Avalanche à Tignes : quatre personnes décédées
2000*1045px

Avalanche à Tignes : quatre personnes décédées

Une avalanche de grande ampleur s'est déclenchée ce matin sur le secteur hors-piste de Tovière
Une avalanche de grande ampleur s'est déclenchée ce matin sur le secteur hors-piste de Tovière

- Mise-à-jour 20h21 : La préfecture de Savoie annonce un "bilan définitif" de quatre morts et la fin des opérations de recherche. D'après le Dauphiné Libéré : "Les autorités parlent d’un bilan faisant état de quatre morts, le moniteur âgé de 59 ans, un père de famille de 48 ans, son fils de 15 ans et le demi-frère de ce dernier âgé de 19 ans. Il semble que le signalement initial de neuf personnes emportées ait été dû à des doublons sur la liste de l’école de ski."

- Mise-à-jour 15h40, Communiqué de presse de la station de Tignes :

Avalanche en secteur hors-piste : bilan provisoire de 4 morts
A cette heure, nous avons déjà retrouvé 4 personnes malheureusement sans vie, chacune équipée de DVA. L’espoir de retrouver d’autres victimes vivantes est mince.
L’avalanche s’est produite sur la commune de Tignes secteur Hors-Piste. Elle se situe sur la Pente de Tovière et s’étend de 40 à 100m de large et sur 400m de long. Les circonstances de l’accident sont encore inconnues, une enquête est en cours.
Actuellement, la station est en risque d’avalanches 3 sur 5.
L’identification des victimes est en cours. Nous savons que se trouvait dans le groupe une famille de 5 personnes au moins, accompagnée d’un professionnel. Il semble que les membres du groupe soient français probablement des vacanciers.
40 pisteurs secouristes sont sur place et sont aidés, du fait d’une forte épaisseur de neige, par des moyens mécaniques.

L'alerte a été donnée ce matin peu après 10h30 : une avalanche de grande ampleur s'est déclenchée sur le secteur hors-piste de Tovière, à Tignes. Un groupe de neuf personnes aurait été emporté, des "skieurs en vacances dans la station, encadré par des professionnels" d'après le Dauphiné Libéré.

Prévenus par le personnel des remontées mécaniques, les secours sont arrivés très vite sur place et ont mis en place un gros dispositif de recherche. A l'heure actuelle, le bilan fait état de quatre décès. Les secours ne sont pas optimistes sur les chances de survie des cinq autre victimes, toujours ensevelies. Le Bulletin Neige et Avalanche faisait état d'un risque trois aujourd'hui sur le secteur de Tignes.

Toutes nos pensées se tournent vers les familles des victimes.

Ce weekend, trois accidents d'avalanche mortels ont eu lieu, un samedi dans les Hautes-Alpes et deux autres en Haute-Savoie dimanche, faisant chacun une victime.

Photos : Radio Val d'Isère, Suzanne Lemelin
Ajoutez des photos (2020px)

L'avalanche a eu lieu à précisément 10h35, bien visible depuis la station (webcam Tignes le Lac) :

Ajoutez des photos (2020px)

47 commentaires

chamaco32
Statut : Gourou
inscrit le 12/11/10
Stations : 4 avisMatos : 1 avis
"Des skieurs en vacances dans la station encadrés par des professionnel", sans DVA et sans au minimum un réflecteur RECCO?
rom73

inscrit le 16/03/11
Stations : 1 avisMatos : 6 avis
Ils etaient equipés. Le recco c'est du bidon a coté d'un dva.
5

Connectez-vous pour laisser un commentaire

skipass.com
Statut : Confirmé
inscrit le 01/02/01
Malheureusement la nivologie n'est pas une science exacte et même des professionnels peuvent se faire prendre. Personne n'est à l'abri. Merci de s'abstenir de tout jugement, surtout tant que le secours n'est pas fini et que nous n'avons pas plus d'éléments ni même de bilan définitif.

De plus, les équipements tels que DVA, RECCO et airbags peuvent ne pas être suffisants dans certaines configurations d'accidents, notamment les avalanches de grand ampleur, qui plus est avec un piège de terrain, ce qui semble être le cas ici. Rien ne nous dit donc que le groupe n'en était pas équipé.

Egalement, les avalanches de grande ampleur, typiques des ruptures de couche fragile homogène sur de grandes surfaces, sont parmi les plus difficiles à déceler car le danger est persistant dans le temps (voir à ce sujet l'analyse de l'accident des Orres de 2012).

Connectez-vous pour laisser un commentaire

lamenace

inscrit le 05/01/06
Stations : 4 avisMatos : 2 avis
ça veut dire qu'il y avait neufs gars en même temps sur la face :/

Connectez-vous pour laisser un commentaire

marmopo

inscrit le 27/02/14
Je taf aux remontées mécanique de Tignes je connais donc bien le coin (ainsi que l'encadreur en question qui accompagnait ses clients..)
Je serais gré aux intervenant d'avoir un peu de respect envers les personnes qui ont subit ce drame ainsi que pour leurs proches et amis!
Le hors piste en question est très facile d’accès car juste a gauche de la piste et les conditions de neige y sont "correcte"

Pour les précisions que je peux vous donner: la coulé est relativement impressionnant car cette zone coule souvent mais très très rarement autant que cela.
Pisteurs, moniteurs et meme agents de remontées mécaniques sont sur place pour la recherches des personnes tellement la zone a couvrir est importante.
SVE6954

inscrit le 29/03/15
Matos : 1 avis
Vu la photo c'est très impressionnant !!!!
0
Dechi

inscrit le 18/11/11
Stations : 1 avisMatos : 4 avis
Connaissant bien l'endroit en question on peut voir qu'il y en a une sacrée épaisseur dans la zone de recherche :( bon courage.
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

marmopo

inscrit le 27/02/14
Situation actuel:
Les victimes faisaient partie d’un groupe collectif hors-piste encadré par un moniteur de l’Ecole du ski français de Tignes le Lac. Elles étaient notamment équipées de détecteurs de victimes d’avalanche. Huit personnes étaient inscrites, mais seules sept se sont présentées au point de rendez-vous avec le moniteur, ce matin. Le bilan est très lourd : les huit skieurs seraient décédés.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Stephane Cottrell

inscrit le 06/01/17
Espérons qu'il y ait des survivants. Et aucun doute de mon côté sur le professionnalisme des encadrants. Risque 3... Tout le monde y va. Et aussi près des pistes c'est d'autant plus tentant. Que ceux qui n'ont pas réussi à s'en sortir reposent en paix et tout mon courage pour les proches!!!!!! La montagne peut être très exigeante et dure.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

skipass.com
Statut : Confirmé
inscrit le 01/02/01
Article mis-à-jour. Les premières victimes retrouvées étaient effectivement équipées de DVA.
Mesco
Statut : Gourou
inscrit le 30/01/15
Stations : 12 avisMatos : 5 avis
Je ne sais trop où demander cela.. :s
Avez-vous entendu parler d'outils plus performants sur la recherche des victimes, en cours de développement ? Genre Sonar ou balise gps plus précise ?
Les dva ne commencent pas à être un peu archaïques avec l'évolution de la technologie ?
0
skipass.com
Statut : Confirmé
inscrit le 01/02/01
Archaïques ? Les dernières générations de DVA font tout le boulot avec des portées allant jusqu'à 70m y compris en situation de multi-victimes... Les temps de recherche moyens sont de l'ordre de quelques minutes, pour quelqu'un qui connait son DVA. Le vrai boulot d'un secours c'est le pelletage, qui demande au préalable un bon sondage. Si déjà tous ceux qui s'aventurent en hors-piste se formaient efficacement à faire ça (on en parlait ici http://www.skipass.com/news/143647-une-journee-de-formation-dva-avec.html), ce serait pas mal ! Car on est loin du compte... Plus l'équipement et son entretien, plus les connaissances de bases et les techniques de progression pour éviter de se retrouver dans cette situation, et notamment anticiper les pièges de terrain en plus des pièges nivologiques, on baisserait peut-être encore le nombre de victimes (qui heureusement, n'est pas si élevé que ça en fait, rapporté au nombre de pratiquants).
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Balam

inscrit le 16/01/13
Même aux abord des stations le risque est toujours présent courage aux familles et au secouriste. La montagne nous rappellera toujours à l'ordre que nous soyons pro ou amateurs de grosse poudreuse même en prenant les plus grandes précautions. Grosse pensée à toute ces personnes, nous sommes tous une familles réunit par la montagne. ????

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Mesco
Statut : Gourou
inscrit le 30/01/15
Stations : 12 avisMatos : 5 avis
Petite erreur de frappe
L1 - "L'alerte a été donnée ce matin peu après 10h30 : une avalanche de grande ampleur (400m de large)..."
"Elle se situe sur la Pente de Tovière et s’étend de 40 à 100m de large et sur 400m de long."

(autrement, vous pouvez supprimer, merci)
skipass.com
Statut : Confirmé
inscrit le 01/02/01
Merci ! 400m, c'était les premières infos que nous avions. Elle était tout de même sacrément grande...

Les dernières infos laissent penser qu'il n'y a bien que quatre victimes, les neuf potentielles ayant été dues à des erreurs de listing à l'ESF. Nous attendons confirmation pour mettre à jour l'article.
1
marmopo

inscrit le 27/02/14
Je confirme pour les 4 victimes..
Voici le communiqué de presse final de la situation
https://www.facebook.com/Tignes.net/photos/a.166092903418410.39271.132972980063736/1532484943445859/?type=3&theater
J'en profite pour dire au revoir a Laurent que je voyais presque tous les jours au taf...
Ride in Peace..
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

romain38170

inscrit le 03/12/15
Tout d'abord, toutes mes condoléances aux familles et proches des victimes.
Ensuite, j'ai une question dont certains diront que ce n'est pas le moment mais je ne vois pas quand ça le sera plus.
Apparemment ce groupe évoluait avec un moniteur ESF en hors piste mais sur le domaine skiable. Lorsqu'un accident arrive en montagne, hors d'un domaine skiable, donc sur le domaine publique, les secours qui interviennent (en France), sont les secours publique, l'intervention est prise en charge par les fonds publique si je ne me trompe pas.
Lorsque un accident arrive sur les pistes, l'accidenté doit être assuré, soit par son assurance, soit par celle proposée lors de l'achat du forfait.
En revanche, en dehors des pistes mais sur le domaine skiable, aucunes assurances ne couvre qui que ce soit.
Ma question est la suivante, comment ça se passe dans ce cas là lorsque en plus un professionnel est responsable d'un groupe? Comment un moniteur peut être couvert en amenant des clients en hors piste sur le domaine skiable?
On est pas dans le cas d'un guide en montagne sur le domaine publique?
Merci skipass de m'éclairer là dessus, j'ai bien épluché votre dossier assurance de début de saison mais ce cas de figure (avec un pro) n’apparait pas il me semble.
Merci et prudence à tous!
skipass.com
Statut : Confirmé
inscrit le 01/02/01
Alors, pour résumer (façon de parler, ça reste complexe en France et il y a du cas par cas à faire) :
- Secteur public : secours gratuit, depuis le bord de la route jusqu'au sommet de la montagne, tant qu'il est justifié. La gratuité du secours est un vieux principe en France, qui date d'une ordonnance du roi Louis XV de 1733.
- Cas particulier d'un domaine skiable : la gestion du secours est gérée par la commune qui elle-même la délègue au gestionnaire du domaine, la plupart du temps un privé. Avec l'essor de la pratique du ski, le prix pour les communes de ces secours est devenu important et il a été autorisé par la loi Montagne de 1985 de facturer les frais de secours sur domaine skiable. Pour éviter de payer, il faut prendre ou avoir une assurance qui couvre ce cas. En général, plus le secours est éloigné du poste de secours où s'opère le triage, plus celui-ci est cher (à voir au cas par cas pour chaque station, chacune fixe ses tarifs).
- Cas particulier du hors-piste : le secours en hors-piste est géré par les pisteurs-secouristes sur le domaine skiable, c'est-à-dire sur les zones accessibles gravitairement depuis les remontées, sauf si le secours est compliqué à mettre en place (c'est le secours public organisé qui vient dans ce cas, en collaboration avec les pisteurs, PGHM, CRS ou autres). Il faut s'assurer que l'assurance qu'on choisit couvre ce cas précis et vérifier les exclusions (accompagnement obligatoire par un professionnel par exemple pour être couvert).
- Cas particulier d'une piste fermée : le secours sur piste fermée est évidemment possible et pris en charge par les pisteurs, mais le tarif est élevé et certaines assurances se désengageront car l'usager n'aura pas pu ignorer la signalisation indiquant la fermeture de la piste (à moins qu'elle puisse prouver le contraire).

Globalement, quand vous pratiquez un sport, n'oubliez pas que vous risquez de ne pas être couvert si vous enfreignez un règlement ou arrêté, ou si vous vous mettez en danger volontairement. Plus de détails ici : http://www.skipass.com/news/128368-ski-secours-et-assurances-comment.html

Le hors-piste est rarement interdit, si c'est le cas cela doit être signalé clairement autant aux caisses des remontées que sur le domaine avec citation de l'arrêté l'interdisant. Il est parfois interdit temporairement lors d'épisodes neigeux importants avec un risque d'avalanche très élevé. Attention, il existe aussi des zones où le ski est interdit, généralement pour la protection de la flore et/ou la faune. Sur ce sujet, un article intéressant sorti après l'avalanche des Deux Alpes (ayant provoqué de vives réactions, comme aujourd'hui) : http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/ski-hors-piste-n-est-pas-interdit-france-phrase-marquante-du-procureur-grenoble-apres-avalanche-deux-alpes-905005.html

Concernant les professionnels, les moniteurs ESF ont le droit d'encadrer un cours en hors-piste, ils n'ont seulement pas le droit d'emmener leurs clients sur zone glaciaire (là on passe en haute-montagne, réservée aux guides de haute-montagne). Que ce soit un guide ou un moniteur, en cas d'accident d'avalanche les enquêteurs du PGHM vont relever les conditions dans lesquelles le drame a eu lieu et les apporter au procès, qui décidera de l'issue : c'est donc du cas par cas. A ce sujet, une conférence intéressante "Justice et montagne" : https://www.youtube.com/watch?v=QqA6OX5ek30

Il est intéressant de constater qu'il est plutôt rare qu'un accident d'avalanche impliquant des professionnels donne lieu à une condamnation: la justice prend en compte le caractère "risqué" du milieu montagnard. Il y a tout de même parfois des condamnés, mais rarement à de la prison ferme. Pour résumer, la justice va "simplement" vérifier que le moniteur ou guide avait fait correctement son travail et pris des décisions "logiques" au vu des conditions et de ce qu'il s'est passé, sans prendre de risque inconsidéré pour lui et ses clients (la conférence rentre beaucoup plus dans le détail de manière très intéressante, je vous la recommande). Cependant parfois, la montagne reste la plus forte. Le risque zéro n'existe pas, phrase connue mais qu'il ne faut pas oublier.

Personnellement, je suis persuadé qu'en nivologie, plus ou en connait, moins on en connait, ou plutôt plus on se rend compte qu'il est extrêmement difficile de savoir si une pente va craquer ou non. En fait, on peut savoir si elle risque de craquer grâce aux connaissances théoriques et au BRA, mais on ne peut pas être sur à 100% qu'elle va le faire ni à quel moment (au premier passage ? Après 15 passages ? Plus ? Jamais ?). C'est ça le problème : vous allez éviter une pente que le BRA annonce comme risquée, des skieurs vont y aller, rien ne va se passer, car pour des raisons mécaniques et nivologiques les conditions de rupture ne sont pas réunies (mais sont surement proches de cette rupture car la zone est risquée). Ils font partie des nombreux chanceux qu'il y a chaque jour en France qui pourraient se faire coffrer. Il ne faut pas oublier ce "biais" psychologique qui, progressivement, nous fait oublier le potentiel risque, jusqu'au moment du rappel à l'ordre, parfois tragique. Et ça, c'est bon pour tout le monde, du débutant à l'expert...

Le pire biais, c'est celui de dire après-coup "mais ça se voyait que ça craignait". NON ! Ca ne peut pas se "voir", à moins d'aller mettre son nez dans la couche fragile directement dans la pente (et là c'est risqué...). On ne peut pas déceler les plaques à vent. On peut deviner que le vent a travaillé, on peut savoir si une pente est à 30° grâce aux cartes, on peut penser que la zone est formée de neige cohésive, mais il est impossible de savoir à l'avance si il y a bel et bien une couche fragile qui va permettre le glissement de la plaque. Tout comme on ne peut pas savoir quelle surcharge précise et à quel endroit est nécessaire pour mettre l'ensemble en mouvement. Par contre, on peut avoir une idée globale de ces risques, grâce au BRA ("risque de déclenchements même par faible surcharge sous les crêtes et sommets orientés nord-ouest" par exemple), et éviter les zones à risques. Cependant, certains risques et particulièrement les "couches fragiles persistantes" sont plus vicieux, ces dernières étant plus enfouies mais plus homogènes et répandues sur une zone, entrainement des déclenchements à distance et/ou de grand ampleur (potentiellement ce qu'il s'est passé ici, combiné au piège de terrain du talus en bas de pente).

Loïc (Rédaction)
7

Connectez-vous pour laisser un commentaire

romain38170

inscrit le 03/12/15
Et puisque il est si interdit de franchir les jalons du domaine skiable? Comment est-il possible que des cours "ski hors piste" existent?
Que les choses soient claires, je ne cherche pas faire dire que un tel ou un tel est en tord, je pratique moi même la montagne et le ski hors piste, pas plus tard que ce week end j'ai tracé en hors piste sur un domaine skiable, j'essais juste de comprendre et d'apprendre.
Mesco
Statut : Gourou
inscrit le 30/01/15
Stations : 12 avisMatos : 5 avis
C'est pas interdit au sens strict (comme dans certains pays), et c'est plutôt le bordel.

En bref :
- la station assure ses pistes balisées ouvertes (et doit donc purger les pentes potentiellement dangereuses pour les pistes)
- Hors des pistes balisées, le droit commun c'est la responsabilité partagée, il me semble. Donc la victime est tout autant responsable que le déclencheur d'un avalanche, sur le principe.
- Hors des pistes balisées, dans un groupe encadré, l'organisme qui effectue la sortie groupée prend en charge la responsabilité, sauf décharge. (à voir comment ça se passe entre l'accompagnateur et l'organisme).

Après c'est un peu au cas par cas, à voir s'il y avait des fautes avérées, des risques très prononcés, etc..

A la Clusaz, deux snowboarders "ont déclenché" une avalanche terminant sur une piste (juste sous un gazex). L'avalanche a fait un mort sur piste.
Seuls les snowboarders ont été déclarés coupables, bien que ce soit de base en responsabilité partagée et que c'était une pente censée être purgée par la station, mais pas purgée ce matin là..
0
arogues

inscrit le 12/02/13
Matos : 2 avis
A part certaines réserves naturelles (aux Arcs par ex), le HP est autorisé (puisque pas interdit) en France.
Ensuite, ce que je retiens des secours en HP :
- si HP par gravité (pas besoin de monter, en peaux, à pied ou autre) : c'est la station qui s'en occupe et c'est payant (possiblement pris en charge par assurance). Attention, descendre sur piste fermée par contre peut être interdit (je pense qu'il faut lire le règlement de la station).
- sinon : secours publique (PGHM, Sécu Civile, ...) et la c'est gratuit.

Il y a des assurances qui prennent en charge tout (on va pas faire de pub).

Pour parler de l'accident, ce que je retiens de ma modeste connaissance de la montagne c'est que cela peut déclencher et que savoir si cela va déclencher ou pas c'est très difficile. Du coup faut y aller un par un dès que cela craint (et vue la pente la ca pouvait craindre) et donc avoir des talkies pour se parler (une paire de TW vaut dans les 40 €). Cela devrait être la première chose enseignée par les écoles. Même avant le DVA, sonde, pelle car c'est du comportement (je ne dis pas qu'il n'en faut pas !).
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

romain38170

inscrit le 03/12/15
Ce que je veux dire par interdit, c'est qu'aucune assurance ne couvre. A partir du moment où on est sur le domaine skiable et qu'un jalon, un panneau ou autre est là pour rappeler qu'à partir de cet endroit on évolue à nos risques est périls aucunes assurance ne couvrira. (Arogues tu dis que certaines couvrent quand même...j'ai dû mal à y croire mais si tu le dis, je veux bien te croire et bien la connaitre :-))
Peut être que l'ESF via ces cours HP prennent l'entière responsabilité de la situation. Mais quand on connait les risques et les enjeux financiers qui suivent tous les drames, c'est chaud à prendre comme responsabilité je trouve.
Mesco
Statut : Gourou
inscrit le 30/01/15
Stations : 12 avisMatos : 5 avis
Les montagnes sont des espaces publics et dans ces montagnes on y intègre quelques domaines sécurisés, avec prise en charge des soins par les stations, en guise de garanties.
T'es pas moins assuré que si un arbre te tombe dessus en forêt ou qu'une vague t'emporte sur la côte (hors zone de baignade sécurisée)..
0
futurexrockstar

inscrit le 17/04/07
Stations : 1 avisMatos : 3 avis
mon assureur m'affirme qu'il me couvre dans toute situation excepter au pénal, par exemple ci tu déclenche une avalanche qui tue des personnes sur une piste ouverte et que ça famille te traduit en justice...
je dirait même plus c'est tous l'intèret des assurance sportive, elles assure la ou les assurance classique n'assure pas
0
Mesco
Statut : Gourou
inscrit le 30/01/15
Stations : 12 avisMatos : 5 avis
@futurexrockstar
Justement, le premier responsable est la station normalement, elle a obligation de sécuriser ses pistes, donc les pentes en amont pouvant couler sur les pistes.
Ensuite vient la responsabilité partagée, à priori la victime est autant responsable que le "déclencheur". Aller à la montagne, c'est prendre un risque, en soi..
Croire et suivre une personne(ou une station) qui te dit "je connais, c'est bon, je maitrise" sans évaluer soi-même les risques, elle est là la faute..
0
arogues

inscrit le 12/02/13
Matos : 2 avis
salut,

J'étais chez Snowleader (25 €) et maintenant Actimut (12 €). Mais tu en as plein d'autre (Vieux Campeur par ex).
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

skipass.com
Statut : Confirmé
inscrit le 01/02/01
Mise-à-jour 20h21 : La préfecture de Savoie annonce un "bilan définitif" de quatre morts et la fin des opérations de recherche. D'après le Dauphiné Libéré : "Les autorités parlent d’un bilan faisant état de quatre morts, le moniteur âgé de 59 ans, un père de famille de 48 ans, son fils de 15 ans et le demi-frère de ce dernier âgé de 19 ans. Il semble que le signalement initial de neuf personnes emportées ait été dû à des doublons sur la liste de l’école de ski."

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Olivier Soligny Bonnguyen

inscrit le 12/12/12
Matos : 3 avis
je viens de regarder sur Géo Portail..on est sur des pentes à plus de 30° bon voilà aprés avec un risque de 3/5..un peu tendu quand meme ..oui je sais toujours facile aprés ;)

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Cedski

inscrit le 10/11/01
Si tout le monde évitait les pentes > 30° par risque 3... Il y a aurait vraiment énormément de quoi tracer très longtemps après une chute de neige. Ah du coup ça serait vachement sympa. Ah mais du coup tout le monde irait... Bref, c'est la serpent qui se mord la queue...

Connectez-vous pour laisser un commentaire

LeKeke

inscrit le 09/09/10
Il y a un facteur de risque supplémentaire qui est souvent la cause de drames comme celui-ci : le réchauffement des températures. Le gros coup de foehn qui a formé la plaque du dessus (on voit sur les photos que la masse de cette plaque en mouvement en a déclenché une seconde qui se trouvait en sous-couche; fatale ? ; en bas de la pente) a eu lieu Vendredi puis Samedi il a fait relativement frais puis on a pris 1.5°C entre Samedi et Dimanche puis à nouveau 1.5°C entre Dimanche et Lundi. Donc le piège était "armé" dès Vendredi mais beaucoup de personnes n'y ont vu que du feu et ont pu rider cette pente sans que rien ne se passe. Les traces nombreuses ont même dues rassurer les riders de Lundi matin.

Le même genre de problème arrive au Printemps après une grosse chute de neige nocturne : certaines pentes peuvent paraitre inoffensives le matin à 10h par températures négatives puis devenir hyper dangereuses après midi lorsque l'on passe à des températures positives : voir accident du Russe à Meribel il y a quelques années.
LeKeke

inscrit le 09/09/10
En fait, la plaque s'est certainement formée avant Vendredi puisque, chez nous, un gars s'est fait coffrer Jeudi, en versant Nord, sans incidences, sous TS Creux Noirs à Courchevel.
0
mere_michele_prod
Statut : Confirmé
inscrit le 16/02/11
Stations : 2 avisMatos : 1 avis
J'ai tout de suite pensé à l'avalanche du Mont Vallon également, assez similaire, une avalanche de grande ampleur et une zone de dépôt encaissée.
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

ducajeff

inscrit le 24/01/04
Toutes mes plus tendres pensées à la famille de Laurent qui était extrêmement professionnel et expérimenté.
J'ai fait de magnifiques hors piste avec lui, et je tiens à dire qu'il était toujours très à cheval sur la sécurité.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

ak

inscrit le 06/02/03
le ski hors pistes est dangereux... mais pas autant que l'avalanche de commentaires nauséabonds que déclenche chaque drame. Si un jour le hors pistes sera interdit, ce ne sera pas la faute de la montagne, mais des préjugés... Combien de morts sur les routes pendant ce temps là?

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Thierry Peters

inscrit le 19/12/11
Matos : 1 avis
Toutes mes condoléances aux victimes.
Extraits du livre de Didier Givois: Les clés de l'Espace Killy.
Pentes du Lavachet ou pente à simon.
Certainement une des pentes les plus dangereuses de tout l' Espace Killy; elle porte bien son nom; lavachet ayant pour racine lavanche, cousine d'avalanche. En fait le mot avalanche vient du vieux français avaler, descendre, aller vers l'aval, alors que lanche,lavanche,lavancher, lavachet ont pour racine lavine, éboulement, d'où le mot lave est également tiré. Bref des lieux à ne jamais fréquenter par risque marqué(sauf évidement si toute la pente est déjà en bas)!
Du sommet de Tovière ,suivre comme pour l'itinéraire précédent la piiste jusqu' au col puis éventuellement l 'arête qui monte et descend en direction de la pointe du Lavachet pour une descente mieux axée, et en prime un petit rabiot sur les pentes sud. Mais il est plus rentable pour des rotations rapides de traverser la rive droite de la combe folle depuis le col en gardant suffisamment de hauteur pour passer en amont d' une espèce de digue à avalanche. Les grands râteliers paravalanche sont contournés en amont pour franchir une petite passe sous les rochers et arriver au sommet de la pente. Laquelle est magnifique mais a toutes les caractéristiques pour être vraiment dangereuse: orientée au NO, elle oscille autour de 40° d' inclinaison , et présente son ventre arrondi au vent qui s' engouffre vers le lac et peut y avoir déposé de grosses accumulations les jours de tempêtes. Quand aux conséquences d' une coulée, elles sont ici catastrophiques puisque la grosse tourne qui protège les habitations forme un barrage au pied duquel s'amasse le dépôt des avalanches sur des mètres d'épaisseur, risquant d' enfouir profondément d'éventuelles victimes. La poudreuse à ce prix-là c' est trop cher...
On franchit cette tourne par un chemin assez évident qui aide à traverser une plantation de jeunes arbres sans les saccager.

C' est écrit noir sur blanc... HIER BRA risque 3 NOIR sur pentes N-NO-O
Je n'ai rien de plus à ajouter je ne suis pas juge

Connectez-vous pour laisser un commentaire

weed

inscrit le 24/02/03
j'ai du mal à comprendre comment tout le groupe a été emporté. L’intérêt d'avoir un DVA est que l'on puisse être secouru par les copains en cas de coulé. Malheureusement pour eux, ils se sont fait tous avoir en même temps. :(
Si il y en avait qui était protégé derrière un rochet, peut être qu'il aurait pu en secourrir.

Et c'est toujours plus facile de juger après coup.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire