Derby de la Meije : 30 ème édition
2000*1045px

Derby de la Meije : 30 ème édition

Plus de 800 participants se sont affrontés sous le soleil de la Grave
Texte Christophe Stagnetto
Photos Christophe Stagnetto
Texte Christophe Stagnetto
Photos Christophe Stagnetto
Plus de 800 participants se sont affrontés sous le soleil de la Grave

Ce vendredi 06 avril 2018 avait lieu la trentième édition du Derby. Et c'est sous un beau ciel bleu que les 800 participants, déguisés en Mario, en souris, en moutons ou encore en bougies, ont dévalé les Vallons de la Meije. 

5 avril 2018 - Veille de la course :

C'est le jour des reconnaissances, chacun prépare sa ligne (ou sa trace un peu plus loin), tandis que les paroles vont bon train « C’est super bon. », « Y’a un paquet de neige. », « Ce matin on était tous champion du monde.» Bien entendu, rien ne se passe encore sur les fameuses lignes, tout cela doit rester secret au moins jusqu'à demain...

(demain) La météo s'annonce sous le signe de la cuisse qui chauffe. (et de la neige aussi)

(demain) Les pisteurs procéderont à des sondages toute la matinée, la zone interdite sera bel et bien interdite et l'arrivée se fera (roulement de tambour) aux chalets de Chalvachère !!!

La nuit tombe sur la Grave, les Cabines du téléphérique parés de lumières se pavanent dans les airs, mais déjà le chapiteau s'éteint et le village s'endort, c'est bientôt demain.  

Demain, Jour J - Vendredi 6 avril 2018 

30 ANS !!! 30 ans ! Et comme promis le 29ème miracle (du vendredi).

Le ciel est limpide, le soleil caresse les crêtes à peine fumantes et ne tardera pas à nous arroser copieusement.

Il est 7:30 quand les premiers dossards à peine sortis de leur sommeil attaquent la montée, « C’est dur j’ai refait ma ligne toute la nuit, j’ai l’impression de ne pas avoir dormi » Fast nico : « Plus on fait de derby moins on y pense, à sa ligne »

Un peu plus de 800 participants rejoignent la zone de départ à 3600 mètres sur le glacier, qui baigne dans la lumière et la bonne humeur. Finitions, fartage, étirements, échauffements, les premiers se préparent, les suivants mettent l’ambiance !

On compte une dizaine de Mario en paret de randonnée et autant de bananes, des moutons au milieu de bougies d’anniversaire, une bande de nounours un peu fous, une poule, une licorne et quelques Saint Bernard aux tonneaux bien fournis. Bref une ambiance So Derby version 30.0 !

La bonne humeur, c'est bien mais il va quand même falloir descendre 1750 mètres plus bas. Il est l’heure de voir si les cuisses, habilement travaillées tout l’hiver, tiendront leurs promesses.

9:30 : Go ! Le premier départ est donné, par vagues de 10, la gnac entre les dents, la neige qui vole, le schuss est vite avalé et puis arrive bientôt le plat (en fanfare). Certains poussent sur les bâtons quand d'autres marchent (on les appelle les snowboardeurs) Jean Louis St Arnaud lui, y restera tanqué.

Adieu la fanfare, il est temps de rentrer dans le vif du sujet "les Vallons", le propulseur et le lançoir, en neige transformée, seront délaissés par les plus rapides au profit de l'entrée haute et du mur. Collée à la parois, la neige y est restée bonne et même là elle vole encore derrière le mono ski fusé du pti'Lapin.

A ce niveau de la course il y a suffisamment d'espace pour tout le monde, les coureurs sont comme des fourmis frénétiques dispersées dans les vallons, souvent seuls face à leurs lignes, face à leurs cuisses aussi, que le feu emporte peu à peu.

De bosses en moraines, de moraines en bosses, la gnac dans les chaussettes, il faut tenir encore. Tenir à travers les mélèzes et tenir encore et encore avant de découvrir une raquette d’arrivée large comme 3 stades de foot, théâtre de quelques crashs spectaculaires. ("Saletés de cuisses !!!")

Bref presque tout le monde à passé la ligne, même les brebis volontairement égarées par les saint Bernards de postes de secouristes en postes de secouristes, presque tous sauf Ludo de Montpellier qui finira à P1 malgré ses 3 reconnaissances. "c'était mal indiqué" (Sacré ludo !)

Au tour de la raquette, l'ambiance est tout aussi bonne qu'au départ et c'est ski aux pieds que nous rejoignons la Romanche (Oui Monsieur !!!) pour aller manger la tambouille préparée par les "QUENET" (tous deux premiers en monoski homme et femme).

L'immense tablée s'éternise, ça chambre, ça souffle encore des bougies, ça se réhydrate tellement il fait chaud. Puis les résultats tombent. Les chambrages s'équilibrent et les chronos mettent tout le monde d'accord : "C'était encore un putain de beau Derby !!!"

30 fois ne sont pas coutumes, pas de Derby sans podium, Pas de podium sans Lapin, un Xavier Duret qui se retrouve animateur (et 3ème mono skieur), encore des bougies, des Brebis (de la Meije), une tour Eiffel et c'est une fois de plus un podium joyeusement coloré qui démarre... Corinne fidèle au poste, tout comme Jacky (on le soupçonne d'avoir fait exprès) qui finit dernier en 2h30 et qui paie la sienne !!!

Tout devant on retrouve en 00:06:05.79 Rolland Charly. Collet Rudy le suit de prêt, à 5 secondes derrière, suivi d'Olivier (qui) Meynet (jadis), aAlors que chez les dames, c'est bel est bien Meynet qui mène (encore). Bletton Gabriel l'emporte en snowboard hommes en 00:08:15.14 et chez les dames c'est Mouthon Anouck en 00:11:02.44.

Les résultats complets par ici.

La nuit peut tomber sur le petit village, les cabines du téléphérique misent en lumières par le Kolectif Alambic se remettent a tourner fièrement dans les airs. Cette nuit le chapiteau ne s'éteindra pas, et le son de la musique va durer jusqu'au petit matin, cette nuit demain c'est loin. 

6 commentaires

Marco7512
Statut : Expert
inscrit le 10/12/06
Matos : 6 avis
Correction : Xavier Duret est 2ème mono skieur et non pas 3ème comme indiqué dans l'article

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire