carton plein pour le Grand Prix de Serre Chevalier
2000*1045px

carton plein pour le Grand Prix de Serre Chevalier

800 participants se sont déplacés pour la première édition du revival de l'événement le 18 mars dernier
Photos David Malacrida
Photos David Malacrida
800 participants se sont déplacés pour la première édition du revival de l'événement le 18 mars dernier

Il y a 30 ans, le slogan de Serre Chevalier était « Serre Che, la station des doux & des dingues » et visiblement tout le monde a apprécié ce retour aux sources. Le Grand Prix de Serre Chevalier pour sa première édition "revisitée" a réuni 800 participants et 120 enfants le 18 mars dernier.

Parmi les 800 participants, 305 avaient choisi le camp des "Doux", 495 celui des "Dingues", 654 étaient en ski, 127 en snowboard, 6 en télémark, 8 en monoski, 4 en tadem (handi) et un en snow scoot avec pour mot d'ordre commun : glisser et s'amuser dans la bonne humeur. 

Revenons sur cette manifestation multi-générationnelle et multi-glisse en images !

Ajoutez des photos (2020px)

Un événement historique

Consultée pour proposer un concept d'événement "unique" à la station de Serre -Chevalier, l'agence Like That a eu envie de dépoussiérer un événement majeur se déroulant de 1986 à 1989 : le Grand Prix de Serre Chevalier. Les organisateurs sont donc partis sur les traces des personnes oeuvrant pour le Grand Prix il y a 31 ans. De fil en aiguille, le bouche à oreille aidant grandement l’organisateur et créateur du Grand Prix en 1986 : Thierry d’Ornano a été retrouvé.  Il a donné son accord pour le revival de l'événement le samedi 18 mars, et comme les choses sont bien faites c’était également le jour de son anniversaire. Le nécéssaire a été fait pour s'entourer de ces acteurs clés 31 ans plus tard, comme Richard Sanchis, directeur de l'OT à l'époque à qui l'on doit le fameux slogan  « des doux & des dingues ».

Mon idée était simple, ne pas faire un événement qui aurait pu se faire ailleurs…Faire un événement qui raconte une histoire, celle de la station.

Gaylord Pedretti, organisateur

1986 Vs. 2017

Ajoutez des photos (2020px)

La version 2017 toujours pour « des doux & des dingues »

L’idée était de proposer un parcours pour les « doux » et un parcours pour les « dingues » avec un départ unique, une arrivée unique et une multitude d’épreuves faisant skier les participants sur tout le domaine. Plus éprouvant qu’un simple derby, plusieurs épreuves s'enchainaient tout au long de la journée (12 épreuves pour les doux, 13 pour les dingues) dont un super génial, un slalom génant, un géant pas parallèle, un banked slalom… L'organisation a voulu rendre les épreuves ludiques avec des virages relevés, des woops, des tunnels.

Le départ était assez impressionnant, les participants étaient envoyés d'entrée de jeu dans un champs de bosses gelés (pour les dingues) et devaient enchainer avec un boardercross… L'épreuve s'intitulait sobrement "le réveil musculaire". 

Un arrêt aux stands a été intégré à la course avec un shoot de génépi ou un sirop de génépi pour les participants. C'était l'épreuve de "la route du génépi" !

Autre exemple d'épreuve farfelue, sur "opération Jackson" les participants devaient déchausser et remonter à l’aide d’une corde pour accéder à un freeride. 

C’était un vrai parcours du combattant avec un paquet d’épreuves jonchées d’obstacles et la possibilité de prendre des options pour engranger des points : air bag, waterslide, kilomètre lancé…

Bien sûr, le casque était obligatoire pour tous les participants !  Le DVA était également imposé à tous les participants du parcours des dingues car certains épreuves se déroulaient hors piste.


J’ai voulu repenser le Grand Prix de Serre Chevalier et proposer une version 2.0 inspirée des mud day et autres spartan race…

Gaylord Pedretti, organisateur

Ajoutez des photos (2020px)

La glisse multi-générationnelle

Il y avait des grands parents qui faisaient la course avec leurs petits enfants, des groupes de potes de + de 60 ans, des pères avec leurs enfants, des mamans avec leurs enfants… L'ambiance et l'énergie au départ faisaient plaisir à voir ! Ce format novateur permet sans aucun doute de réunir les gens et le pari a été réussi à la vue du nombre de participants. 

Le seuil limite fixé à 600 participants a été atteint à moins de 10 jours de l’événement. L'organisation a finalement décidé d'ajouter 100 places qui ont été prises en 2 jours puis encore 100 autres arrachées en 4min sur le site web dédié. 

55 % des participants venaient du département des Hautes Alpes, 12% des Bouches du Rhône, 5% de l'Isère, 5% de la Savoie et 5% du Rhône et les derniers pourcentages se partagaient entre la Haute Savoie, la région parisienne et la Loire. 

Parmi le grand public venu en masse, quelques noms connus se sont frottés aux épreuves : Leo Taillefer, Jules Bonnaire, Dylan Florit, Hugo Laugier, Jonathan Bertoni, David « Fackie Brown » Brun... ou encore en snowboard Tony Ramoin, Pierre Vaultier, Anouck Grau, Jean Nerva, Serge Dupraz, Regis Rolland, Jean Fi Garcia, Francky Moranval, Niels Regnier...

Bien sûr pour encadrer ce petit monde dans les meilleures conditions la sécu et le service des pistes étaient beaucoup impliqués. On retrouvait plus de 100 bénévoles et 60 personnes du domaine skiable le long des parcours.

Ce qui était génial c’est le mélange des générations qu’on ne retrouve pas vraiment sur un format derby classique.

Gaylord Pedretti, organisateur

Ajoutez des photos (2020px)

Nous avons déjà plein d’idées pour l’année prochaine pour que cet engouement reste intact et que le Grand Prix de Serre Chevalier reste la course la plus folle du pays ! 

Gaylord Pedretti, organisateur

Les résultats

Les 10 premiers en ski sur le parcours des dingues, les résultats complets sont à retrouver ici.

1. ROBIN CHAMPIOT 18210 points

2. JULIEN PHILIP 17917 points

3. SEBASTIEN BOCOS 17330 points

4. PAUL-ERIC FAURE 17190 points

5. DAVID GOUEL 17087 points

6. MARIO BOVETTO 17057 points

7. VALENTIN PHILIP 16945 points

8. JéRôME PALISSE 16818 points

9. THIBAULT JURIE DES CAMIERS 16728 points

10. TOM BOVETTO 16530 points


Pas encore de commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire