Nostalgie des neiges d'octobre #2

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Nostalgie des neiges d'octobre #2

La grande motte
Qu'il était bien ce mois d'octobre...
BOOZ
Texte :
Photos :
Cet article est issu du mag communautaire skipass.com, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

Un samedi en mode rando

Il y avait une fenêtre permettant d'y voir clair à la Grande Motte ce samedi 24 octobre, il fallait donc absolument que je sorte profiter des chutes de neige des jours précédents qui avaient été plutôt généreuses au dessus de 3000 m.

Envie de faire de la peau plus que de la piste, je suis parti du bas de la double M qui était suffisamment enneigée. J'étais entouré de collants pipettes qui m'ont vite semé avec leur matos poids plume. Je n'ai même pas essayé de lutter.

Même entouré de pistes damées, il était possible de retrouver une trace qui s'en éloignait. Par moment et en louvoyant à gauche du téleski de 3500, il y avait presque moyen de se croire dans un milieu non aseptisé. J'ai fait deux montées du Val Claret au sommet du téléphérique et deux descentes très agréables sur une neige légère et trafollée, voire pas touchée par endroit. Un régal!

J'ai scruté tout du long la face qui mène au sommet de la Grande Motte en me tâtant pour y monter. Mais j'hésitais: je n'avais pas pris les crampons, ça ventait là haut, ça semblait plaqué et il n'y avait aucune trace. Je n'ai pas osé.

Dimanche en mode rando + sommet, puis piste

J'y suis retourné le lendemain. Même départ, mêmes collants pipettes, à moins que ce soit leurs frères ou leurs cousins. Cette fois-ci j'avais les crampons et la motivation. Après une montée, j'ai attaché les skis sur le dos, j'ai mis les crampons et hop, direction le sommet en passant par la face plutôt que par les rochers. Il ventait encore beaucoup et j'avais de la neige par moment jusqu'à mi-cuisse. La face est courte mais avec ces conditions, j'ai mis un petit moment pour arriver sur la crête finale. Il ventait énormément et je n'ai pas traîné en haut. Pourtant, le ciel était dégagé et le panorama était comme toujours grandiose.

En effet, la Grande Motte est perchée à 3 653 m. 7e sommet le plus haut de Savoie, la vue n'y est légèrement "obstruée" que par la Grande Casse et le Grand Bec situés dans son prolongement, sommets qui culminent comme elle à moins de 4 000 m.

La descente a été rapide. Passés la crête et les quelques mètres de descente qui rejoignent la face, il ne restait que 3 virages bien sympas dans une neige assez lourde et exigeante.

J'ai passé le reste de la journée à bombarder sur des pistes excellement préparées, conscient dans un coin de mon tête qu'en ces périodes troubles, ces moments étaient très précieux...

Heureusement ce n'était pas fini pour octobre, j'allais encore avoir la chance de reskier une dernière fois deux jours plus tard à La Clusaz (voir #1 ) avant que commence la période de disette.

BOOZ
Texte, Photos BOOZ
My name is BOOZ, John BOOZ.
2 commentaires
jamrek
Statut : Expert
inscrit le 12/12/02
Stations : 7 avisMatos : 17 avis

Staff depuis le 24/01/18
Une nostalgie d'autant plus présente quand en plus, il y a matière à regretter ^^
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.