devait n'y en avoir qu’un ce serait la performance de Suicidal Tendencies. Ce groupe légendaire prend ses racines dans plein d’univers rock différents et a toujours été en lien avec la culture glisse,  notamment le skate.
Se dire que ce groupe mythique venait jouer aux Menuires, c’était de la science fiction ! L'engouement était dingue chez les locaux de la station car se sont tous des putains de rockers. Le concert a été complètement dément. En plus, la spécialité de Suicidal Tendencies en fin de set est d'inviter tout le public à monter sur scène pour foutre un bordel sans nom. Il est bien là mon meilleur souvenir.

Quels sont tes cinq albums préférés ?
Top trente on a le droit (rires) ?
L’oeuvre de Brel.
The Doors : Waiting for the sun.
Led Zeppelin : Remasters
The Clash : The Essential Clash
Queen : Greatest hits I, II et III
Nirvana : In Utero Ex aequo avec Nevermind

Est-ce que tu pourrais comparer le rythme des hivers avec Bon App à celui d’une tournée ?
(rires) Oui ! Sauf que les 60 000 personnes qui nous voient sont un chiffre en bas de votre player (ndlr : Zapiks) et pas une foule en délire… Chiotte !
Je n'y avais jamais pensé mais il doit y avoir des similitudes : ne jamais être chez soi, les heures sur la route, la fatigue, le manager qui nous ne prend pas des hôtels assez luxueux, la drogue et les putes… En fait que les trois premiers. Re-chiotte !

Penses-tu qu’il existe un lien entre le fait de pratiquer un sport dit "extrême" et d’écouter de la musique dite également "bourrine" ?
Perso je trouve qu'il y a une philosophie véhiculée par la pratique de sports extrêmes qui est similaire à l’état d’esprit rock : l’intensité, l’hédonisme, la différence, l’appartenance à une communauté en marge… C'est d'autant plus fort qu'à l'époque où j’ai grandi, le ski freestyle et freeride arrivaient pour casser les codes stricts de l’alpin. Il y avait vraiment un coté rebelle "Fuck the system" qui colle à mort au rock. Cela reste ma vision car il y a aussi un sacré paquet de mecs qui ont suivi la mouvance Hip-hop… 

Tu as des choses à nous dire à propos de la photo dossier (voir en-tête de l’article) que l’on ressorti des profondeurs de Skipass ?

Pour la petite histoire on était à Tokyo avec Nico (Favre) Fab (Maierhofer), PA Chedal et ton boss (Guillaume Lahure). On terminait un trip ski au Japon et c'était la dernière soirée avant de rentrer en France. On s'est baladé dans Tokyo et on est tombé sur ce tout petit bar. Sur l'enseigne il y avait des stickers de Metallica et de Rammstein. On s'est dit qu'on allait boire un verre là et en lisant la carte on découvre que le mec vend de la chartreuse. Une bonne adresse ! C’est parti sur le rythme : une pinte de bière, un verre de chartreuse, une pinte de bière, un verre de chartreuse... Le mec laissait son ordi au bout du bar, on a donc pris possession de la playlist et je crois qu’il y a eu quelque chose comme 80% de Pantera ce soir là. Avec la fatigue tout le monde a explosé en plein vol. Nico a vomi dans les chiottes, PA Chedal dans les escaliers. Bref on pouvait rentrer en France sereins.

2 commentaires

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire