Escapade au pays des churros

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Escapade au pays des churros

Couloir Est du Pic de Port Vieux (Pico de Puerto Viejo)
NobruDude
Texte :
Photos :
Cet article est issu du mag communautaire skipass.com, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

España mi amor

Pour aller chez nos amis d’outre Pyrénées, il existe plusieurs passages, que ce soient des cols ou des tunnels, et notamment un situé au beau milieu de la chaine, le tunnel de Bielsa. Au fin fond de la vallée d’Aure, et donc pas loin de la station de Piau-Engaly, l’entrée du tunnel côté français est située à 1821m, et permet donc de pouvoir démarrer une sortie ski quasi sans portage quand la neige commence à se faire rare (et c’est un peu le cas actuellement), d’autant plus que c’est exposé Nord.

Alors, vu qu’actuellement, on n’est pas trop censés faire des aller/retours en terre ibérique, rapport aux restrictions Covid, une autre façon de franchir la frontière, c’est de passer par les crêtes. On peut donc démarrer par un superbe vallon exposé Est qui se remonte assez facilement, et ce jusqu’au col en dessous du Pic de l’Aiguillette (2517m)

C'est quoi le plan ?

L’idée du jour, à l’instar de notre petite virée de la semaine d’avant où l’on avait baladé un grenoblois sur ces pentes frontalières, c’est donc d’aller visiter le Pic de Port Vieux, ou dans la langue locale el Pico de Puerto Viejo (2723m) en montant par sa crête NE, et surtout de descendre par son esthétique couloir Est, en espérant que ledit couloir ait décaillé quand on y arriverait. On est 2 ce jour-là, Laurent et son split m’accompagnent... mais on ne se sent pas tout seuls, en ce samedi où, la neige se faisant rare ailleurs, il y a beaucoup de monde, en ski et en raquettes.

El Pico de Puerto Viejo

Arrivés au col en dessous du pic de l’Aiguillette, au lieu de monter au pic, comme la majeure partie des randonneurs autour de nous, on met les crampons, et on traverse, avec les ski/surf sur le sac, en ligne de niveau sur la face Ouest de ce pic, c’est raide, mais la neige cramponne très bien, du coup, même s’il y a du gaz, ça passe crème, et on se retrouve rapidement au port Vieux, le col (en fait, dans nos montagnes, "port" signifie col !!). Après, y’a 2 écoles (comme toujours !!), de mon côté, je remets les skis et les couteaux, et Laurent, lui, décide, vu que ça ne brasse pas trop, de continuer à pieds en crampons jusqu’au sommet, 400m plus haut. La crête que l’on suit est magnifique, la neige a clairement transformé, et la montée est agréable jusqu’au sommet.

La visibilité est très bonne ce jour-là, on voit très loin au sud côté hispanique ! Côté ouest, la superbe muraille de Baroude, avec notamment le Pic Gerbats (2904m) et le Pic de Troumouse (3085m) avec derrière le Pic de la Munia (3132m)

La grosse interrogation, comme dit plus haut, c’était la qualité de la neige dans le couloir. Et bien, les dieux du churros étaient avec nous, dès les premiers virages, on constate de suite que l’exposition Est s’avère gagnante, la neige a transformé. Cerise sur la paella, le couloir est vierge, il n’y a aucune trace. C’est des conditions de puta madre !! On enchaine donc facilement dans ce couloir assez large, où la pente ne doit osciller autour de 40°, c’est du bon ski, super agréable. Arrivés au cône de déjection, on agrandit les courbes, et même si la poudre ne vole pas, c’est excellent à skier, en mode moquette de printemps. On laisse filer jusqu’au pluviomètre, bon repère du fond de cette vallée de la Pinarra, juste à côté de l’étang (ou ibon en ibérique) du même nom.

Bricolage

En discutant de tout et de rien quand on était au sommet, et notamment commentant le joyeux bordel dans le sac de Laurent, bordel comprenant un brin de Dyneema d’une vingtaine de mètres, on se disait que c’est effectivement bien d’avoir toujours en fond de sac un peu de corde, ça peut débloquer certaines situations. Deux heures plus tard, parvenus sur la crête frontalière qui permet de rebasculer en Nord vers la France, au moment de se demander par où on pourrait passer, la discussion sommitale me revient… alors, vu qu’un bout de rocher affleure, pourquoi on ne bricolerait pas un petit rappel sur corps mort pour passer la corniche fort peu sympathique, et s’ouvrir une jolie pente ? L’idée est saugrenue, mais du coup plait immédiatement à Laurent ! Le problème, c’est qu’on n’a que dalle, pas de baudar, pas de reverso, ni même le moindre moustif ! Ça va être vraiment à l’ancienne, et après avoir pété une partie de la corniche à la pelle, on se pend avec la Dyneema enroulée autour du gant, du grand n’importe quoi, mais ça passe !!

Je ne suis pas sûr que cette technique serait validée par le FFME, ni qu’on l’apprenne à l’ENSA, mais bon, ça nous a bien fait marrer. Par contre, la pente en dessous n’avait pas décaillé, et même si la manip nous avait ouvert l’accès à une zone non skiée, celle-ci était bien béton, pas grave.

Effet Castex

Il faut le reconnaitre, grâce (ou à cause) des décisions gouvernementales de ne jamais ouvrir la moindre remontée mécanique de tout l’hiver, et bien on n’a jamais autant randonné que cet hiver ! Et personnellement j’ai découvert pas mal de coins que je n’aurais surement jamais visités sinon. C’est quand même plus facile de monter en TSD puis de se faire une demi-heure max avec les skis sur le sac. Donc, effectivement, on va moins dans les coins reculés d’habitude.

Ça doit être mon côté optimiste, à toujours voir la bouteille à moitié pleine, ou le bon côté de toute chose, mais en l’occurrence c’est vrai que le contre coup des restrictions, c’est d’une part que j’ai des cuissots de compétition, mais aussi que j’ai pu découvrir plein de sommets et/ou couloirs sympas, et celui-là en fait partie, nul doute que j’y reviendrai maintenant en connaissance de cause. Un très beau coin avec pas mal de pentes et expositions !

NobruDude
Texte, Photos NobruDude
Enjoy the ride...
3 commentaires
Rider de Terre
Statut : Gourou
inscrit le 02/04/02
Stations : 1 avisMatos : 12 avis
Ah sympa cette trouvaille côté Est !
Je tourne la carte dans tous les sens dans ce coin, bien tenté par une descente sur la Gela un de ces 4... :)
Ah, je suis sur que le drop face nord passait plus facilement que le rappel folklorique, non ? ^^
NobruDude
Statut : Gourou
inscrit le 25/04/13
Stations : 19 avisMatos : 44 avis
On avait droppé du pic à 2530m (à côté du Marioules) la semaine d'avant, alors fallait changer :D :D
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.