GO EXPLORE TURQUIE :  Sur les pentes  du volcan Erciyes
2000*1045px

GO EXPLORE TURQUIE :  Sur les pentes du volcan Erciyes

Trip ski en Moyen-Orient : Aurélien Ducroz nous emmène à la découverte de la Turquie hivernale 
Texte emilie rouzaud
Photos eric gachet
Trip ski en Moyen-Orient : Aurélien Ducroz nous emmène à la découverte de la Turquie hivernale 
Texte emilie rouzaud
Photos eric gachet
Après avoir traversé pour la troisième fois l’Atlantique en bateau (5ème place de la Transat Jacques Vabre cet automne), Aurélien Ducroz retrouve sa panoplie de skieur, switch son routage météo en mode nivologie et met le cap vers les neiges du Moyen-Orient avec son camarade de trip Romain Grojean. Pour cette deuxième saison de Go Explore, le principe reste le même : Aurélien nous emmène dans ses aventures en montagne ou en mer voir les deux pour découvrir des endroits où on ne pense pas forcément aller poser les spatules. 

Pourquoi as-tu choisi d’aller en Turquie ?

Au début du mois de janvier, ça faisait un bon petit moment qu’il n’avait pas neigé chez nous, ça commençait à être bien dur globalement dans toute l’Europe et le seul endroit où ça prenait c’était la Turquie. Ça faisait un petit moment que je pensais aller là bas. J’avais été contacté il y a plusieurs années par Tafa un rider de la station de Erciyes qui finalement n’a pas pu être dispo donc on est arrivé là-bas sans connaitre personne…

Vous avez skié où exactement ?

On est arrivé à Kayseri au centre de la Turquie. C’est une région assez dingue, volcanique. En 20 minutes de voiture on est arrivé à la station qui est sur les flancs du volcan Erciyes, le deuxième sommet le plus haut de la Turquie à 3916 m. C’est en Capados, on avait rêvé qu’il y ait de la neige au milieu des tours troglodytes mais malheureusement ça ne s’est pas passé comme ça. 

Les conditions n’étaient pas aussi bonnes que prévues ?

En gros on est arrivé sur place en même temps qu’une grosse tempête de vent. Avec un peu de neige mais surtout beaucoup de vent. Les trois premiers jours on ne pouvait même pas monter dans la station, toutes les routes étaient fermées. On s’est posé la question de faire demi-tour et puis heureusement pour nous on n’a jamais trouvé de billet de retour à des prix acceptables. Donc on en a profité pour aller se balader dans les grottes de la Capadoce, c’est un endroit extraordinaire ! Et puis finalement la météo s’est un peu calmée et on a réussi à faire des lignes magnifiques sur Erciyes. C’est un vieux cratère un peu écroulé et on a eu la chance que le vent n’ai soufflé que dans un sens donc rempli l’autre côté de neige, un vrai régal. On a quand même eu des conditions bien hivernales, il faisait -22°C et 30km/h de vent !

C’est comment de skier sur un volcan ?

Au final c’est plein de petites lignes qui font 300, 400 mètres assez raides mais c’est vraiment en mode freeride, 45° de pente où tu peux skier vite. On s’est un peu fait avoir par les approches qui sont de long faux-plats au pied du volcan et pour le premier trip de la saison juste après la Transat en bateau, j’ai bien senti passer les allers/retours entre 3200m et 4000 m ! Le deuxième jour c’était un peu bouché et puis en montant on est passé à travers le brouillard. Il n’y avait que notre volcan qui sortait d’une mer de nuage complètement hallucinante. Le panorama était dingue on avait l’impression de dominer toute la Turquie. Là, on s’est dit qu’on avait bien fait de ne pas rentrer plus tôt !  

Un ski-trip ne se passe pas sans quelques anecdotes, vous avez fait des rencontres ?

Le dernier jour on a fait un gros run de 2000 mètres qui nous amené dans un village en dessous de la station. Il fallait qu’on rentre en stop et une super R19 est arrivée. Nickel, on a callé les skis sur le toit et on a roulé à 2km/h jusqu’au col et de l’autre côté du col, le chauffeur s’est mis à rouler à fond dans la descente ! Impossible de lui faire comprendre qu’il fallait ralentir ! Du coup, les skis qu’on avait posé sur le toit ont volé au milieu de la route. Carnage, des voitures arrivaient derrière c’était chaud ! 

Qu’est ce qui t’a le plus marqué ?

Ce que je retiens le plus c’est à quel point le pays est montagneux, avec de la neige et un gros potentiel. C’est très dépaysant avec des paysages qu’on ne connait pas ici dans les Alpes. C’est surprenant de voir autant de skieurs dans ce pays, une station dernière génération avec des installations super modernes. C’est assez marrant de voir les différences d’un pays à l’autre. En Iran rien n’a bougé depuis 60 ans, par contre ça fait 60 ans qu’ils skient et en Turquie c’est nickel par contre tu sens que la culture du ski est très récente. On était des martiens avec nos peaux de phoques, les gens ne parlent pas vraiment anglais mais ils sont adorables, accueillants, c’est simple.

Il y a qui dans l’équipe GO EXPLORE ?

J’avais commencé cette série avec Romain Grosjean et ça fait quelques années qu’on ski pas mal ensemble. Il a ce côté freestyle qui me plait beaucoup et une autre façon de voir la montagne. Jouer la complémentarité est hyper intéressant. Dans l’équipe on compte toujours sur le couteau suisse Eric Gachet à la caméra, à la photo, à la corde et au mousqueton pour la sécu et sur Arnaud Blin qui pilote un drone de course et sort des images assez incroyables. 

1 commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.