Scott présente le Pure PRO 109Ti

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Scott présente le Pure PRO 109Ti

Un pro modèle de fusée suisse ? Forcément ça va envoyer !
Matos
Oliver Gough
Texte :
Photos :
Dom Daher
Vidéo :
Scott Sports
Pour 2021 Scott s'est lancé le défi de remettre au goût du jour un ski historique pour la marque. Ce ski est la représentation d'un état d'esprit montagnard, d'une qualité de neige et d'air, mais qu'on pourra aussi retrouver dans les belles courbes poudreuses d'un premier run dans la fraiche.
Vous l'aurez compris.. il s'agit du PURE.

Adrénaline PURE

Là où on a été un peu plus surpris, c'est par quel spectre du monde du ski la marque à choisi d'attaquer l'écriture de ce nouveau chapitre. Ce chapitre commence par quelques lignes mythiques de pente raide skiées à mach 12 en Europe, pour ensuite traverser les mers et océans et skier de la même manière des sommets de plus de 6000m d'altitude... Vous l'aurez compris le personnage principal de ce chapitre n'est autre qu'un flamboyant montagnard et skieur suisse : Jérémie Heitz.

Ajoutez des photos (2020px)

Si vous ne connaissez pas Jérémie, voici une rapide présentation de l'énergumène. Il a arpenté le top 10 du Freeride World Tour pendant 4ans, signé quelques gros contrats entre-temps (dont un avec le fameux taureau-ailé), puis depuis sa retraite de la compétition sa nouvelle passion consiste à skier les faces les plus raides du monde à pleine vitesse. Plus freeride, il n'y a pas.

Son premier projet d'envergure fût La Liste (2016), un film de ses exploits dans les terrains des Alpes à cocher une quinzaine de descentes esthétiques et vertigineuses n'aura été qu'un amuse-bouche pour lui. Dès les premières descentes il a d'autres idées derrière la tête. Pourquoi se cantonner aux sommets de 4000m des Alpes...

Ajoutez des photos (2020px)

Son tout dernier film: "La Liste, Everything or Nothing" (La Liste, Tout ou rien) annonce la couleur : Il y skie les plus belles faces sur des sommets de 6000m. Gravir la plupart de ces montagnes en alpinisme est déjà un accomplissement en soi. Les skier à la mode "pente raide" en est une autre. Alors y trainer des skis de freeride montés de Pivot 18 est quelque chose d'inimaginable. Et pour les PURE-istes, rassurez-vous, il n'y a pas de dépose hélico non plus...


Le film devait sortir en 2020 mais avait pris un peu de retard et certains sommets clefs n'avaient pu être gravis. Jérémie a réussi à boucler le tout en 2021. Et le film est désormais disponible !

Voici la bande annonce.


Enregistrer l'embed

Allô Scott ?

Avec cette petite mise en contexte et pour en revenir aux origines de cet article et de l'histoire du test ski que nous allons vous raconter aujourd'hui, voici grosso-modo le coup de fil que nous avons reçu de la part de Scott France :

Scott:      "On aimerait que vous puissiez tester le nouveau ski de Jérémie Heitz. Oui c'est son pro-model et donc le ski qu'il a conçu pour pouvoir grimper puis skier à fond des faces de 50° à plus de 6000m. Un truc léger, maniable, qui tient bien la carre et qui peut aller très vite si besoin..."
G chez skipass:   " ... "
                "On a prévu une journée à Verbier pour skier directement avec Jérémie sur quelques couloirs. Bon, il ne faudra pas trainer, il a rendez-vous en fin de journée pour faire un entrainement en hypoxie avant de s'envoler pour le Pakistan et finir le tournage de son dernier film..."
                "euh ... attendez, je vais voir si j'ai des suicid'.. euh volontaires à la rédac..."
Ajoutez des photos (2020px)

Bref on ne vous fait pas un dessin, mais le matin du test, en arrivant au parking du Châble et en serrant la main de Mr Heitz : je ne faisais clairement pas le malin !

Pour détendre l'atmosphère je prends les remontées avec Jérémie pour tenter de le déstabiliser en lui posant des colles sur son ski fétiche :

C'est un ski de 109mm sous le pied, disponible en 2 tailles (182 et 190cm). Il a été conçu de manière à être léger, stable à haute vitesse, puissant et sécurisant. Et oui, le but étant de le porter pendant des heures sur le dos puis pour pouvoir le skier à fond sans réfléchir à ce qu'il y a sous les pieds et où toute chute sera mortelle... Gloups.

Ajoutez des photos (2020px)

La Pureté se trouve dans les détails

Bien qu'inspiré par le Scrapper 115 qui était le ski fétiche des freeriders de la marque jusqu'à présent, Jérémie a exigé quelques changements radicaux pour une transformation intégrale et trouver le ski parfait pour ses projets. 

Le talon est presque plat avec un léger rocker pour améliorer le pivot (rien à voir avec le premier Pure) et apporter de la stabilité en plus par rapport au Scrapper 115. Ce shape là permet aussi de gagner du poids. Tout bénef.

La spatule possède la même progressivité que celle du Scrapper, adorée de tous.

Au niveau légèreté : à grimper à 6000m tous les grammes comptent. Mais la légèreté à tout prix n'était pas le but recherché. Le challenge donné au chef de produit et aux ingénieurs ski était de concevoir un ski qui permette d'aller haut grâce à sa légèreté mais qui soit agréable sur piste sans être lourd. On parle de légèreté avec 2000g à 190cm. C'est léger pour un ski de cette taille et avec ce niveau de performances.

Ajoutez des photos (2020px)

Je voulais un ski capable de m'emmener dans des pentes folles aux quatre coins du monde, mais aussi pour skier tous les jours à la maison.

Jérémie Heitz - dont le ski-quiver est composé de plusieurs paires du même modèle: le Pure 109

A la descente, il aura tout exigé : de la maniabilité en pivot et c'est réussi car il pivote bien mieux que le Scrapper. Mais aussi qu'une fois dans l'axe tout soit bien stable pour ne pas paniquer à 100km/h.

La construction possède donc de nombreux atouts pour ce genre de ski : une grande plaque titanal qui apporte un flex neutre et une solidité sur les appuis. Des stries de carbone apportent malgré tout de la réactivité aux couches. Enfin, le choix a été fait d'avoir un noyau bois mélangé de hêtre et de paulownia pour trouver le bon compromis entre légèreté et puissance. Ce noyau est présent sur toute la longueur du ski pour lui donner un flex sain et homogène du talon à la spatule.

Ajoutez des photos (2020px)

Place à l'action

Direction donc le sommet de la station de Verbier pour attaquer directement sur une arête engagée sur une neige mi-soufflée, mi-croutée par la chaleur de la veille. Re-Gloups. Et là on voit Jérémie s'élancer comme s'il skiait sur 10cm de fraiche posée sur une piste damée : il ne prend pas gare au relief de la neige ni au vide qui nous tire vers la gauche. Enfin si, mais son expérience, sa confiance et sa maitrise lui autorisent cet engagement. Enfin, la première pente s'offre à nous. Bien évidemment Jérémie rentre avec un drop de 3m. Je choisis l'option dérapage lissé avant de tenter d'arrondir mes virages plus bas pour le photographe. La neige croutée, irrégulière ne me met pas à l'aise dans ces premiers moments mais je tente de prendre exemple sur notre guide et il est vrai que la vitesse aide, faut-il encore avoir les cuisses !

Ajoutez des photos (2020px)

Seconde pente, la confiance arrive petit à petit. Ce n'est pas raide et les poches de neige molle donnent envie de faire voler la poudre. Là encore Jérémie ne pourra pas se contenter d'être "normal". Me voyant m'élancer il choisit de me sauter carrément par-dessus avec un drop de 5m. Avoir un pro-freerideur qui te colle aux basques sur tout un run c'est excellent. Une part d'enfant chez moi tentera de me faire croire qu'il n'arrivait pas à me rattraper... La réalité... à vous d'en juger !

Ajoutez des photos (2020px)

C'est dur pour le moment de se concentrer sur le ski en lui-même car les conditions changeantes, piégeantes et le rythme imposé par Jérémie ne laissent guère la place au ressenti. Mais déjà l'aspect sécurisant est là. La spatule gomme magistralement ces micro-reliefs et le ski pivote facilement. Je n'ai pas l'impression d'avoir un 190 en 109mm sous le pied.

Ajoutez des photos (2020px)

Aussi vite qu'on a commencé, on remonte au sommet. Cette fois on remonte la fin à pied pour basculer dans une combe sauvage. Ce qui parait alors étonnant avec ce 109Ti c'est à quel point il parait léger pour un ski de sa taille. Son poids est bien équilibré car ses extrémités semblent flotter alors que le coeur du ski respire la solidité, la nervosité et ce, juste en les tenant à la main.

Arrivés au sommet, le point de vue donne l'occasion à notre guide de me montrer au loin les sommets qu'il a skié notamment pour son projet de la Liste: plein de noms finissant par Horn que je n'ai pas retenu.. mais qui avaient l'air bien pentus, même vus de loin !

Ajoutez des photos (2020px)

En attendant que je reprenne mon souffle il en profite pour me donner l'explication des graphismes sur le ski. Scott ont joué le jeu jusqu'au bout sur ce pro model car Jérémie a pu choisir les détails et un look qui lui plaisent bien : 

  • Des lignes de courbe car c'est ce qu'il adore regarder sur les cartes du monde entier qu'il explore.
  • Un logo qu'il a dessiné pour ses projets de pente raide.
  • Une gamme de couleurs assez sobre et des détails plus ou moins visibles selon la lumière qui rendent le look plus complexe quand on le regarde de près.
Ajoutez des photos (2020px)

Assez papoté, le prochain run sera plus pentu. C'est l'heure de mettre un cran de plus sur le serrage des chaussures. Une fois de plus, je regarde Jérémie plonger dans une pente à 40-45° sans retenue. La neige dure et bosselée, transformée par le soleil ne l'impressionne pas. Il pose des virages puissants, serein sur ses appuis, fait voler de la neige à deux pas du précipice... Ce qu'il descend en 5 virages appuyés je mettrais 1min à descendre et en 15 virages bien dérapés de peur de faire une faute stupide et débarouler jusqu'en bas de la pente, 300m plus bas.

Le ski travaille sur les reliefs et absorbe le terrain pour se sentir en confiance. La carre, un peu plus large que le pied n'est forcément pas idéale dans le très raide et très dur mais le ski absorbe aussi les vibrations et ne décroche pas facilement.

Ajoutez des photos (2020px)

On enchaine directement dans un autre couloir plus au nord. On veut de la fraiche ! Marre de cette neige travaillée par un soleil de fin mars bien trop chaud. On en trouve mais les cailloux ne sont pas loin. Là aussi le réflexe du testeur du dimanche de skipass n'est pas le même que celui du pro : Je vise une poche où je serais sûr de ne pas toucher. Alors que Jérémie file droit vers l'endroit plus photogénique, quitte à repeindre quelques rochers avec le noir de ses semelles.

Ajoutez des photos (2020px)

On approche désormais 2500m de dénivelé négatif les skis aux pieds et la variété des conditions de neige me permet d'affirmer une chose : Les Pure 109Ti sont à l'aise quelque-soient les neiges, les pentes et les vitesses qu'on leur met à disposition. A l'arrêt ils permettent de pivoter facilement et rapidement pour changer d'axe au départ d'une arête. Dans la pente ils apportent confiance et accroche et se laissent diriger en petits ou grands virages. Les bas de pente en courbes à pleine vitesse ne les déstabilisent pas. Leur comportement est sain, légèrement joueur si on leur rentre dedans. Leur légèreté relative pour un ski de cette taille permet de facilement envisager quelques remontées à pied ou en peaux pour aller chercher cette petite ligne qui va bien et qui fera plaisir au photographe. C'est justement ce que nous avons cherché à faire pour finir en beauté avec Jérémie.

Ajoutez des photos (2020px)

La fin de cette journée s'est achevée avec comme d'habitude, Jérémie qui skiait loin devant, m'impressionnant à chaque virage. Un vrai régal à regarder.

Et puis cerise sur le gateau, il avait caché son parapente derrière un rocher et au sommet d'un couloir il s'est envolé vers son rendez-vous d'entrainement en hypoxie (et non ce n'est pas une blague) !

Ciao Jérémie ! Et bon trip au Pakistan !

Ajoutez des photos (2020px)

Il faut bien que la journée se termine

Quelques runs plus tard, à travers les champs de bosses ou à fond sur les pistes mi-soupe mi-gelées de la fin de journée et les cuisses rincées par les dénivelés négatifs mangés, nous avons choisi de ranger ces jolis skis Pure 109Ti. Car oui, comme l'a dit Jérémie, c'est un ski qu'il a voulu pour aussi skier tous les jours dans sa station préférée. Certes ce n'est pas Mr Tout Le Monde qui trainera un 109 de 190cm toute la journée sur les pistes, mais ce ski s'emmène très facilement compte tenu de sa taille et sait être docile même quand on n'attaque pas un couloir avec une vitesse digne du Freeride World Tour.
C'est donc un nom "Pure" qu'on est bien content de retrouver au catalogue Scott et qui-sait... On nous a laissé sous-entendre que ce modèle unique pourrait dans le futur être accompagné de quelques homonymes et former une gamme. Si c'est le cas et que la pandémie n'a pas foutu en l'air tous ces plans nous avons hâte de voir ce qu'elle nous réserve de plus, tant son modèle phare (et star!) est bien né.

Merci à Scott France pour l'organisation de cette journée. Merci à Jérémie pour sa gentillesse, sa patience et son talent. Merci à Dom Daher, le photographe, pour avoir retenu ses grincements de dents en voyant mon style. Enfin, merci à Corentin et Niall de chez Scott pour leurs explications et encadrement logistique.

Ajoutez des photos (2020px)
Cet article est une production Skipass.com réalisée avec le soutien de Scott
6 commentaires
marcoche
Statut : Gourou
inscrit le 12/01/13
Stations : 3 avisMatos : 62 avis
Enorme cette journée avec Jérémie... ca donne sacrément envie de tester ce pure.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Nicolas Puylanguette
Statut : Confirmé
inscrit le 14/01/21
Bonjour, ce ski à l'air revolutionnaire et me donne très envie de l'essayer,
Néanmoins, l'appelation "Ti" est elle necessaire pour la fameuse "grande plaque titanal" de 40 cm sur 6 cm visant à prévenir l'arrachement des fixations dans ce noyau en caget... paulownia ?
Amicalement,
Nicolas
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Rider de Terre
Statut : Gourou
inscrit le 02/04/02
Stations : 1 avisMatos : 12 avis
Belle journée ! J'ai l'impression que Jérémie monte les siens en CAST ?
Je serai curieux de savoir ce qu'en pense Mr Seb Michaud... :)
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

gglapeuf
Statut : Expert
inscrit le 03/09/09
Matos : 19 avis
la bonne idée pour la sécurité... plus léger aussi, un peu plus de poids sur l'arrière avec le système pivot (un meilleurs équilibre pour le ski je pense?.. (en déjauge) en plus de très peu de cambre...
sinon l'ancien pure n'avait pas vraiment de titanal (du laminé ...)
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

merlinm
Statut : Confirmé
inscrit le 20/11/09
Matos : 4 avis
bon en tout cas en main c'est bien présent
un talon raide deux crans sous le ragnarock
un belle spat de 35cm
un peu comme le Bull de blizzard en plus fun et etroit
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.