Scott - Freedom to Explore

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Scott - Freedom to Explore

Scott sports
Lancement de gamme 2020-21 avec une toute nouvelle chaussure!
Oliver Gough
Texte :
Photos :
Fabian Bodet, Oliver Gough

Une fois n'est pas coutume, cet hiver a donné lieu à quelques lancements presse. Parmi les plus originaux, celui de Scott Sports mi-janvier, à bien marqué nos esprits avec une nouvelle gamme Skis Scott 2020-21, une nouvelle chaussure Scott Freeguide Carbon et pousse un cran plus loin au niveau de sa devise. 

Attention car dans la même lignée que le "sans compromis" (No Shortcuts), la marque suisse pousse encore plus loin et vise la liberté d'explorer.

Vous êtes prêts?

Un peu d'histoire

Avant d'entrer dans le récit de ce lancement et dans la technique des produits, il est important de mettre un peu de contexte. Notamment en ce qui concerne l'histoire de la marque Scott car elle est importante pour comprendre le tournant qu'elle est entrain de prendre au niveau de son slogan. On ne va pas vous refaire TOUTE l'histoire, car née en 1958 aux USA suite à une innovation dans les bâtons de ski (premier bâton en tube alu!), Scott a maintenant 62 ans et avec sa présence en ski, cyclisme (VTT et route!) ainsi qu'en trail running et en moto... il y aurait beaucoup trop de choses à dire. S'il y a un facteur à retenir c'est que Scott s'est développée selon des innovations produit que ces ingénieurs ont voulu apporter. La marque est connue notamment pour ses masques (depuis 1970), le premier VTT en carbone (1995). Depuis 1997, elle propose des vêtements techniques pour les sports d'hiver et équipe les skieurs de la tête aux pieds depuis 2012. 

Cette logique de "head to toe", elle l'applique dans tous les sports où elle est présente, ce qui représente un très grand nombre de catégories de produits complètement différents des uns des autres. Développer un casque de VTT n'a rien à voir avec la conception d'un sac airbag, d'une chaussure de ski ou d'un sous-vêtement technique en laine Mérinos. Ça bosse dur à Givisiez en Suisse!

Freedom to Explore

Cette nouvelle maxime nous emmène à l'aventure, pour explorer notre terrain de jeu. 

Là où "No Shortcuts" - sans concessions, apporte une vision très pragmatique de la façon de faire de Scott (extrait de leur site: "consiste à faire les choses de la bonne manière et pour les bonnes raisons"), avec "Freedom to Explore" - liberté d'explorer, on aborde une manière plus abstraite et philosophique de notre façon d'arpenter les montagnes dans notre pratique. La marque s'adresse à l'aventure qui sommeille en chacun de vous et souhaite prolonger l'esprit du "No Shortcuts" dans cette direction. On vous laisse imaginer en termes de produits ce que ça va pouvoir donner, mais nulle doute que la polyvalence, la durabilité, le confort et la performance vont être des marqueurs importants dans leurs gammes.

Ajoutez des photos (2020px)

Côté communication et vidéos, ce nouveau pan du slogan sera mis en avant par la division wintersports de Scott via 5 expéditions de 5 de leurs athlètes à travers le monde. Les détails des expéditions seront révélées au fur et à mesure que les projets seront réalisés. Pour le moment ça se profile comme suit:  Hélias Millerioux (raid à ski au Pakistan),  Fabi Lentsch (descente à ski d'une face nord en Iran), Jackie Passo (un raid à ski dans le Denali aux USA), Sam Cohen (descente à ski d'une face est aux USA), Luca Rolli (une descente à ski "royale" dans le massif du Mont Blanc).

On a hâte de découvrir tout ça tout au long de la saison 20-21!

Ajoutez des photos (2020px)

Allez - on skie !

Scott Sports France nous a donc gracieusement invités à prendre part à ce lancement et ont choisi le sublime lieu qu'est le Skyway de Courmayeur pour le faire. Ce téléphérique flambant neuf positionné tout juste à la sortie du tunnel du Mont Blanc côté italien permet d'accéder très rapidement aux sommets environnants à 3466m d'altitude. 

Ajoutez des photos (2020px)

C'est parti pour le ski!

Bienvenue donc à Courmayeur en Val d'Aoste Italien, versant sud-est de la chaine du Mont Blanc. Pour la populace italienne, la station a ce "je ne sais quoi" de chic et fortuné et ça a surement orienté le style de la rénovation du télécabine d'Helbronner en luxueux Skyway. Pour le montagnard italien, ce nouveau Skyway est surtout le meilleur moyen de rapidement se rendre en altitude et explorer l'immense terrain de jeu du Mont Blanc. Au sommet du deuxième tronçon, on débarque au-dessus des glaciers, loin loin au dessus de la vallée et du Tunnel du Mont Blanc, à 3466m. Un petit escalier et nous voici sur la neige et la glace, avec une myriade d'options sous nos patins : Skier les Marbrées? Redescendre vers Chamonix sur le Glacier du Géant? Basculer versant sud par le glacier de Toule ou directement sous les cables du Skyway? Partir en rando du côté du Cirque Maudit? Ou accéder à la Brenva? La Tour Ronde? Le Glacier d'Entrèves? Tant d'options, de noms qui parlent si bien aux riders locaux et qui résonnent comme des itinéraires mythiques pour les skieurs de passage. Scott a bien choisi son terrain de jeu pour mettre en scène cette liberté d'explorer.

Ajoutez des photos (2020px)

Le matériel mis à notre disposition pour ces deux jours ne fera que rallonger cette liste de possibles - pour le jour 1, on se contentera de skier et de s'acclimater avec les environs, une paire de Superguide Freetour (105) sous les pieds. pour le jour 2 nous irons encore plus loin dans la découverte mais ça on en parlera plus bas dans l'article (la vignette vous ayant quelque peu donné un indice).

Ajoutez des photos (2020px)

Place donc à quelques virages sur le glacier de Toule accompagnés de quelques skieurs et guides de renom - Hélias Millerioux, Pierre Hourticq, Jérémie Heitz et Luca Rolli. L'accès au glacier est complexe et nécessite un rappel sur neige de 100m car le vent a façonné la montagne cette année comme jamais.

Ajoutez des photos (2020px)

En attendant le reste du groupe au bas du rappel nous discutons cristaux avec Hélias et Jérémie. Cette passion pour les guides alpins (et surtout chamoniards) leur donne les meilleures excuses pour partir explorer de nouvelles voies et s'aventurer sans clients dans les coins les plus paumés du massif. "Ce qui est 'bien' avec la fonte des glaciers, c'est que ça met à l'air libre de nouveaux fours, accessibles skis aux pieds!" raconte Jérémie qui le matin même avait trouvé un petit morceau à deux pas de son itinéraire de descente.

Ajoutez des photos (2020px)

Question ski, il faudra être rapide pour tester nos lattes sur de la bonne neige. Malheureusement, le versant sud du glacier et le vent avaient bien crouté notre descente. Seuls les premiers 400m étaient agréables à skier. Les 800m suivants ne seront que soupe croutée et collante que nous nous empresserons d'oublier une fois la présentation de presse et le traditionnel apéro avalés.

Ajoutez des photos (2020px)

Nous retiendrons deux choses de cette petite après-midi de mise en bouche. Premièrement, là où le commun des mortels descend en virages sautés dans une pente à 45° avec une neige changeante au dessus d'une rimaye, Jérémie Heitz, lui, cale 2 grandes courbes et arrive en bas sans une once de stress sur son visage. Deuxièmement, Pierre Hourticq glisse de très près dans les traces de ce jeune mentor que pourrait être Heitz pour lui. Il skie très très fort, là aussi quelles que soient les conditions de neige pour satisfaire les besoins photographiques de la sortie. Aucune retenue, beaucoup de puissance, là où le reste du groupe, journalistes, ambassadeurs et guides skient juste pour arriver en bas sans se faire un genou. Impressionnant à voir.

Ajoutez des photos (2020px)

En preuve vidéo s'il en est besoin des performances de ces deux artistes, le film de Pierre, Félicité (dans lequel il effectue une belle descente avec Jérémie), est un "must see" de l'année 2020.

Un rapide point sur les nouveaux skis Superguide

Profitons de cette interlude pour faire un rapide point sur les skis de cette gamme Superguide. Nous ferons un bon gros zoom sur la nouvelle chaussure Freeguide plus bas dans l'article.

Superguide comme son nom l'indique est un super ski pour les guides. Blague à part, c'est le ski de randonnée polyvalent de la gamme Scott: il privilégie la légèreté, la polyvalence - de la glace à la poudreuse - et la performance. Il se décline en trois largeurs sous le pied: Le Superguide 88, Superguide 95 et Superguide 105 (freetour). Le 88 et 95 existent en déclinaisons féminines. A noter que la gamme touring comprend deux autres skis, le Speedguide 80 et Speedguide 89 - encore plus portés sur la légèreté et la performance à la montée - pour la course. Les lignes de cotes sont évolutives selon les tailles, les rayons de courbe relativement longs pour facilité l'accroche du ski dans le raide et aider à la skiabilité en neige variable.

Ajoutez des photos (2020px)

Techniquement cela se traduit de la manière suivante:

- 3 Dimension Touring Sidecuts: 3 rayons de courbe différents de la spatule au talon pour améliorer la polyvalence et la maniabilité. L'idée étant d'avoir un ski agréable sur tous types de neiges et tous types de courbes.

- Noyau bois "full length": Paulownia et Peuplier sont mélangés et présents sur toute la longueur du ski afin de leur donner un ressenti joueur et dynamique

- Construction avec fibres de Carbone et d'Aramid: pour un apport en rigidité latérale sans compromis sur le poids pour garder une conduite stable mais dynamique

- Du titanal rajouté sous le pied pour renforcer la zone d'emprise des fixations.

- Carres en acier renforcé pour une durabilité accrue

Ajoutez des photos (2020px)

Côté ressenti sur le Freetour 105 que nous avons skié sur les deux jours;  la légèreté et la rigidité sont au rendez-vous, la stabilité aussi. Malheureusement les conditions de neige plutôt horribles - soyons honnêtes - ne nous ont pas permis d'attaquer pour mettre ces skis en défaut et tenter de les plier comme il se doit. On a dû se contenter de les laisser nous emmener en bas en fonction des intensités de neige croutée et soufflée. Très très dur de vous en dire plus sur ces skis dans ces conditions.

Voici tout de même 3 photos d'action de votre serviteur sur les 300m de D- plutôt bons en haut du glacier.

Ajoutez des photos (2020px)

De retour aux affaires

Pour découvrir pleinement le potentiel des gammes Scott ainsi que leur nouvelle maxime "Freedom to Explore", le Jour 2 des activités nous réservait de belles surprises. 

Ce n'était pas moins de trois itinéraires d'aventure et d'exploration qui nous attendaient - mais il fallait malheureusement n'en choisir qu'une, faute de temps:
- Montée au Skyway, ski sur la Vallée Blanche, remontée à la brèche Puiseux et redescente sur Chamonix = une balade épique parmi les glaciers et pics acérés des Périades
- Deux déposes hélico avec liaisons en rando sur les pentes héliski du Val Veni
- Un périple en Sk'E-bike (lire Ski-Ebike) dans le Val Ferret

Ajoutez des photos (2020px)

Notre conscience écologique et notre intérêt pour les formes douces de déplacement et d'aventure auront eu raison de nous et c'est vers la randonnée Ebike / VTT à assistance électrique (VTTAE) que nous nous sommes naturellement dirigés (désolé pour les fans du Héliski mais ce sera vers les articles de G qu'il faudra se tourner)

Cette pratique se développe depuis quelques années et prend tout son sens en fin de saison, pour aller chercher les bouts de neige restants quand les stations sont fermées (*winkwink* fin du confinement...). Pour ceux qui ne l'avaient pas encore vue, une belle vidéo de Sk'e-bike par Scott avait déjà été mise en ligne en 2018.

Scott possède une large gamme de VTTAE, c'était l'occasion rêvée d'aller faire tourner les jambes, voir du pays et tester cette nouvelle forme d'accès en montagne. Quoi de mieux qu'un lieu comme Courmayeur pour ça ? En effet, situé au pied du Mont Blanc, outre le principal Val d'Aoste, étroit et encaissé, Courmayeur possède deux magnifiques vallées qui s'étendent à gauche (Val Veni) et à droite (Val Ferret) du massif du Mont Blanc. Ces vallées sont en plateau ce qui signifie qu'après une petite montée pour y accéder, leur fond est assez plat et se prête très bien au ski de fond en hiver offrant des accès à de très nombreuses pentes face au massif.

Ci-dessous le modèle d'expo/prototype Scott pour le transport de matériel de montagne sur un VTTAE. Ici les ingénieurs suisses se sont fait plaisir avec tout un tas de pièces usinées pour tenir un max de matériel en place sur le vélo - cela permet de pouvoir pédaler plus confortablement mais alourdit sensiblement l'engin.
A noter l'autocollant ITWT - collé par les ingénieurs eux-mêmes!

Ajoutez des photos (2020px)

Départ Entrèves (1300m) - 7km de VTTAE aller (ligne violette) jusqu'au Lavachey (1640m). La partie ski se fera du Lavachey jusqu'à environ 2300m d'altitude (ligne verte). Un total de 14km et 340m de D+ en vélo puis 550m de D+ à skis.

Ajoutez des photos (2020px)

Enfourchons donc de beaux Scott Genius, skis et bâtons sur le sac, chaussures de skis aux pieds (on ne partait pas non plus pour 100km^^) et le reste de notre attirail de ski sur nous (les gants, vestes techniques, casques et masques étant déjà appropriés à la pratique du VTT l'hiver). L'assistance du moteur électrique est un bonheur. Les courtes mais raides montées pour traverser le village d'Entrèves se font sans effort, on tourne les jambes comme sur le plat alors qu'on gravit de belles pentes goudronnées avec un sac bien chargé sur les épaules.

Ajoutez des photos (2020px)

Au bout de 3km de montée sur la route, nous arrivons au bout de celle-ci. Heureusement pour nous, le mois de janvier a été assez sec et froid en fond de vallée et la fréquentation des chemins piétons du Val Ferret a du être intense, les itinéraires sont bien damés et durs - parfait pour nos gros pneus (à clous-mais on aurait s'en passer)!

Ajoutez des photos (2020px)

Rouler en vélo dans ce décor magnifique en hiver est une merveilleuse expérience. A elle toute seule, cette partie de la balade en valait la peine. Mais c'est sans oublier qu'on a les skis sur le dos et qu'on est là pour un reportage Skipass.com et non 26in.fr!

Ajoutez des photos (2020px)

Rapide pause café dans le dernier "snack" du fond de vallée, puis c'est parti avec les skis sous les pieds pour prendre un peu de hauteur. Avec les conditions de neige toujours aussi pourries que la veille et une taille imposante de groupe, nous nous limiterons à seulement 550m de D+ à ski. Mais là encore, quelle belle bambée à travers les mélèzes centenaires qui mènent jusqu'au Refugio Walter Bonatti avec en toile de fond le versant sud des Grandes Jorasses et au loin le Mont Blanc.

Ajoutez des photos (2020px)

Un rapide snack à mi-pente, encore quelques mètres de grimpette puis un dé-peautage plein de neige mis en scène pour les photos. La descente se fera comme la montée, sous l'oeil de la magnifique Point Walker des Grandes Jorasses. Juste grandiose.

Ajoutez des photos (2020px)

On ne reviendra pas sur les conditions de neige. Sur ce versant ci, c'était béton puis crouté et soufflé avec crêtes de coq et très irrégulier, mais l'ambiance du groupe était au beau fixe grâce à l'aventure que l'on venait de vivre tous ensemble.

Ajoutez des photos (2020px)

De retour aux vélos, on prend quand même le temps de faire les c*ns en cette fin de journée: pourquoi ne pas explorer le potentiel d'une discipline de ski tracté par Ebike? On vous laisse trouver un nom afin de pouvoir homologuer cette discipline pour les prochains JO.

Non sans avoir un peu mal aux fesses, on se remet en route vers Courmayeur. En effet le poids des sacs avec skis, matos de sécu, pique-nique, etc, ajoute du poids sur le dos et le fait qu'en VTTAE on quitte rarement les fesses de la selle... Aïe aïe aïe.. mais ce n'est là que le seul petit bémol de cette pratique.

Full gaz direction l'hotel avec ce soleil rasant de fin de journée d'hiver - ça méritait bien une petite roue arrière!

Ajoutez des photos (2020px)

De retour au bercail, on ne peut que se réjouir de cette belle journée en montagne et de la joie d'avoir été aussi loin sans avoir besoin de s'entasser dans une voiture ou prendre une navette. Nous sommes partis de l'hôtel et avons relié les sommets par nos propres moyens tout en prenant du plaisir à chaque étape. La sensation de liberté et d'exploration était là. Bravo Scott, on est convaincus que votre nouvelle "baseline" vient vraiment de vos racines.


C'est malheureusement la fin de cette aventure aux côtés de Scott. On vous laisse avec une présentation de la nouvelle chaussure Freeguide :

Ajoutez des photos (2020px)

Zoom sur la chaussure FREEGUIDE

Grosse nouveauté de la gamme Touring chez Scott pour 2020-2021, une toute nouvelle chaussure de randonnée! Voici la FREEGUIDE Carbon, un "Hybrid Cabrio" de 1440g!

Il s'agit là d'un mix entre une chaussure de randonnée (semelle entièrement recouverte de caoutchouc, inserts avant et arrière, débattement important à la montée) et une chaussure plus freerando ou alpine car elle possède un flex en 130, 2 crochets sur le collier et un chausson muni d'un serrage BOA®. Elle se destine clairement à un pratiquant qui cocherait les cases suivantes :

- Niveau bon à expert
- Habitué à la rigidité et au flex des chaussures alpines
- Qui souhaite skier de la poudreuse et explorer de nouveaux terrains de jeu

Il s'agit donc de cette nouvelle génération de skieurs de randonnée qui s'aventurent sur de nouveaux terrains, fixations Shift aux pieds, en recherche de sensations et pour qui la légèreté n'est pas une priorité. En effet avec 1440g sur la balance on est du côté lourd pour une chaussure typique de rando, mais du côté léger pour une chaussure de freerando.

Ajoutez des photos (2020px)

Aparté technique:   Hybrid Cabrio - Késako?

En simplifiant un peu la forme de la grande majorité des chaussures de ski de randonnée, on identifie 2 styles bien distincts: 

Le Overlap - où les deux parties du collier se superposent avant de fermer le(s) crochet(s) de ce collier. Cette construction est aussi surtout utilisée pour les modèles de chaussures alpines car elle apporte peu de flex vers l'avant et plus de précision et de puissance dans les appuis. Des marques comme Salomon et Lange utilisent quasi exclusivement cette construction par exemple.

Puis l'autre sorte, le Cabrio, où une grande languette vient couvrir le dessus de la chaussure et remonter jusqu'entre les deux parties du collier - qui souvent pour le coup sont plus fines et moins présentes. Cette construction (utilisée par beaucoup de marques en rando, DalbelloDynafit) présente l'avantage de proposer un flex plus progressif (Fulltilt s'en sert aussi pour ses gammes d'origine plus freestyle) ainsi qu'un chaussage facilité. 

Scott propose donc avec la Freeguide un Hybrid Cabrio, c'est à dire une construction en 3 pièces mais avec un collier semblable à celui d'un Overlap et doté de 2 crochets afin d'allier les bénéfices des 2 constructions. 

Ajoutez des photos (2020px)

A noter aussi qu'elle est normée Touring ISO 9523; c'est-à-dire qu'elle peut être montée sur des fixations à pins et/ou des fixations MNC (Amer) et Sole ID (Marker) mais pas sur des fixations alpines ou avec un système Gripwalk. 

Avec 101.5mm aux métatarses, elle joue le confort sans pour autant négliger la précision pour un pied de largeur moyenne. 

Le mécanisme Ski/Walk est intégré dans le collier contrairement à la Superguide de la gamme actuelle ce qui donne un look définitivement plus alpin à la chaussure.

Le puissant serrage scratch associé au crochet du haut permet de trouver son serrage parfait puis d'utiliser le crochet pour un desserrage rapide - pour la remontée notamment.

Ajoutez des photos (2020px)

En action?

La Freeguide n'était malheureusement pas disponible dans notre taille pour ces journées de test. Nous n'avons donc pas pu l'essayer. Voici cependant quelques retours que nous avons glané auprès d'autres journalistes et testeurs lors des essais.

Légère, elle n'en reste pas moins rigide. Bien qu'ayant un programme très axée sur la randonnée, elle permet quand même d'avoir des appuis puissants et un bon appui languette quand il s'agit d'allonger les courbes et skier vite.

Côté chaussant et réglages, elle peut être assez déroutante au début car il s'agit de comprendre comment la serrer - oui le BOA®, puis les crochets et le scratch, etc - mais surtout dans quel ordre et avec quelle intensité pour bien tenir le pied sans pour autant se couper de toutes sensations, que ce soit à la montée ou à la descente.

La semelle intégralement en caoutchouc est très sécurisante pour tous les passages de marche car où que soit posé le pied, la roche vient en contact avec une surface "collante" contrairement à une chaussure uniquement munie de "pads" à l'avant et au talon.

Les boucles et serrages se prennent bien en main et leur verrouillage en position "ouvert" est très pratique à la montée.

Ajoutez des photos (2020px)

En conclusion, cette nouvelle chaussure mériterait que l'on s'y attarde plus car elle offre de belles promesses pour les skieurs en recherche de performance à la descente avec leur matériel de randonnée sans pour autant négliger le confort et la légèreté. Le choix de ne pas lui avoir administré les semelles Gripwalk permet de gagner quelques précieux grammes tout en laissant un choix de fixations très étendu pour tous les pratiquants de randonnée aguerris. Nous avons hâte de voir comment elle va performer dans le temps et comment Scott risque de la décliner dans sa gamme dans les années à venir.

Merci

Nous adressons un grand merci à Scott Sports et Scott Sports France pour leur accueil lors de ces journées. Merci aussi énormément à Fabian Bodet pour la qualité de ses photos ainsi qu'à Gaëtan Rey.

Cet article est une production Skipass.com réalisée avec le soutien de Scott sports
Pas encore de commentaire
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.