Ski, parapente, et VTT :  les skipasseurs à la découverte des 2 Alpes

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Ski, parapente, et VTT : les skipasseurs à la découverte des 2 Alpes

Un week-end sportif en Oisans pour apprécier les différentes facettes de la station
letapir1997
Texte :
Photos :
OT Les 2 Alpes – Pyrène Duffau

Lorsque les 2 Alpes nous proposent de venir découvrir la station le temps d'un week-end, les spatules frémissent déjà à l'idée de parcourir ce grand domaine aux multiples possibilités, mais lorsqu'en plus il nous est signifié nous aurons la possibilité de découvrir parapente et VTT sur neige, il n'est décemment plus permis de nous dérober face à un programme aussi alléchant ! 

C'est avec ce beau programme en tête que nous avions organisé avec la station ce beau Test Privé Expérience, il y a maintenant deux ans. Une pandémie plus tard, nous nous retrouvons là-haut début avril 2022, en compagnie de nos deux skipasseurs : nicolasleterrible et ylm69, ainsi que des deux personnes de leur choix pour vivre ce moment, tous impatients de pouvoir enfin partir à la découverte de la station ! 

Une arrivée sous la neige

En quittant Grenoble le vendredi soir pour rallier les 2 Alpes, je jette un coup d'oeil aux webcams de la station : une perturbation neigeuse est en cours. Certes, il s'agit d'un bon présage pour la qualité du ski, mais j'espère alors que la montée à la station se passera sans encombres. Finalement, c'est presque un peu déçu que je traverse l'Oisans seulement accompagné de quelques légeres giboulées. Mais au Freney : ceux-ci laissent place à de beaux flocons, et l'ambiance se fait franchement hivernale ! L'excitation grandit, et à l'arrivée à la station, tout est blanc. Si la couche n'est pas bien épaisse en ce début de soirée, il est agréable de découvrir la station sous un jour neigeux en cet hiver plutôt sec. 


Pour ce grand week-end, nous avons nos quartiers au Souleil'Or, idéalement situé au coeur de la station et au pied des pistes, ce qui nous permettra de laisser la voiture et de circuler à pied tout au long du week-end. Je retrouve là-bas ylm69 alias Yannis, ainsi que son ami Florian., respectivement arrivés de Lyon et de Val Thorens. Nous profitons de l'avance que nous avons sur le timing de l'apéritif pour nous octroyer une petite séance de jacuzzi à l'hôtel. La découverte de la station s'annonce déjà rude.

Une demie-heure plus tard, nous traversons la route pour rejoindre le Petit Charbon de Bois en compagnie de Mélanie, responsable du service communication de la station, mais nous nous inquiétons de ne pas voir arriver Nicolas et Nathalie, qui doivent nous rejoindre. Un rapide coup de fil nous apprend qu'ils auront connu moins bonne fortune que nous sur le trajet : un bus s'est mis en travers de la montée et ils sont bloqués en attendant de pouvoir passer. Nous passons à table sans eux et dégustons un délicieux magret de canard en guise d'introduction à ce beau week-end. Dehors, la neige continue de tomber à petits flocons et l'ambiance est superbe. Ce n'est finalement qu'à l'heure de la tisane que Nicolas et Nathalie parviendront à nous rejoindre. Ils pourront heureusement compter sur la sollicitude de l'équipe du Petit Charbon de Bois pour les restaurer à presque 23h ! Un digestif et au lit, le programme s'annonce dense.

Samedi sur les skis, et sous la neige

Au réveil, le temps est quelque peu brumeux à l'extérieur, mais la petite couche de neige sur les arbres de la station invite à chausser les skis pour voir ce que réservent les conditions du jour. Un bon petit déjeuner avalé, et nous retrouvons Pascal Veilex, moniteur de ski, mais également figure de la station et du monde du VTT : il est l'un des pionniers de la Mountain of Hell, la célèbre descente VTT enduro des 2 Alpes. Nous retrouvons également Pyrène qui aura la responsabilité de nous rendre présentables en photo. L'idée est de profiter de la matinée pour découvrir le domaine, puis d'enchaîner sur un vol en parapente l'après midi. Nuages et giboulées étant toujours bien accrochés à la station, le programme reste suspendu à l'évolution de la météo, mais la bonne humeur du groupe et l'entrain de notre guide du jour n'entament pas notre désir de chausser les skis, et nous partons nous mettre en chauffe sur le secteur Vallée Blanche.

Les premiers virages sont agréables : la petite couche de neige fraîche permet d'avoir une bonne accroche et de conduire les skis avec confiance malgré la visibilité réduite. Nous effectuons quelques petites rotations tout en souplesse au gré des explications de Pascal, qui nous fait découvrir entre autres le tout nouveau Super Venosc dont nous apprécions les cabines par ce temps hivernal. En dehors des pistes, quelques tiges de végétations dépassent, simplement recouvertes par la chute de la nuit, témoignant du travail du personnel de la station pour offrir des pistes de qualité. L'hiver n'ayant pas été plus généreux en neige ici qu'ailleurs, le secteur était quasiment au vert en dehors des jalons avant notre arrivée, et Pyrène nous raconte qu'elle a inauguré la saison de la baignade la semaine précédente dans un petit lac situé au milieu des pistes. Décidément, y a plus de saisons.

La semaine dernière on a fait une petite baignade dans le lac entre les pistes

Pyrène, l'air de rien, en ce début d'avril

La mise en chauffe effectuée, il est à présent temps d'aller découvrir l'autre côté de la station, versant glacier. Malgré le temps toujours nébuleux, Pascal joue le jeu à fond, et s'emploie à essayer de nous faire profiter des coins les plus fournis en neige fraîche pour nous permettre de nous offrir l'ivresse de quelques beaux virages (et belles gamelles, mais ça on ne le savait pas encore). On commence en douceur avec la descente de la "Valentin", une belle piste noire de la station. Elle nous permet de nous familiariser avec les conditions de hors-piste du jour : une belle couche de neige fraîche agréable, mais dont l'irrégularité nous fait parfois retrouver la croûté enfouie dessous, ce qui nous permet de tester équilibre et réflexes.
Pascal nous estimant aptes à nous éloigner davantage des jalons, nous partons mettre nos cuisses à l'épreuves sur les hors-pistes du secteur de la Fée, où nous y trouvons de belles combes de neige froide. Nous prenons le temps de nous y offrir quelques beaux runs, le secteur étant peu fréquenté ce jour-là, et nous prenons plaisir à tenter de poser sous l'objectif de Pyrène.

Un aperçu de l'équipe au complet entre deux descentes (surtout une pause salvatrice pour nos quadriceps martyrisés), avec une idée de l'ambiance hivernale du jour. De gauche à droite, derrière les masques : Yannis, Nathalie, Florian, Nicolas, Pascal, et votre conteur. Et tout ce (beau) bon monde est immortalisé par Pyrène de l'autre côté de l'appareil.

Vers 14h, les cuisses des valeureux skieurs réclament un répit. La visibilité s'améliore, mais le soleil continue de jouer à cache-cache avec les nuages et la session de parapente semble compromise. Qu'importe, puisque les dieux de l'Oisans en décident ainsi, nous skierons ! Mais au préalable, nous nous laissons conduire par Pascal vers l'une des adresses qu'il affectionne pour prendre un repas bien mérité. Direction le refuge de la Fée pour un repas reconstituant, et une bière conviviale ! Requinqués, nous sommes prêts à remonter sur les skis.

Nous profiterons encore de quelques belles descentes dégotées par l'infatigable Pascal, mais à partir de 16h, les effets revigorants du déjeuner et de la bière finiront par se dissiper plus rapidement que prévu, et ce sont les les jambes lourdes mais l'esprit ravi que nous irons apprécier à nouveau le jacuzzi de l'hôtel pour nous délasser quelque peu... avant l'apéritif du soir. Oui ce week-end fut décidément éprouvant.

Le temps d'enfiler gore-tex à queue de pie et doudounes de bal, nous retrouvons Jeanne de l'office de tourisme au Chamois Lodge. Ici, les cocktails répondent aux doux noms de "Père Noël en culotte" ou "Chamkiski" . Avec de pareilles appellations, il n'en faut pas plus pour titiller notre curiosité et nous donner envie de les découvrir autour d'une bonne planche. Vous apprécierez en photo la présentation desdits cocktails, et nous pouvons vous assurer qu'ils se boivent encore mieux qu'ils ne se laissent regarder.
Enfin, nous clôturerons cette dure journée par un dîner à la Porte d'à Côté. En plus d'être une belle adresse de la station, l'endroit présente l'avantage d'offrir une cuisine variée, et sort des sentiers de la gastronomie montagnarde pour qui souhaite varier les plaisirs durant son séjour.

Pas le temps de veiller, dimanche c'est VTT.

VTT, parapente, ski, pas de repos pour les braves

VTT, ou plutôt VTTAE. Sous la houlette d'Antoine, que nous retrouvons devant Aventure Electrobike, nous commençons l'activité par la sélection de nos destriers d'un jour. Pour la plupart des membres du groupe, nous conjuguons découverte du VTTAE, avec première conduite d'un deux roues sur neige. Après un briefing sur le fonctionnement des montures, nous partons effectuer une petite prise en main sur le front de neige où nous sommes accueillis par les premiers rayons du soleil, mais aussi par une magnifique Muzelle platrée par les chutes de neige de la veille

La prise en main des VTTAE se fait plutôt bien, même si gérer conjointement assistance électrique et transmission demande un petit temps d'adaptation. Après une petite traversée de la station, Antoine nous emmène en direction du belvédère de la Molière pour une petite ballade à travers les bois. 

Sur le chemin, nous croisons une piste bleue.


C'est mi-intrigués mi-inquiets que nous accueillons cette annonce. Si skis au pieds, l'endroit est débonnaire, nous nous interrogeons quant à nos capacités à nous mettre face à la pente sur le vélo. Mais pas le temps de trop se projeter que nous poursuivons à travers les bois, où la lumière du matin filtre à travers mélèzes et conifères.

Si la suite de l'itinéraire se passe au Nord, le parcours concocté par Antoine nous réchauffe bien malgré tout, entre sentiers enneigés et petites relances sur les montées. C'est aussi l'occasion de prendre un peu confiance en nos modestes capacités de pilotes, et nous avons finalement hâte de nous essayer à la descente de la piste. Un test qui se passera plutôt bien, grâce aux conseils de pilotage de notre moniteur. Bon professeur, ou élèves trop talentueux ? L'histoire ne le dit pas, mais voilà qu'il est déjà 11h, et nous devons rejoindre Jeanne car la météo poursuivant son embellie, nous allons pouvoir voler !

Nous retrouvons Jeanne et Pyrène pour rallier le secteur Diable d'où s'effectuent les décollages. C'est l'occasion pour nous de découvrir ce secteur, car la veille, le vent nous avait dissuadé de tenter de visiter cette partie du domaine. Nous rejoignons les moniteurs sur l'aire de décollage, qui s'occupent de nous briefer tout en nous enfilant les harnais. 

J'ai tout juste le temps d'admirer les skipasseurs décoller dans les airs en direction de la Muzelle que vient mon tour de me trouver face à la pente en chasse neige : au décollage nous mettons les skis parallèles, la prise de vitesse est immédiate, et quasi instantanément la voile se gonfle, et nous voilà dans les airs.

La tiédeur des rayons du soleil contraste agréablement avec la fraîcheur du vent qui vient nous accueillir, suspendus là-haut. Le temps semble lui aussi suspendu si l'on regarde à l'horizon, nous laissant paraître flotter, immobiles. Un coup d'oeil vers la vallée permet de prendre conscience que nous perdons doucement de l'altitude au fil de notre vol, tout en survolant les reflets bleutés du Veneon dans la vallée cinq cent mètres plus bas. 

La lente descente vers le front de neige se poursuit, et c'est à regrets que nous atterrissons une vingtaine de minutes plus tard, tant le temps aura paru trop court là-haut.

Après cette expérience en presqu'apesanteur, voici venue l'heure de refaire le plein de forces, cette fois-ci au Diable au coeur. C'est l'occasion pour nous de partager un dernier repas convivial avant que chacun reprenne son chemin respectif... ou presque : Jeanne et Pyrène rallieront la station en compagnie de Nathalie et Nicolas qui ont encore un peu de route en perspective pour retrouver la Yaute, mais avec Florian et Yannis, nous nous laissons tenter par quelques rotations supplémentaires pour profiter de la journée. 

Nous mettons le cap sur le sommet du domaine, direction le glacier. Nous empruntons le valeureux Jandri Express qui nous conduit jusqu'à 3200, où nous enchainons sur le funiculaire qui nous conduit jusqu'à 3400m d'altitude. Nous y sommes quasiment seuls, et nous en profitons pour découvrir le secteur et apprécier le panorama imprenable qui s'offre à nous : Meije, Grande Ruine, Gandolière : les sommets des Ecrins se découpent dans le ciel et paraissent ici si proches.
Nous nous offrons finalement une belle et dernière grande descente depuis le sommet jusqu'au front de neige, afin de conclure ce beau week-end de découverte des 2 Alpes. Car si la station aura su nous montrer qu'elle restait une valeur sûre en matière de domaine skiable, ce temps partagé là-haut nous aura permis de découvrir le beau potentiel en matière de loisirs (sportifs) à travers les activités parapentes et VTTAE. De quoi nous donner envie de revenir plus vite que prévu.

Merci à nos skipasseurs Yanis et Nicolas, ainsi qu'à leurs compagnons d'aventure Florian et Nathalie pour la bonne humeur et les bons moments partagés là-haut. Merci à Jeanne et Mélanie, pour l'organisation de ce beau week-end de découverte, à Pyrène pour les photos de ces beaux moments, ainsi qu'à Pascal, Antoine, et à nos moniteurs de parapente pour nous avoir permis de découvrir lieux et activités dans leur terrain de jeu.

letapir1997
Texte Alexandre
La justice a deux vitesses, la Lamborghini en a six

3 Commentaires

nicolaleterrible Nathalie et moi avons passé un week-end mémorable organisé de mains de maître par nos hôtes d’accueil des 2 Alpes. Tout était parfait entente cordiale entre Alex de skipass et nos amis heureux élus du test. Un clin à Pyrouu cheveux roses notre adorable photographe du syndicat d’initiative des 2Alpes. Gros bisous à tous ! La grande classe à cette station qui sait recevoir comme il se doit ses guest…..
Aravispas Ça devait être trop bien ce petit week-end. 😉
1
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.