Test Columbia Powder Chute 2021

1 test Columbia Powder Chute.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.

Pour citer Gert Boyle : « Born to nag »

Avis sélectionné
Profil du testeur : 47 ans | 1,86m | 81kg | Avancé
Conditions du test : Février, Mars 2021 : sorties pédestres dans le bien pourri froid humide « à la belge » Mars 2021 : Saint Gervais et Combloux. Temps ensoleillé, température négatives en matinée et positives l’après-midi, parfois couvert.
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé - Tenue intégrale Columbia Powder Chute

Points forts

Ventilation et respirabilité vraiment excellentes du pantalon
Positionnement des tirettes des ouïes d’aération de la veste.
Fonctionnalités et quantité des poches tant de la veste que du pantalon.
Look

Points faibles

Les pressions de la jupe pare-neige à l’intérieur de la veste.
Autre point qui pour moi est « moyen » (c’est relatif) est la largeur du bas de pantalon – le tour de jambe – une fois dézippé en randonnée.
Manque de passants de ceinture au pantalon.

Testeur : 47 ans, 82 kg (avec l’équipement – vêtements, chaussures, sac ABS, DVA, pelle, sonde, dorsale, casque, masque… on doit facilement dépasser les 100 kg), 1,86 m

Skis : K2 Shreditor 136 « Powabunga » 2017 avec des Marker Jester 2019/Kingpin 13 démo, Salomon QST 118 185cm 2017 avec des Salomon Warden 13, Zag H-96 2019 Avec des Tyrolia Attack 11 démo

Chaussures: K2 Mindbender 130, 2019 28,5 Mondopoint

Snowboard: Nidecker Ultralight 163 2013, Salomon Quantum Shadow 2019, -13/+13

Chaussures : Burton Imperial 2017 en 45



Conditions du test :

Février, Mars 2021 : sorties pédestres dans le bien pourri froid humide « à la belge »

Mars 2021 : Saint Gervais et Combloux. Temps ensoleillé, température négatives en matinée et positives l’après-midi, parfois couvert.

Un peu de specs pour les afficionados…

 le Powder Chute Bib (pour les specs de la veste, voir l'autre partie de mon test)

POUR LE HORS-PISTE

Avec ses caractéristiques performantes, dont des guêtres intérieures, des grandes aérations et la technologie RECCO, cette salopette vous aidera à atteindre de nouveaux sommets.

CONÇUE POUR BOUGER

Le tissu quadri-extensible confortable vous permet de bouger en toute liberté, que ce soit pour grimper ou faire des figures en ski.

ULTRA SOLIDE

La construction résistante à l’abrasion au niveau des zones à forte usure permet à cette salopette de durer plus longtemps.

• Technologie Omni-Tech™ avec coutures étanches : imperméabilité/respirabilité

• Combinaison zippée pour faciliter l’enfilage

• Tissu quadri-extensible pour un confort optimal

• Guêtre intérieure

• Siège et genoux renforcés

• Genoux préformés

• Poches zippées

• Poche zippée sur la taille

• Tours de jambe réglables par pattes de serrage

• Zip aux bas des jambes

• Soufflet au bas des jambes

• Technologie RECCO

• Utilisations: Sports d’hiver

Composition

Tissu extérieur : 54 % nylon Cordura® / 40 % nylon / 6 % élasthanne

Tissu extérieur : 94 % polyester, 6 % élasthanne

Doublure : Tricot peigné résistant à l’abrasion 100 % polyester

Taille et coupe : straighten

ACTIF: Coupe près du corps confortable et pratique.


Passé ces descriptions techniques, venons-en aux faits.

Attention que ce qui suit mixe le test du bib et de la veste, les deux formant un ensemble, cadre du test privé.

Au déballage, les produits donnent une impression « premium » en termes de qualité générale. Je pourrais vous parler d’autres vestes/pantalons qui ne m’ont pas donné ce feeling d’entrée de jeu. Bon point. Au toucher, ce n’est pas du carton ni de la soie, mais quelque part entre deux. Un bon compromis. Les pièces de réglages des bretelles du bib sont en métal. Première fois que je rencontre cela.

Couleur : Bright Chartreuse. Ouaaaais… J’adore ! Si j’avais pas aimé la couleur, je ne me serais jamais inscrit à ce test (j’ai d’ailleurs passé mon tour sur pas mal de vestes pour cette raison-là).

Après le déballage, j’ai bien sûr inspecté la veste/le pantalon sous toutes leurs coutures pour me faire une idée plus avant. Les différences « dans » le tissu (et pas « de » tissu) sur par exemple les manches montrent clairement que l’on est sur une nouvelle génération en termes de technologie de tissage et de collage. Clairement, les pièces de tissus doivent être imprimées et découpées au mm pour avoir ce rendu sur le produit final. C’est vraiment beau.


Fit

C’est parfois difficile au jugé d’estimer ce qu’il vous faut, mais après m’être mesuré et avoir regardé le sizing sur leur website, j’ai demandé, compte tenu de ma morphologie un pantalon en M et une veste en L. Im.pe.ca.ble. Ce sont vraiment les tailles qu’il me fallait. Ni plus ni moins. Ou je suis un peu plus « réservé », c’est sur la veste. Les manches ont la bonne longueur, et en appliquant le système des 3 couches, on ne se sent pas serré dedans, même en mouvement. Non, où je suis « réservé », c’est sur le taillant du corps qui lui est « large ». Ce n’est pas vraiment cintré. Ne faisant pas honneur à mon pays sur ce point, je n’ai pas une panse à bière et donc, sur le corps, c’est un peu « bouffant ». Leur « coupe près du corps » a peut-être plus de sens sur leur marché premier à savoir les US.

En ce qui concerne le bib, rien à dire. C’est vraiment impec’.


Respirabilité…

J’ai testé la veste avec toujours en première couche un X-Bionic Energy Accumulator, et avec (ou sans) 3 différentes secondes couches : Simond Active Hybrid Sprint Men 2019, Ortovox Piz Boe Jkt M'S et Haglöfs V-Series Mimic (dont je n’ai pas encore rédigé le test au moment où j’écris ces lignes). La respirabilité est identique quel que soit le « motif » du tissu extérieur ce qui me fait dire que cette nouvelle technologie textile est parfaitement maîtrisée.

Pour ce qui est du pantalon, hormis le tissu dont j’ai déjà parlé s’agissant de la veste, les ouïes d’aération (d’un seul côté) sont très bien pensées. J’ai l’ai porté avec un X-Bionic Energy Accumulator et la régulation était vraiment parfaite tant à la montée (ouvert) qu’à la descente (presque fermé).

J’ai testé en condition quasi identiques (température, humidité, moment de la journée avec la même configuration de première et seconde couche) une autre veste et j’en conclus que la respirabilité tourne autour de 20.000.


Retour sur la neige et fonctionnalités

Tant en montée avec les ouïes ouvertes qu’en descente, elle fait le taf (en plus avec style). Les tirettes des évents (2 tirettes par event) permettent un très bon réglage. Un point à rajouter, leur positionnement sous le bras est un des meilleurs qu’il m’ait été donné de tester (cela se joue au cm voire à quelques millimètres pour attraper les tirettes lorsqu’on a son ABS au dos). En descente tout schuss, on ne sent rien, la résistance au vent est bonne avec cependant un bémol. Lors d’une balade avec un vent et une pluie bien belge, j’ai ressenti ses limites, qui sont arrivées plus vite qu’avec une veste vendue comme étant 30.000/30.000

Les poches sont top pour mettre son matos (son masque anti-covid (c’est de saison), son tool…)

En ce qui concerne le bib, les remarques sont plus ou moins du même acabit à savoir un bon produit. Les ouïes sont efficaces, facilement accessibles et ouvrables/refermables. En ce qui concerne le pantalon, j’ai deux petites remarques. J’ai choisi la bonne taille mais je me dis que certaines personnes auraient plus de difficultés à trouver ce qui leur convenait. Il n’y a aucun passant pour glisser de ceinture. Si vous aimez skier avec une ceinture, ce fut n’est pas pour vous. La tirette du haut des ouïes part de la ceinture, et on peut aussi l’ouvrir du haut vers le bas. Perso, pas mon truc, mais les bretelles (non démontables) tiennent l’ensemble. Qui dit non démontables, di aussi indispensables par rapport à l’absence de solution pour passer une ceinture. L'ajustement du pantalon à la taille n'est pas réglable. C'est comme ça, et puis c'est comme ça.


Avis général.

Je stoppe le bullshit : en un mot WOW. Vraiment un très bon ensemble, cohérent sur toute la ligne, pour une utilisation ne se limitant pas au pur freeride.


Améliorations ?

Je garde ce paragraphe car j’en ai l’habitude, mais la barre est placée très haut. Les technologies de tissage/couleurs placent ce produit vraiment à la pointe de ce qui est disponible sur le marché.

Faire quelque chose pour les contre-boutons dans la poche de la veste et rajouter des passants pour pouvoir mettre une ceinture (à mon avis, peu de personnes arborent encore un look ouvertement baggy dans le monde du ski).


Les plus

Ventilation et respirabilité vraiment excellentes du pantalon

Positionnement des tirettes des ouïes d’aération de la veste.

Fonctionnalités et quantité des poches tant de la veste que du pantalon.

Look

Présence de récepteurs Recco


Les moins

Les pressions de la jupe pare-neige à l’intérieur de la veste. A la base, cela peut paraître une bonne idée et c’est d’ailleurs ce que je me suis dit lorsque j’ai vu ces 2 pressions de chaque côté de la veste pour empêcher la jupe de remuer lorsqu’elle n’est pas utilisée. Dans les faits, personne ne les attache, donc cela n’est pas réellement utile. Soit. Où cela est moins utile, c’est dans les poches extérieures de la veste où se trouvent les parties arrière de ces pressions. On peut facilement s’accrocher dessus : ses ongles, n’importe quel truc genre trousseau de clefs, un écran de smartphone… Donc clairement, en plus d’être inutile, cela fait courir un risque au tissu interne de la veste si ces pressions venaient à lâcher.

Autre point qui pour moi est « moyen » (c’est relatif) est la largeur du bas de pantalon – le tour de jambe – une fois dézippé en randonnée. En effet, avec les fix ouvertes et les chaussures en mode montée, c’est juste-juste en terme de capacité d’ouverture pour remettre le bas du pantalon au-dessus de la chaussure. J’aurais personnellement rajouté 2-3 cm de plus en bas du pantalon une fois dézippé (circonférence totale).

Manque de passants de ceinture au pantalon et absence de réglages.


Explication du titre

« Born to nag » et le pourquoi j’ai cité Gert Boyle.

1. C’était (RIP) la boss et elle a fait de cette compagnie ce qu’elle est aujourd’hui

2. C’était une personne généreuse (par exemple, 100M USD versé en 2014 à une fondation contre le cancer)

3. Le « Born to nag » tatoué sur son bras fut jugé la publicité la moins sexiste de 2004

4. Et le plus important, le fait que ce powder suit soit bardé de nouvelles technologies, notamment en matière de tissage/collage va forcer les autres compagnies du marché à devoir se réinventer


Conflits d’intérêts

Je ne suis employé/rémunéré/sponsorisé par aucune marque relative au matériel testé (ici en l’occurrence, Columbia). J’ai cependant reçu cette combinaison (veste et bib) dans le cadre de ‘test privé’, organisé par Skipass.com et ce sans aucun engagement de ma part en termes d’avis/critique.

Pour qui ?

Freerideurs, skieurs, freerandonneurs amoureux de la performance ET du style

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire