[Matos 2013] Et après le rocker...

Quand un vieux moniteur aussi rouge que sa veste vous interpelle sur le front de neige en demandant : «ce truc là sur vos skis, c’est ça le rockère ?», on peut se dire que ce déroulé de spatule a fait du chemin. Ce profil particulier où «le point de contact ski/neige recule quand on aplatit le cambre» (telle est la définition aujourd’hui acceptée) est devenu un standard de l’industrie du ski. Le mot même va très probablement disparaitre quand tous les skis seront rockers (comme ils sont tous aujourd’hui paraboliques). Comment vont évoluer nos paires de planches dans le futur ?

Avant de répondre, revenons rapidement en arrière. Le ski a connu en cent ans des innovations techniques qui ont changé la façon de le fabriquer et de le pratiquer : talon fixé, carres métalliques, semelle rapide, construction en lamellé-collé puis en sandwich. «On s’est toujours posé la question de savoir comment améliorer les skis. On y a répondu avec le parabolique, puis en élargissant sous le pied, puis avec le rocker, explique Mike Hattrup, guide, figure des films de freeski américains des années 80 et en charge de la gamme Backside - freerando - de la marque américaine K2. «Je me souviens de Shane (McConkey, ndlr) dire : "et si on faisait un cambre inversé ?" et six ans plus tard le rocker est sur tous les skis ! Il y a 15 ans, le ski de poudre faisait 90 mm sous le pied et c’était inimaginable de skier un ski aussi large sur la piste. L’industrie a rendu possible le ski moderne en travaillant avec des combinaisons de matériaux, des méthodes de construction et d’amorti nouveaux. Les matériaux n’ont pas changé : noyaux bois et fibre de verre, carbone et métal ; on les utilise juste de façon plus fine». 

La géométrie parabolique et le profil rocker (venus du snowboard et non pas de la course comme toutes les innovations du ski d’antan) ne sont peut-être pas aussi importants dans l’histoire du ski que les révolutions cités ci-dessus, ils ont en tout cas profondément transformé la gestuelle qui prévalait depuis Emile Allais (et même depuis l’Autrichien Hannes Schneider si l’on remonte plus loin) ainsi que la facilité d’accès à tous types de neige et l’aspect ludique. Alors, quel sera le prochain virage du ski et où va-t-il nous emmener ? 

Mike Hattrup ne voit «pas d’énorme révolution à l’horizon. Il y a tant de paramètres sur lesquels on peut jouer autour du rocker que cela va nous occuper les cinq prochaines années. C’est un moment excitant pour les concepteurs de ski aujourd’hui, les gens sont prêts à accepter des idées un peu folles.» Le rocker n’a donc pas dit son dernier mot, d’autant que quand les fabricants trouvent une nouveauté, il faut un certain temps pour qu’elle s’infiltre à tous les étages du marché : du core au consommateur lambda. C’est ce qu’explique Andreas Mann, chef de produit ski alpin chez Völkl : «nous devrons parler de rocker pendant 3 à 5 ans jusqu’à ce qu’il s’installe dans l’esprit du consommateur ; il y a encore une résistance au rocker sur les skis de piste. Cependant, je vois un risque, c’est que la phase d’innovation soit derrière nous et que des idées stupides surgissent qui n’augmentent pas vraiment ni la fonctionnalité ni la performance. Le rocker est menacé par une trop grande exagération

Hervé Maneint, concepteur des skis Scott, ne voit pas un tel danger. Pour lui, les fabricants sont plutôt dans une phase d’apprentissage modeste : «le rocker va rentrer dans le rang. Exagéré il y a deux ans, il est devenu moins prononcé. Pour mes propres modèles, je n’avance que progressivement sur la question, je veux trouver à la fois la facilité de déclenchement et une spatule vivante. Le rocker n’est pas isolé sur le ski, il faut que le ski entier soit conçu avec ce profil et en ce moment tous les fabricants apprennent à adapter un rocker sur leurs modèles existants !»

Le rocker a injecté énormément de versatilité (non, je n’ai pas dit polyvalence !) dans nos skis. « Même un ski spécialisé comme le Shiro (119 mm sous le pied) est performant sur la piste», explique Andreas Mann, «pour moi, c’est vraiment la tendance : la versatilité. Elle vient de l’harmonie du rayon, quand le ski arrive sur la carre, il n’y a pas de points durs. La versatilité peut être défini par : «le ski me suis partout et me facilite dans toutes les décisions que je prends.»

L’autre aspect sur lequel les fabricants font évoluer le ski, c’est le gain de poids : alléger le ski et améliorer la distribution du poids. «Un 80 mm d’il y a 5 ans est plus lourd qu’un 84 mm aujourd’hui, détaille Andreas Mann, cela vient de la fixation et de la construction. Il faut beaucoup de technologie pour réduire le poids de 10% ! C’est l’un des points-clés pour le futur. Tous les skieurs, skieuses, les bons et les débutants, peuvent en bénéficier.» Il suffit de voir les efforts des fabricants pour proposer des skis qui s’allègent tout en ridant "pour de vrai" à la descente : Black Diamond, Movement, Scott, Black Crows, Kästle et ce ne sont que quelques exemples. 

Le point le plus important où risque de se concentrer l'innovation, c'est l’interface chaussure/fixation. Rien d’original, c’est une arlésienne depuis des années qui, pour le moment, n'a donné naissance qu'à de timides évolutions dans le freerando... On skie toujours avec la chaussure à quatre boucles conçue dans les années 70, dotée d'une semelle rigide respectant la norme qui permet le déclenchement de sécurité. «Il s’est passé beaucoup de choses dans les chaussures», raconte Mike Hattrup de K2. «La Nordica Grand Prix en 1974, puis la une boucle de Scott, le look futuristique de la Hansen, la Dolomite Secret Weapon, la Nordica Polaris, l’entrée arrière de Salomon... toutes ces évolutions sont finalement revenues à l’origine : la Nordica Grand prix et ses quatre boucles avec structure portefeuille. Du côté de la fixation, on a eu aussi plein de choses intéressantes, poursuit Mike Hattrup, la Spademan, la Besser, the Burt (avec un câble reliant la chaussure à la fixation), ou Dynafit qui pour innover a du oublier les standards en fixant les chaussures sur les côtés.». 

Leader mondial de la fixation, Marker a eu des idées : «Nous avons travaillé avec Tecnica sur de nouvelles interfaces, un standard complètement nouveau mais aucun détaillant ne veut prendre le risque. Il faut acheter les trois ensembles : ski, chaussure et fixation. Les magasins refusent alors que techniquement c’est possible d'évoluer. La clé est donc commerciale,» explique Michael Mangold, responsable R&D de Marker, qui produit plus d’un million de paires de fixations par an dans son usine près de Prague. Un bon exemple, c’est l’interface innovante chaussure/fixation E2 développé conjointement par Salomon et Rossignol au milieu des années 2000 qui n’avait pas convaincu les détaillants. «Et pourtant, des prototypes, il y en a plein les boites» conclue-t-il.

Détail d'un brevet de fixation déposé par Marker.

Ca devrait vous intéresser aussi

2 IF3 - Le palmarès alors, c'est qui le meilleur? 1 IF3 - les awards en LIVE ça commence... Gagne ta tenue The North Face au High Five The North Face et Skipass vous proposent de partir à la conquête des coulisses du High Five en postant vos meilleurs clichés sur instagram ! 3 Ce qu'il ne faut pas rater au High Five Festival ! A J-9 avant le High Five, cette nouvelle formule s'annonce tout simplement énorme ! Pour patienter, nous passons en revu tout ce qu'il ne faut pas ... 9 Retallack, le film complet  Après Like A Lion, c'est au tour de Retallack d'être disponible en intégralité. 2 Le gagnant PVSxGFS est... Les skipasseurs avaient le pouvoir, ils ont décidé du rider GFS qui aura la chance d'intégrer le casting du prochain film PVS. 8 Les gagnants du concours High Five Après avoir épluché les 140 commentaires, nous avons enfin en notre possession les gagnants du jeu concours High Five. 7 Twenty, 20 ans de freeski par Poor Boyz Twenty est le film anniversaire de Poor Boyz et retrace 20 ans de Freeski (depuis 1994). Un teaser à découvrir d'urgence ! 5 C'est déjà l'hiver à C... Les médias canadiens s'affolent depuis lundi dernier en raison des chutes de neige récentes sur la ville de Calgary qui font le plus grand bonheur du ... 2 Shades of Winter : pure, un film 100% féminin Shades of Winter : Pure est le second film 100% féminin de la skieuse Sandra Lahnsteiner. 

17 commentaires

buenonda

buenonda

les évolutions futures des ski Guillaume, il y en a encore 2 voir 3 qui risquent d,être trés marquantes:

- généralisations des cotes a rayon plus courts et extrémitées elliptiques, que ce qui se fait actuellement et dans tous les programmes sauf la race.

- formes 3D de la semelle différentes du plat actuel, pour pleins d,avantages sur les skis au dessus de 100/110 mm au patin

- nouvelles formes aussi dans les cambres, les rockers ne seraient pas forcément aux extrémitées...

en fait tout cela existe deja en proto ou en séries et attend un succés commercial juste.

A+
Biket

Biket

Je pense surtout que les progrès à venir vont concerner l'interface ski/fix et fix/shoes.

On verra....
Biket

Biket

Pis bientôt, on ne parlera plus de largeur sous le pied mais du rayon de courbe procuré par le ski qui en découlera de son utilisation....
lamenace

lamenace

Moi je dirais plutôt progrès à faire dans l'interface shoes batons pour une grande majorité d'entre nous
Biket

Biket

Enfin, quand les fabricants se tourneront vers de nouveau procédés de transformation et de fabrication, on aura une réel avancée. Cela dit un gros travail à été fait ces dernières années.
Quand je lis que c'est un gros travail de diminuer le poids sur des fix et sur des skis, je me dis que les fabricants ne sont pas au courant ou font semblant de ne pas être au jus des nouveau procédé, notamment dans la transfo des matières plastiques et des composites.
On viens de l'artisanat pour aller vers l'industriel.
D'autres secteurs d'activité peuvent apporter des nouveautés ou des "idées"aux fabricants de ski.
Après, il faut que ses Mrs des BE et des Achats fassent leurs sourcing dans d'autres industries voisine, ex l'automobile ou autres.....
On m'a dit, t'as vu la nouvelle pompe de Salomon avec la bi injection de 2 matières sur la mm shoes patati patata mais la bi injection par exemple existe depuis 15 ans......
L'industrie du ski avance s'est sur mais est en retard par rapport à d'autres secteurs industriels.
Bon ride
Mathouf74

Mathouf74

Michael Mangold dit tout en une phrase... Et buenonda a bien raison. Perso je connais une marque (non je la citerais pas !) qui propose depuis 6-7 ans à son bureau marketing des skis très larges, avec un rayon court, et dont les fixations sont en travers du ski... Mais l'idée est trop originale selon le marketing...domage, les tests étaient très positifs.
buenonda

buenonda

@mathouf74: ton pote shaper il ferait pas du kite par hasard?
flocon hargneux

flocon hargneux

Merci pour ce bel article.

Bon et les inserts pour fixation comme en snowboard, ça pourrait déjà être bien non ?
Rien sur les matériaux piezzo-électriques et les skis à géométrie variable ? En tout cas en ce qui concerne la technique du virage, les skis non-symétriques comme les Dupraz D2 risquent bien de chambouler les appuis.
clemano

clemano

Très bon article, on aimerai en voir plus souvent.

Comme dit Biket, il y a un certain retard sur les avancés technologique. Mais comme souligné dans l'article, les gens sont également fermé au changement.
A qui aura le culo de sortir une innovation gagnera beaucoup. Je parle sur le point de vue fixe, chaussure.
Le ski a déjà beaucoup évolué, il s'est segmenté, les innovations deviendrons minime. A moins qu'une nouvelle tendance, pousse le ski à s'uniformisé pour avoir un ski bon dans toutes les conditions.
FreeSkiAlex

FreeSkiAlex

Bon article :)

" Cependant, je vois un risque, c’est que la phase d’innovation soit derrière nous et que des idées stupides surgissent qui n’augmentent pas vraiment ni la fonctionnalité ni la performance. Le rocker est menacé par une trop grande exagération.»

Tellement d'accord avec Andreas Mann, pour 2013 on voit des rockers apparaître sur des skis de park...
wantek

wantek

Je vois pas ce qu'il y a de genant que les skis de park possèdent des rockers.
Les rockers sur les skis de park sont de petite taille, et améliore la polyvalence ( par exemple, tu veux faire une sortie pow mais tu n'as que tes skis freestyle, bah voilà tu peux grace au rocker).
C'est mon avis.

Bon ride.
Hugo Nouaille-Degorce

Hugo Nouaille-Degorce

Pour ma part je suis peut être un consommateur lambda sensible au marketing mais je trouve que les innovations chez scott le 3D shape machin qui permet d'avoir une conduite de ski " coupé " et la nouvelle fix guardian c'est franchement pas mal .. ça évolue petit à petit mais c'est bien :)

(bon commentaire qui sert à rien)
ronron

ronron

T'oublie une chose biket!

Le prix, et ça change tout.

Ils peuvent utiliser ces technologies sans aucun soucis, mais à quel prix.

2000€ la paire, personne ne payera ça.

Comparer le ski à l'automobile est stupide.
Dans l'automobile, ils parlent de séries dépassant le million, les couts de production sont alors facilement amortis.

Quand on reste en dessous des séries de 10000 pieces, il est tres difficile de faire des produits tres innovants restant attractifs niveaux prix.

Encore une fois, arréter de prendre les gens de BE et du marketing pour des cons. Respecter un minimum les gens dont c'est le métier et qui font des skis que vous aimez tant, aussi abordable.

Ayant étudier des fixations, gagner du poids de manière significative est une chose très difficile sur un élément de sécurité.
buenonda

buenonda

quand on voit les outlines des dupraz et du freestyle 2013 de chez scott, rien que sur ce paramètre les choses sont bien ouvertes...
un ski stable a plat, fluide et précis en dérapages et a grandes vitesses tout en etant instintif et nerveux en carve va être bientot possible;
et c,est pareil pour les profils c,est dire qu"on est loin d'avoir tout vu!
Biket

Biket

J'ai pas dit faire comme l'automobile mais regarder les process de fab et de transfo qui sont dans les secteurs de pointes.
J'ai et je travail sur la fix dans un grand groupe et bien si tu n'arrive pas à diminuer le poid de tes composants, t'es une grosse quiche...mm sur un produit de sécurité.
p1nouille

p1nouille

pour travailler dans les composites pour l'aéro et l'automobile, il y a beaucoup de progrès possibles dans le choix ET l'utilisation des matériaux de base (recyclabilité, process, etc.)
si l'on ajoute à ça la géométrie, une génération d'ingés, BE et market ont du boulot. et les débats d'idées aussi :)

par contre, c'est quoi ce "Détail d'un brevet de fixation déposé par Marker" ? qq'un a-t-il des infos ?
Guillaume Desmurs

Guillaume Desmurs

Pour le brevet, tu peux le trouver sur internet. Il s'agit d'une fixation 4 points latéraux (2 avant, 2 arrière).

Connectez-vous pour laisser un commentaire