J'avais mis une belle annonce, je cherchais la perle rare, une stagiaire (ou un, mais bon, le fait est que c'est une, je passe) avec qui la symbiose serait si totale qu'un simple battement de cil aurait suffi à nous comprendre : OK je mets la news en ligne et je modifie l'adresse de la webcam (chef, on oublie trop souvent le "chef" avé le battement de cil).

Je la cherchais, les dossiers s'empilaient sur mon bureau déjà croulant sous les revues porno documents de travail, et rien d'autre à l'horizon que d'obscurs transfuges du Dauphin Libérien ou de Stupeur Magazine, les rendez-vous s'approchaient et septembre s'enchaînait, voire l'inverse, la date complètement fatidique allait avoir raison de mon niveau d'exigence qualité (qui, en son temps, a fait se pâmer les inspecteurs de l'AFNOR).

Mais las, Elle est arrivée, titulaire d'une maîtrise de philo doublée d'un stage intensif de shape aux Deux Alpes (oui je sais, tendre et méfiant lecteur, tu n'y crois pas et pourtant c'est vrai), elle s'appelle Tifenn et tu entendras parler d'elle, elle irradie la compétence et ses mots ciselés font pleurer Akhénaton, c'est ma stagiaire à moi et son bureau est juste après celui de Tonio, en haut à gauche.

Applaudis-la fort pasqu'elle va en chier.