Sauvons la vallée de Jumbo
2000*1045px

Sauvons la vallée de Jumbo

Retour sur la problématique de la Jumbo Valley 

Texte Loïc Giaccone
Photos Garrett Grove, Steve Ogle
Vidéo Sweetgrass Productions
Texte Loïc Giaccone
Photos Garrett Grove, Steve Ogle
Vidéo Sweetgrass Productions

Retour sur la problématique de la Jumbo Valley 

Vous en avez peut-être déjà entendu parler où l'avez vu au High Five, cette année Sweetgrass Productions revient avec un film très différent des précédents : Jumbo Wild. Loin du film de ski habituel, il s'agit d'un véritable documentaire autour de l'histoire de la vallée de Jumbo, dans le sud-est de la Colombie Britannique au Canada. L'idée générale ? Une vallée sauvage au milieu de la chaîne des Purcell, un projet de domaine skiable immense ouvert toute l'année, des gens contre, des gens pour. Le film, pas encore disponible, revient sur l'histoire de cette vallée et va à la rencontre des protagonistes de chaque camp pour écouter leurs arguments. En attendant le film complet, voici une version courte de 8min (en VO) que nous avons accompagnée de deux interviews : d'abord Robyn Duncan, directrice de Wildsight, l'organisation qui lutte depuis les débuts contre le projet de domaine skiable, puis Pep Fujas, qui a participé au scènes de ski du film. 

Jumbo Wild : Le Mouvement (version courte 8min)


Robyn Duncan, Wildsight

- Pouvez-vous vous présenter et nous présenter Wildsight ?
- Je m’appelle Robyn Duncan et je suis directrice exécutive de Wildsight. Nous sommes une organisation de protection de l’environnement basée dans la région de Kootenay en Colombie Britannique. Nous combattons le projet de Jumbo Glacier Resort depuis sa première proposition en 1991, et nous sommes les leaders de l’opposition dans cette campagne qui dure depuis plusieurs décennies maintenant. 

Notre organisation Wildsight est originaire de Colombie Britannique et travaille autant localement que mondialement pour protéger la biodiversité et encourager le développement durable. J’ai grandit dans les Kootenays, le combat pour garder Jumbo sauvage date d’aussi loin que j’arrive à m’en souvenir. 

- Pouvez-vous nous en dire plus sur la vallée de Jumbo ? 
- La vallée de Jumbo se situe dans le centre du massif montagneux de Purcell. Situé dans le coin sud-est de la Colombie Britannique, ce massif forme le coeur sauvage et spectaculaire de la chaîne Columbia, délimitée de chaque côté par le fleuve éponyme, qui la contourne par le nord. Plus grand fleuve du Pacifique nord-ouest, le Columbia commence son voyage de 2000km jusqu’à l’océan depuis sa source dans le sillon des Rocheuses.

Découpant une bande le long du côté est des montagnes de Purcell, le sillon des Rocheuses accueille l’une des plus longues étendues de zones humides peu développées d’Amérique du Nord. Cet endroit forme un habitat crucial pour de nombreux oiseaux migrateurs, et la région dans son ensemble est essentielle pour les grizzlis, les caribous, les carcajous, les blaireaux et une foule d’autres animaux sauvages. La vallée de Jumbo est un habitat essentiel pour les grizzlis. 

Les quatre glaciers qui seraient accessibles par le projet de domaine skiable (Farnham, Jumbo, Karnak et Commander glaciers) se trouvent sur d’imposants sommets, à haute altitude. Leur taille s’est malheureusement réduite de manière significative au cours des dernières décennies.

- Qu'est-ce que le Jumbo Glacier Resort ?
- Le projet proposé de Jumbo Glacier Resort est un domaine skiable ouvert 365 jours par an dans la vallée de Jumbo. La base de la station est à 55km à l’ouest d’Invermere (3000 habitants), accessible par une piste forestière qui passe sous de nombreux couloirs d’avalanche. Le domaine proposé accèderait aux quatre glaciers sur plus de 6000 hectares grâce à 22 remontées mécaniques dont des téléphériques et télécabines. La station en elle-même s’étalerait sur 104 hectares et compterait 6000 lits, 369 chambres d’hôtel, 240 maisons, 970 copropriétés et 143 chalets.


- Pourquoi vous-y opposez vous ?
- La vallée de Jumbo est reconnue internationalement comme l'élément vital d’un des corridors de passage des animaux sauvages les plus importants d’Amérique du Nord. Les grizzlis dépendent de la connexion de leurs différentes zones d’habitat, et pour maintenir une population en bonne santé ils doivent pouvoir traverser ce secteur. Si il est construit, avec les routes et infrastructures qui vont avec, le domaine skiable de Jumbo Glacier Resort coupera une partie critique de ce corridor (déjà plusieurs fois découpé), conduisant à une réduction des populations de grizzlis à plusieurs échelles, locale et régionale mais aussi continentale. Ensuite, la création de ce domaine skiable signifierait l’abandon à des entreprises privées d’une des zones naturelles les plus adorées des montagnes Purcell et de Colombie Britannique. Cela signifierait aussi un accès contrôlé et limité pour le public de ces zones pourtant sacrées et historiques.

      

Pour la nation indienne Ktunaxa, la vallée de Jumbo est appelée Qat’muk, la maison de l’esprit du grizzli. La région est d’une grande importance spirituelle et culturelle et la construction d’une telle station saperait les croyances et pratiques qui sont au coeur de leur identité. La nation Ktunaxa s’est publiquement engagée à utiliser tous les moyens et recours possibles pour empêcher Jumbo Glacier Resort de se développer, y compris une action en justice visant à annuler toute approbation du projet.

Il y a actuellement dix stations de ski dans un rayon de quatre heures de route d’Invermere : Panorama, Kimberley, Fernie, Kicking Horse, Revelstoke, Whitewater, Nakista, Norquay, Sunshine et Lake Louise. Aucune de ces stations ne tourne à pleine capacité et l’ajout d’un nouveau domaine ne ferait qu’augmenter la compétition entre ces stations existantes.

Les décisions sur l’utilisation des terres devraient se faire via un processus démocratique. Les habitants de la région de Kootenay ont indiqué très clairement qu’ils s’opposent à ce développement, mais nous n’avons jamais eu l’occasion de nous exprimer au travers d’un référendum ou d’un processus officiel. Pendant le processus d’évaluation environnementale, 91% des milliers de personnes qui ont écrit étaient opposées au projet. La nation Ktunaxa est opposée au projet. Les élus locaux sont opposés au projet. Et pourtant il a continué à aller de l’avant, à cause certaines lois qui ont été modifiées et de la création d’un village de zéro habitant au maire et conseil autoproclamé. Cela défie toute logique de processus public.


- Où en est le projet à l’heure actuelle ?
 
- Le Jumbo Glacier Resort est bloqué. En juin 2015, leur certificat environnemental a expiré : ils avaient 10 ans pour en remplir les conditions, chose qu’ils n’ont pas réussi à faire et n’ont donc pas pu commencer les travaux. De plus, la construction de fondations attaquée en hâte à l’automne 2014 pour faire un premier lodge a été jugée inutilisable car elle est située dans un terrain avalancheux de niveau 3, le plus élevé.

Les fondations commencées en octobre 2014. Crédit photo : Facebook Jumbo Glacier Resort


Pour aller de l’avant avec le projet tel qu’il a été imaginé, ils auraient besoin d’un nouveau certificat environnemental qui exigerait une toute nouvelle évaluation environnementale. Jumbo Glacier Resort a parlé publiquement de modifier le projet pour une version plus petite de la station qui aurait moins de 2000 lits et qui ne nécessiterait pas d’évaluation environnementale. Cependant les études de faisabilité économique doutent déjà de la viabilité de la station à 6500 lits, et encore plus pour un projet à moins d’un tiers de ce chiffre.  

- Avez-vous participé au film Jumbo Wild ?
- Oui, ça a été un véritable privilège de collaborer avec Sweetgrass et Patagonia sur la campagne Keep Jumbo Wild. Ils ont soutenu nos plaidoiries pour défendre Jumbo depuis 2012, et ce film va permettre d’amener le message à une audience beaucoup plus grande. Nous avons joué un grand rôle en fournissant des éléments de fond, l’histoire du combat contre le projet et le message de cette campagne. Beaucoup de choses peuvent se passer en 24 ans et nous avons beaucoup travaillé pour aider les gens à s’y retrouver dans le labyrinthe d’informations, articles et recherches qu’il existe sur cette vallée et sur ce projet de domaine skiable.

Pour en savoir plus sur le sujet :
- La rubrique Jumbo Wild sur le site de Patagonia,
- Keepitwild.ca, qui explique la situation et héberge la pétition en ligne,
- Le site de l'organisation Wildsight

Pep Fujas

- Est-ce que tu peux te présenter rapidement pour nos plus jeunes lecteurs ? 
- Je m’appelle Pep Fujas, j’ai 32 ans et je vis à Salt Lake City en Utah. Je suis un proskieur depuis environ 14 ans. J’adore skier et vivre en montagne, j’y passe tout mon temps et mon énergie.

- Qu’est-ce que tu penses du projet Jumbo Glacier Resort, le projet de domaine skiable ? 
- C’est une question compliquée à laquelle il est difficile de répondre. Tout d’abord parce que j’apprécie le développement, par exemple j’apprécie venir en Europe à Chamonix pendant une semaine. C’est incroyable de pouvoir avoir accès si facilement à la haute montagne. D’un autre côté, il y a des gens qui vivent en montagne depuis longtemps, ils doivent pouvoir avoir leur mot à dire. Je ne pense pas qu’un promoteur devrait pouvoir débarquer et dire « mon projet est le meilleur usage possible de ce territoire, meilleur que ce que vous faites actuellement ». Les locaux veulent qu’on respecte leur terre et veulent pouvoir choisir ce qui lui arrive, comme protéger la faune, les grizzlis, etc. Aussi cool que ça puisse être d’avoir un domaine skiable dans la vallée de Jumbo, je pense que cette dernière a une valeur bien plus élevée si on la laisse sauvage et tranquille.

 

- Pour toi le développement devrait provenir des locaux, des personnes qui vivent dans la vallée et non pas d’un investisseur étranger ? 
- Oui, je pense que les gens de la vallée, indiens ou non, devraient pouvoir choisir si ils sont d’accord pour faire ce domaine skiable, ou tout autre projet qui aurait un impact fort sur eux et sur l'environnement. Et si ils donnaient leur accord à quelqu’un qui a les moyens de faire un tel projet, en trouvant une solution qui respecte les voeux de chacun, dans ce cas là celui-ci aurait raison d'être. Mais ce n’est pas ce qu’il se passe actuellement, les locaux ne veulent pas du projet et les promoteurs tentent tout de même de le réaliser.

- Quelle est ton implication dans Jumbo Wild ? 
- J’apparais dans quelques passages de ski dans le film. Nous sommes allés là-bas avec Nick Wagoneer de Sweetgrass pendant plusieurs semaines pour filmer, autant des paysages et du lifestyle que du ski.

  

- Est-ce que tu as vu le film ? Qu'en penses-tu ? 
- Je l’ai vraiment beaucoup aimé car il englobe bien toute l’histoire autour de la vallée de Jumbo. En le regardant, je suis passé par pas mal d’émotions différentes... Quand Oberti, l’architecte du projet, en parle, son point de vue pourrait apparaitre comme sympathique pour le grand public. En tout cas sympathique pour des gens qui n’ont pas l’idée de ce que c’est que cette vallée, qui n'ont pas idée de ce que c’est de se lever très tôt, rouler puis marcher des heures pour arriver dans un endroit magnifique où il n’y a vraiment personne, et de ce que c'est que d'être perdu au milieu de nulle part. Pour ces gens, ce projet, ça leur permet d’arriver en haute montagne directement, sans aucun effort ou presque.

 

Pour ma part c’est une des raisons pour lesquelles j’aime être en pleine nature, dans des zones désertiques et sauvages : il n’y a personne. Il faut faire beaucoup d’efforts, ça demande beaucoup d’énergie pour s’y rendre. Je pense que c’est pas mal qu’ils aient présenté le film de cette manière : tenez voici les faits, voici les informations, et vous pouvez en tirer vos propres conclusions, en fonction de ce que vous pensez, de comment est-ce que vous voyez la montagne.

Nous retrouverons Pep très bientôt dans un autre article pour nous parler de ses projets plus personnels et de Nimbus Independent.

5 commentaires

Pyrinea

inscrit le 06/03/12
Matos : 1 avis
Très intéressant de voir que il y a encore des gens qui conserve leur terres en Amérique du Nord.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Eric91
Statut : Confirmé
inscrit le 07/11/10
Stations : 3 avisMatos : 1 avis
A un moment il va falloir que l'homme comprenne qu'il ne peut pas tout coloniser sinon, il disparaitra...

Connectez-vous pour laisser un commentaire

larapiette

inscrit le 29/12/11
Matos : 6 avis
Pétition signée, merci ! J'espère avoir un jour la chance de faire glisser mes spatules dans cette vallée sauvage absolument magnifique.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire