Superpipe X Games Oslo : Un podium 100% Américain 
2000*1045px

Superpipe X Games Oslo : Un podium 100% Américain 

Torin Yater-Wallace l'emporte devant Alex Ferreira et Gus Kenworthy
Texte Sarah Pinton
Photos ESPN / X Games
Texte Sarah Pinton
Photos ESPN / X Games
Torin Yater-Wallace l'emporte devant Alex Ferreira et Gus Kenworthy

Après des qualifications prometteuses en début d'après-midi, nous attendions avec impatience la finale. Le bilan est en demi-teinte avec d'un côté une montée en puissance des jeunes locaux d'Aspen, Torin Yater-Wallace (or) et Alex Ferreira (argent) qui survolent littéralement la finale et de l'autre un florilège de chutes pour la majorité des compétiteurs. Gus Kenworthy, comme lors des qualifications se réveille sur son dernier et troisième run, s'emparant ainsi du bronze comme en big air. Pas de doublé français -même si on y croyait fort-, il faut admettre que les américains ont brillé ce soir, ils étaient un cran au dessus. Chapeau. 

4 doubles d'entrée de jeu pour Ferreira

Les jeunes de la coach d'Aspen, Elena Chase se font remarquer dès le premier run. Après un passage impressionnant de Torin à plus de 90 points, Alex Ferreira, son binôme sort le grand jeu : 4 doubles. (un double cork 1260 des deux côtés, un double rodeo 1080 et un double flat spin en descendant le pipe) Son run était encore un peu brouillon à Aspen, il a considérablement bossé sur la propreté depuis. Les juges le récompensent avec une note de 93,33 points. Le ton de la finale est donné, Ferreira n'est pas venu en Norvège pour faire de la figuration. Le bronze par deux reprises à Aspen en 2014 et 2016 ne lui suffit plus. 

Ajoutez des photos (2020px)

Le run d'Alex Ferreira (argent)

Le run d'Alex Ferreira (argent)

Torin Yater-Wallace is back

On vous le disait lors de notre précédente couverte des X Games à Aspen, Torin a fait face à d'importants problèmes de santé en début d'hiver : une virulente infection du foie lui a coûté 12 jours d'hospitalisation dans un sale état. Malgré peu de journées sur les skis, l'américain reprend la compétition à haut niveau comme si de rien n'était. Le message qu'il envoie aujourd'hui est assez claire : "je suis de retour les mecs" !

Qualifié discrètement dernier en début d'après midi, Torin en avait gardé visiblement sous le pied. Après un beau premier run, il frappe encore plus fort sur son second passage avec de l'amplitude mais aussi un alley oop double flat 1080. BOOM (oui le "boom" est de rigueur là) ! 95 points, nouveau leader.

Lors du second run, c'est le seul compétiteur qui sort du lot -et de loin-, ses concurrents enchainent les chutes. La fatigue de la journée se ferait-elle sentir ? 

Ajoutez des photos (2020px)

Le run de Torin Yater-Wallace (or)

Le run de Torin Yater-Wallace (or)

Gus Kenworthy le bronze encore

Un scénario identique aux qualifications se produit. Gus chute une première fois, puis une seconde, il se retrouve donc au pied du mur pour son dernier et troisième run. Un peu comme Kevin Rolland peut (re)trouver de la ressource dans des situations de stress intense, Gus Kenworthy ne s'avoue jamais vaincu. En plus, il a toujours l'air serein et détendu mais comment fait-il ? Inutile de mentionner qu'il a concouru sur l'épreuve de big air la veille et termine à la 3ème place. Ok Gus Kenworthy est un surhomme...

Dernier à dropper de la finale, il plaque finalement son run avec beaucoup d'aisance et une amplitude folle : double cork 12, cork 1080, switch double, alley oop flat 900. En le regardant on dirait presque que c'est facile. Presque. Il obtient 90,33 points qui lui offrent encore ce soir le bronze. Sa collection de breloques des X Games passe donc de 3 à 5 en un week-end. Pas de doute, c'est SON hiver. 

Le run de Gus Kenworthy (bronze)

Le run de Gus Kenworthy (bronze)

Déception pour le clan français

Tout avait pourtant bien commencé lors des qualifications, Kevin Rolland terminait premier, Ben Valentin troisième. Au fond de nous, on croisait fort les doigts pour qu'ils partagent une nouvelle fois le podium ce soir. Il faudra revenir. 

Ben Valentin plaque son run à deux reprises mais commet de petites erreurs sur des réceptions qui lui coûtent sa place sur le podium. Quant à Kevin, rien ne va. On apprend que le français a chuté légèrement pendant les entrainements. Suffisamment pour le faire douter ?  Il tombe par deux fois sur son unat double cork 1260. Il tente le tout pour le tout sur son dernier run, il a la rage au ventre pourtant. Malheureusement sa réception de ce trick n'est toujours pas assez propre pour espérer faire de l'ombre au trio de tête. C'est la dure loi du sport, à un tel niveau, parfois ça passe, parfois pas. 

Ajoutez des photos (2020px)

Martinod au pied du podium

La finale dame s'est déroulée juste avant celle des hommes. Globalement les femmes ont bien ridé à l'image de la Canadienne, Cassie Sharpe, 23 ans. Pour sa deuxième participation aux X Games, elle vient déloger la championne olympique Maddie Bowman de sa position de leader incontesté. Enfin les choses bougent chez les filles, Maddie ne remportera donc pas sa cinquième médaille d'or consécutive ! Cassie met l'accent sur l'amplitude (!!) tout le long de son run et enchaine un cork 900 ainsi qu'un back to back mac twist. Maddie doit se contenter de la seconde place malgré une switch 900. 

La troisième place a failli être pour Marie Martinod, auteur d'un run consistant comprenant un back to back 540, back to back mac twist et d'un 900. Néanmoins Ayana Onozuka lui passe devant dans les dernières secondes de compétition. A la différence de Marie, la Japonaise propose du switch, peut-être cette donnée a pesé dans la balance côté juges. 


Le run de Cassie Sharpe (or)

Le run de Cassie Sharpe (or)

7 commentaires

ririri

inscrit le 11/12/08
je propose de réouvrir un débat vieux comme un cork 5 truckdriver dans un pipe mais, savez-vous comment les juges prennent en compte le nombre de hits des riders ? Je veux dire, le pipe devait être plus court qu'à Aspen puisque la plupart ont du raccourcir leur run, shuntant le dernier trick...sauf ferreira, qui du coup se fait un peu léser je trouve.
Maintenant que les jugements sont vraiment professionnalisés, comment cette différence est-elle prise en compte ?
Cliff
Statut : Expert
inscrit le 28/10/06
Matos : 7 avis
Il me semble qu'à la belle époque du cork 5 truckdriver, le père Dumont prenait de l'élan sur le plat et ne droppait qu'après quelques mètres histoire d'avoir plus de speed et de claquer un gros premier hit, amputant du coup son run d'un trick par rapport à Hall. Il était sanctionné au motif que 4 hits au lieu de 5 c'est une chance de moins de tomber.
Maintenant si tu arrives à poser 5 hits au lieu de 4 c'est aussi que ton amplitude est inférieure et c'est à prendre en compte. Je pense que les juges font au cas par cas. Ils ont surement voulu récompenser la variété et la nouveauté du run de TYW.
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

switchboy69

inscrit le 14/03/06
Matos : 2 avis
En tous cas la couverture TV par l'Equipe 21 était très bien. Des images des qualifs et des filles pendant les pubs ESPN, des commentaires corrects. Et disponible gratuitement avec la TNT c'est vraiment top !!! Regarder les X dans son salon pas-à-2-heures-du-mat' c'est un must
Et merci à l'équipe skipass pour les photos et l'artible ci-dessus :)

Connectez-vous pour laisser un commentaire

volcomride

inscrit le 14/05/08
Perso j'ai trouvé les commentateurs moyens, surtout celui qui n'arrêtait pas de dire "Face à des Ferreira, ou des Yater-Wallace va falloir y aller" x1000. De plus les caméras faces au soleil pendant un run en pipe (plus valable pour les femmes parce qu'en journée) où du coup tu vois rien je trouvais ça dommage qu'ils ne l'aient pas calculé avant.
Et un cork ce n'est pas "passer la tête en bas". Une explication plus précise dirait : les skis sont perpendiculaires au sol au lieu d'être parallèles et c'est le rider qui est parallèle au sol et les skis sont devant lui. Un peu plus complexe que "la tête en bas" mais ça viendra sans doute avec le temps...
switchboy69

inscrit le 14/03/06
Matos : 2 avis
évidemment, d'un point de vue technique pure, un connaisseur est déçu par le niveau des commentaires. Mais replaçons-nous face à la population qui regarde l'equipe21, la plupart ignorent qui est Kevin Rolland... Malheureusement une certaine vulgarisation est nécessaire à la communication de masse.
2
volcomride

inscrit le 14/05/08
ça ne prendrait que 3 phrases de plus... Et vu que ce n'est pas la réalité ce n'est donc pas de la vulgarisation mais plutôt de la vulgarisation déformée pour garder le terme. Comment passer d'un backflip à un cork avec cette définition si elle est la même ? ça induit un peu en erreur. Après oui ça fait toujours râler mais je suis d'accord avec vous sur le fait que la vulgarisation est nécessaire, mais quitte à la faire autant que ce soit pour différencier certains tricks qui méritent une analyse un peu plus poussée...
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

switchboy69

inscrit le 14/03/06
Matos : 2 avis
C'est parce que dans ces sports de niche, il n'y a pas de "culture générale" partagée par 90% des gens. Tout le monde - même ma grand-mère - sait ce qu'est un smash ou une reprise de volley, qui sont des termes techniques dans un ou plusieurs sports. Pas besoin de vulgariser : tout le monde le sait. En ski / snow freestyle, le monde se divise en 2 catégories (#ClintEsatwood): ceux qui savent faire la différence entre un bio et un cork, entre un misty et un flat-spin,etc et ceux qui n'en ont rien à faire. Quand cette dernière catégorie tombe sur la retransmission TV par l'équipe 21, ils opèrent soit un changement de chaine soit ils restent par curiosité. Si le jargon employé devient trop technique, ils vont zapper cash.
Après je suis d'accord, les commentateurs pourraient aussi contenter les "sachants" (toi, moi, les gens qui aiment ça à fond,...) en allant plus loin de temps en temps (notamment sur les grabs, que de confusion entre tail, true tail, reverse tail, mute, rev mute,...) . Mais tu sais, les commentaires de Mike Douglas sur EXPN en live d'Aspen ne sont pas bcp bcp plus techniques que ceux en français hier...

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire