Ski et kayak : Combø Norway
2000*1045px

Ski et kayak : Combø Norway

Julien Colonge et Anthony Calvet vous emmènent en kayak à la découverte de la Norvège
Texte julien colonge
Photos Julien Colonge, Anthony Calvet
Texte julien colonge
Photos Julien Colonge, Anthony Calvet
.

Julien Colonge et Anthony Calvet d'Ubac Images, que vous connaissez bien désormais sur skipass, présentent le film qui racontent leurs péripéties en Norvège au printemps dernier : Combø Norway. Vous retrouverez après la vidéo un beau portfolio accompagné d'anecdotes du voyage. Enjoy !


Avant de lire cet article, on suppose que vous avez déjà vu notre film. En effet, on a déjà passé suffisamment de temps à faire nos voix off assez miteuses (on est conscient de nos défauts) pour ne pas vous répéter encore une fois la même chose : à la place on a décidé de vous raconter plutôt certaines anecdotes et vous faire passer quelques bons plans !

Kayak & Equipement

Tout d’abord, commençons par présenter notre plus fidèle compagnon sur ce trip : notre kayak gonflable Full HP3 fourni gracieusement par Bic Sports. Devant les innombrables certificats et formations demandés par les loueurs de kayak sur place, il nous est apparu plus simple d’amener notre propre équipement !
Avec une eau entre 0 et 4°C, l’équipement de kayak n’est pas à négliger : en plus du bateau, des pagaies et des gilets, nous avions également des combinaisons sèches, des chaussons, des gants et des sacs étanches (ou plutôt des sacs poubelles) afin de nous protéger intégralement ainsi que notre équipement. De plus, nous conseillons fortement à ceux qui voudraient se lancer dans une telle aventure de porter les vêtements de ski sous la combinaison, tout simplement pour éviter d’être transis de froid par le vent et les embruns.

Kvaløya – La méconnue

Notre périple a commencé sur l’île de Kvaløya, à environ 40min du centre ville de Tromsø. Moins internationalement connue que Lyngen ou les Lofoten, c’est pourtant le terrain de jeu des Tromsois (ou Tromsiens ?). Tromsø peut d’ailleurs être un super bon plan pour les randonneurs à petit budget : on y trouve plusieurs campings ou auberges de jeunesse bon marchés (pour la Norvège) qui permettent de rayonner sur les sommets environnants à la journée.
Pour nous, la première journée sur place fut simplement dantesque : premières traces face au Ersfjord sur le premier sommet choisi au hasard le matin, test concluant de notre kayak en pleine charge et pêche de notre première morue norvégienne. Nous n’avions pas pu tester ensemble notre kayak en France, et c’était donc un soulagement de voir que notre embarcation était stable avec tout notre équipement à bord. Notre plus grande peur sur ce projet était de chavirer dans cette eau glaciale.
Après une telle journée, nous avons choisi de planter notre tente sur une plage avec une vue bien dégagée sur le Nord pour guetter les aurores boréales. La nuit fut spectaculaire, mais les -20°C et la petite brise nous on aussi vite fait regretter de ne pas avoir construit de muret de protection autour de notre tente ! Une erreur que nous ne ferons plus par la suite !

Lyngen – La capricieuse

Après un début en fanfare, nous rejoignons la célèbre presqu’île de Lyngen. L’endroit est clairement plus couru, avec notamment plusieurs bateaux hébergeant des groupes de randonneurs. Le manteau neigeux est aussi moins accueillant, et plusieurs locaux nous informent que d’énormes plaques se déclenchent sur la plupart des versants. D’ailleurs, nous vous conseillons fortement d’installer les applis regObs et Varsom afin d’être informés des derniers reports d’avalanche et du BRA.

La météo norvégienne joue avec nos nerfs : éclaircies et épisodes neigeux se succèdent au cours des journées sur place, rendant nos sorties assez imprévisibles. Cependant, le Nord de l’île renferme quelques spots de surf assez magiques pour ceux qui auraient eu la bonne idée d’emmener du matos ! C’est d’ailleurs une observation valable pour la quasi totalité des îles que nous avons visité.

Lors de notre dernier jour sur place, après une première tentative avortée le matin, nous arrivons à profiter des lumières apocalyptiques du coucher de soleil pour prendre quelques photos. « Qui regarde trop la météo, reste au bistro », probablement l’adage le plus approprié pour profiter d’une journée en Norvège !

Lofoten – Le joyau

Nous entendons dire que les conditions sont plus stables au Sud dans les îles Lofoten. Nous prenons donc la route pour rejoindre l’un des archipels les plus esthétiques de Norvège, en prenant soin de goûter les Pølse (ou knackis) de chaque station service pour reprendre les calories perdues en kayak.

Les Lofoten sont réellement un endroit à part, où les activités de la mer sont bien plus présentes qu’à Lyngen, en témoignent les séchoirs à morue entièrement remplis à cette période de l’année. La mer et la montagne se mélangent, c’est donc l’endroit idéal pour continuer notre aventure !

Une seconde panne de batterie sur notre voiture sera le déclencheur de notre plus belle journée du voyage. Bloqués à Svolvaer, nous décidons de mettre le kayak à l’eau, et de traverser et remonter le fjord adjacent pour accéder au massif du Langstrand. Sur le chemin, nous avons la chance de voir 3 aigles pêcher à quelques mètres du bateau. Mais le courant et le vent sont contre nous, et c’est une véritable épreuve de force pour avancer. Une fois arrivés en bas de notre itinéraire, nous remarquons de grosses fractures sur les pentes surplombant le couloir de montée. Nous décidons donc de reprendre notre kayak et de nous rabattre sur l’itinéraire classique du Geitgallien. Nous parvenons à faire les premières traces dans le couloir Sud, et à rentrer suffisamment tôt à Svolvaer pour y faire dépanner notre voiture (grâce au taxi Cédric Pugin rencontré lors de la montée au Geitgallien).

Senja – la découverte

Après une dernière journée du côté d’Henningsvaer, nous reprenons la route pour l’île de Senja. Une découverte magnifique que cette île et ses sommets déchiquetés, offrant une multitude de couloirs tombant dans la mer. Les Dolomites de la Norvège ! Nous profitons de la première journée sur place pour grimper au sommet du Segla, dont la falaise tombe à pic dans le fjord. La vue panoramique au sommet est juste époustouflante. La neige commence à se réchauffer et ce n’est plus la poudreuse des premiers jours. Nous voyons d’ailleurs plusieurs faces se purger entièrement.
Après une nouvelle nuit en camping éclairée par une sublime aurore boréale, nous cherchons désespérément un endroit où embarquer en kayak pour rejoindre ces couloirs qui nous narguent à l’horizon. Cependant, la houle est bien formée, et il serait trop dangereux pour nous de nous aventurer sur l’eau avec tout notre barda.

Mixer différentes disciplines dans cet environnement était un véritable rêve pour nous, une façon originale d’accéder aux montagnes, et surtout la première page d’une nouvelle série de voyages multi-activités.

Cependant, la logistique d’un tel trip n’est pas à négliger, et on ne vous parle même pas de la gestion d’un drone depuis un kayak avec de la houle, du courant et du vent !

6 commentaires

freeryan
Statut : Confirmé
inscrit le 12/02/05
Juste MAGNIFIQUE ! ! ! :)
j'ai eu l'occasion d'aller faire du kayak en Norvége en 2017 mais pas de faire ce merveilleux combo ..
BRAVO
Ubac Images

inscrit le 27/11/15
Photos : 14 photos du jour
Merci! L'été est également magique en Norvège!
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

laurent13
Statut : Confirmé
inscrit le 21/09/02
Superbe, authentique, original et bien monté surtout si vous faites tous à deux! continuez merci!
Ubac Images

inscrit le 27/11/15
Photos : 14 photos du jour
Merci beaucoup! Nous n'en parlons certainement pas assez, mais oui nous faisons tous à 2, organisation, ski, cadrage, montage... Ca excuse un peu certains défauts dans nos films! ;)
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire